Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

79 articles avec actualite

SIX ANS

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Ce blog comptera six ans le 11 du mois prochain. Il rassemble aujourd'hui 383 chroniques touchant six domaines : société (83 ),actualité (80 ), politique (67), culture (62), histoire (46), littérature (45).

Le nombre de ses lecteurs mensuels a triplé, celui de ses URL doublé, alors que le travail de son rédacteur s' est trouvé ralenti pour plusieurs raisons (autres sollicitations d' écriture, hospitalisation de longue durée suite à un accident).

L' interminable période électorale française (pratiquement une année) a également pesé sur le rythme de production. Ce blog n' est pas un journal. Il n' entend pas coller aux péripéties de l' actualité politique, et moins encore électorale, ne se voulant le porte-voix d' aucun mouvement, parti, ou tendance. Dans cette phase de polémiques où les coups de théâtre et les proclamations contradictoires pleuvaient de toutes parts, il y avait apparemment peu place pour une forme d' expression relevant de notre style.

C' est pourquoi "Mémoire et société" s' est prioritairement intéressé aux opportunités culturelles (livres,expositions, spectacles). Le blog s' efforcera de poursuivre son chemin en ce sens, sans s' écarter pour autant des  questions de géopolitique qui promettent maints rebondissements dans les mois à venir.
Merci d' avance à celles et à ceux qui voudront bien entériner ces options et leur demeurer fidèles.  

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

LESSIVEUSE ROSE

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Jean Stern est journaliste à "Libération", juif et homosexuel. Il publie : " Mirage gay à Tel Aviv " (éditions Libertalia) où il aborde un sujet rarement évoqué : l' instrumentalisation du tourisme gay par le pouvoir israëlien dans le but d' enjoliver une image internationale écornée en consolidant au passage les finances locales.

Ainsi, quelques jours à peine avant de bombarder pour la ènième fois Gaza, les autorités militaires ont-elles accueilli un groupe d' homosexuels américains envoyé par le "Jewish Community Center Association" pour vanter la liberté de moeurs régnant dans l' Armée modèle que serait Tsahal.Pour mémoire,rappelons que  depuis 1967 au moins, celle-ci poursuit imperturbablement une colonisation dite sécuritaire en contradiction avec les engagements pris('accords d' Oslo)..

Tsahal se veut donc aussi libérale que l' armée néerlandaise dans un pays aussi impopulaire que la Corée du Nord.. La tâche est rude. D' où une stratégie marketing mythifiant la capitale, Tel Aviv, promue au niveau de San Francisco, Mykonos et Ibiza, et qualifiée ,de ce fait; de "lessiveuse rose".

Le calcul n' est pas absurde :des dizaines de milliers de "consommateurs" ont en 2016  laissé sur place plusieurs centaines de millions de dollars, amortissant et au- delà les voyages tous frais payés offerts à la presse et l' organisation de multiples manifestations susceptibles d' attirer la communauté gay occidentale. C' est le triomphe de la "pinkwashing". Vous viendrait-il l'idée de contester un point de la politique israëlienne, par exemple la négation de l' existence d' un peuple palestinien? hop, vous filez faire un tour au soleil-sexe-mer de Tel Aviv t.t.c et le malaise est dissipé. Vous croyez que la colonisation ("crime contre l' humanité"), le racisme, le capitalisme sauvage et ses inégalités peuvent exister dans le coin ? gagnez cette terre bénie où se côtoient fraternellement homos, bi et transsexuels de tous pays sauf arabes, et vous serez définitivement lavé de tout soupçon d' antisémitisme.

Vous contribuerez en même temps  à une oeuvre de salubrité publique en étouffant la réalité palestinienne sous les ébats onéreux d' étrangers protégés par une armée gay-friendly. L' homonationalisme couronné par le cynisme d' Etat : il fallait le faire. Nétanyaou l' a fait, Jean Stern s' en désole.

 

 

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Parait que ça va mieux mais pas trop bien

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Le président Hollande est optimiste. C' est son rôle, si c' est crédible. Est-ce crédible? Avec 1,5% de croissance on n' inverse pas la courbe du chômage, on ne rétablit pas un pouvoir d' achat, on ne peut réduire sérieusement impôts et déficits, on ne freine pas la fuite des cerveaux. Ce sont pourtant là des points à partir desquels se fonde une opinion publique. Conclusion : le "mieux" proclamé ne prouve qu' une chose, que Hollande ne parvient pas à décoller des 13% de satisfaits de son action.

Comment, dans ces conditions, espérer être réélu en 2017? Peu sans doute de ses électeurs se sont-ils imaginé en 2012 avoir déniché un thaumaturge. J' ai failli toutefois voter pour lui afin de ne plus voir ni entendre les grimaçantes rodomontades du prédécesseur. Mais j' ai eu aussitôt le plus grand mal à discerner une "ligne" dans les molles allées et venues, les gaffes de débutant, les bourdes d' amateur, les choix illisibles, les calculs affligeants de ce politicien gros de 40 ans de vie publique.

Aussi n' hésité-je pas à songer que le P.S ne fera pas l' économie de "primaires internes", que le sortant soit ou non candidat, et que celui-ci les perdra s' il ne veut pas s' épargner une gifle de la part de ses propres compagnons. Alors qui, et quoi ? Les postulants sont légions, figures déjà marquées par les compromis ou les échecs, usées par les années passées sous les ors noircis de la République. Aucun, parmi eux, de "récupérable".

Pourtant, le camp progressiste, terme préférable au fourre-tout et tous que signifie "la gauche", est encore lourd d' un vrai potentiel. A un tel paradoxe nous a conduits le Parti de Mitterrand et de ses dauphins. Il faut le dire pour n' avoir plus à y chercher quelque référence : l' économie sociale de marché, c' est de l' économie de marché, c' est de la mondialisation capitaliste, c' est du libre échange en trompe l' oeil et de la concurrence truquée, un boulevard pour la spéculation. C' est, par essence, un virus introduit dans le mécanisme du Travail. Pèlerinage à Notre Dame de la Précarité garanti.

Avoir à rappeler ces lieux communs est édifiant, s' agissant du niveau où se situe une "gauche de gouvernement" ressassant que "ça va mieux".

Je devine la question :

- Alors vous préférez voir revenir la Droite ?

- Je préfère la clarté. Au moins elle ne désespère pas tous les Billancourt de la terre.

La génération qui nous gouverne ne semble même plus percevoir le mouvement qui agite les profondeurs du pays, saisir que les "Nuit debout" qui fleurissent un peu partout ne sont que des épiphénomènes. Qu' un immense dégoût s' élève contre un système, des institutions, des moeurs, bref une forme de République paralysée par la corruption morale (et souvent matérielle).

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Le crachat

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Alain Finkielkraut, mains tremblantes, le débit si rapide que les mots semblaient se bousculer sur ses lèvres frémissantes, s' est expliqué sur "France 5" à propos de sa visite à "Nuit debout".

Il a d' abord omis d' avouer que son apparition en ce lieu était pure provocation. Quel accueil réserverait-on au secrétaire général de la C.G.T s' il lui prenait l' envie de se rendre au Forum économique de Davos ? On ne peut, en effet, insulter la jeunesse de banlieue, notamment musulmane, durant des années sur "France Culture", et s' attendre à recevoir en échange une ovation enthousiaste. Finkielkraut est un vrai pro de l' autopublicité de choc qui stimule les ventes.

Cette fois encore, il s' en est bien tiré : les jeunes en question ne sont pas méchants. Même pas un coup de pied au cul ! Ceux-la ne sont adeptes ni de la violence des coups qui a valu à l' un d' entre eux la perte d' un oeil, ni de celle des mots, dont Finkielkraut use derrière le bouclier des micros.

Sa "défense" sur "France 5 " était misérable. Comme à l' habitude, il a dénoncé. Frédéric Lordon, et plusieurs autres. Des fois que la police les oublierait... L' insulte à la Sarko ("pauvre conne!") et du boulot d' indic, bravo M. l' Académicien !

Un problème se pose tout de même avec ces intellos non précaires que , quant à moi, je ne citerai pas, mais dont le rôle est plus que suspect sous le couvert de la laïcité et de la démocratie. Voilà des gens qui ont choisi de ne rien voir. De ne pas voir que la société française est entrée dans une phase réellement pré-révolutionnaire, que les "places de la République" se multiplient jusque dans des bourgades de quelque milliers d' âmes , comme d' ailleurs les voix du F.N. Que le malaise populaire agite des profondeurs ignorées des palais officiels que hante Finkielkraut.
Les positions proclamées l' autre soir par ce philosophe de Cour dépassaient ce qu' on connait généralement de plus réactionnaire. Il parait, a-t-il précisé, qu' en lui crachant à la gueule on a attenté à "l' unanimisme du 11 janvier 2015 ". Je ne sais pas. Mais son Charlie n' est décidément pas le mien. Le mien dénonçait, puisque le mot est au goût du jour, des bidonvilles, des "ratonades" et la guerre d' Algérie.

Tais-toi un peu, Finkielkraut, et essuie-toi une bonne fois la joue.

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

TAFTA, no !

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Débattu depuis juillet 2013 de Bruxelles à Miami, TAFTA, le " Trans Atlantic Free Trade Agreement" (nommé également "Transatlantic Trade and Investment Partnership" ou " Partenariat transatlantique de commerce et d' investissement" par les francophones) est un projet d' accord économique et culturel entre les U.S.A et l' U.E.

Les négociations sont conduites par un groupe de fonctionnaires et techniciens dont ni les noms ni les travaux ne doivent être divulgués. Mentionnons seulement , pour les Français, quelques personnalités relevant directement de la Commission de Bruxelles : Jean-Marc Trarieux, spécialiste agricole, Martin Merlin, expert financier, ou Denis Redonnet, expert en commerce international.

Cette étape, a priori purement technique, n' a cependant pas échappé à la révélation d' un espionnage permanent des représentants européens par la N.S.A (National Security Agency) sans d' ailleurs émouvoir outre mesure le Parlement de Strasbourg où grouillent les lobbies atlantistes.

Des dizaines de groupements et associations ont pourtant annoncé dès l' origine un marché de dupe. En novembre 2013 déjà "Le Monde diplomatique" dénonçait "un typhon menaçant l' Europe". La situation ne s' est guère améliorée puisque tour à tour la chancelière Merkel et le président Hollande ont récemment fait savoir que ce pacte obscur était, en l' état, "inacceptable". L' accord prévoirait en effet un alignement complet sur les normes de libre échange établies par des Multinationales. La délégation américaine compte plus de 600 consultants, à l' image des lobbies qui ont exigé la liberté d' accès à tous les documents faisant l' objet de pourparlers.

Selon en effet leur point de vue, "l' harmonisation du commerce" vise surtout une dérégulation maximale des marchés favorables aux intérêts américains et le démantèlement des systèmes de protection sociale européens, confiés alors à de mystérieux "chargés d' affaires". Profitant d' un rapport de force inégal, Washington s' efforce ainsi d' entrainer l' Europe vers son modèle. Sa victoire signifierait clairement la disparition de l' agriculture et de l' artisanat français ainsi que celle d'un "exception culturelle" qui a permis jusqu' ici de ne pas tomber sous la coupe des industries d' outre-atlantique. L' enjeu n' est pas mince, même s' il ne fait guère l' objet, dans certains milieux européens, d' une particulière attention.

Sortir de TAFTA les mesures relatives aux brevets, aux droits d' auteur, à la protection des données, garantir la liberté d' accès au net et aux médicaments, sont des impératifs moraux. Alors pourquoi ce secret autour de délibérations qui engagent les conditions de vie et les droits de tant d' hommes? L' avidité du Capital financier, l' éviction des Parlements élus du débat, outrepassent le champ initialement convenu des simples relations commerciales. L' utilité de la réactualisation des modalités de certains échanges ne saurait déraper sur des choix politiques excluant le respect prioritaire des intérêts du citoyen, en l' occurrence fort dédaigné.

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Colère dans la France d' en-bas

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Cela fait un moment que la France d' en-bas, comme l' appelait un ancien Premier ministre, est en colère. On ne sait si cela est annonciateur d' une explosion, mais il faut dire qu' un certain nombre d' ingrédients sont réunis pour rendre la chose possible.

1- L' usure institutionnelle et les facilités qu' en tire la classe politique.

Trop de blocages proviennent d' institutions dont tout le monde constate qu' elles ne sont pas adaptées aux mutations profondes de notre société : le mode de représentation devrait être repensé, les systèmes éducatif et judiciaire actualisés, la révolution numérique prise globalement en compte, le rôle de la finance redéfini. Pourtant, les "politiques" continuent, imperturbables, de faire "comme si", avec l' intime certitude que quelques rustines par ci par là feront l' affaire. Un électoralisme stérilisant conduit la vie publique : à peine élu, souvent à force de promesses et de démagogie, un responsable, si l' on peut s' exprimer ainsi, ne vise que sa réélection, et ses adversaires sa défaite. Ce souci permanent occupe, dans les décisions, une place qui relègue fatalement l' intérêt général au second plan.

De ce fait, le clivage réel est de moins en moins le rapport gauche/droite que l' opposition en haut/en bas. Le cadre diplômé qui vote socialiste pour des "valeurs" se trouve de plus en plus éloigné du chômeur qui opte en désespoir de cause pour le Front National et du militant ouvrier qui s' abstient parce qu'il ne croit plus au discours des Partis. La victoire de l' un ne fait qu' accroître l' amertume de l' autre, et sa conviction que le Système est à rejeter en totalité.

2- Le coût de la démocratie.

Ce coût, aussi bien moral que financier, devient si intolérable que c' est la forme démocratique elle-même qui se voit mise en cause. Gaspillages d' argent public, multiplications de sinécures, détournements, conflits d' intérêts, délits d' initiés, commissions et rétrocommissions, privilèges corporatifs, pérennité du mille feuilles administratif, réserves parlementaires opaques, caisses noires diverses, tout cela en période de déficit chronique et d' endettement record de l' Etat concourt à l' impopularité du régime. Si l' on y ajoute les rémunérations exorbitantes des grands patrons qui prêchent le sacrifice à leurs salariés qualifiés de privilégiés de l' emploi et qui rognent obstinément leurs plus anciens acquis sociaux, on mesure le degré d' exaspération du monde du travail. Démocratie et injustice finissent par se confondre dans l' esprit de celui-ci. Ce que ne soupçonne pas un instant la majorité de la classe dirigeante, oubliant comment sont nés les régimes totalitaires du siècle dernier..

3- L' échec européen.

L' Europe de Maastricht est décidément en échec. Pas l' idée européenne, qui implique la Paix dans un monde ayant payé fort cher ses déchirements. C' est donc dans l' organisme même que réside le vice: il n'a point apporté aux peuples qu' il gouverne le mieux être qu' ils étaient en droit d' en attendre, quoique certains aient bénéficié, grâce à lui, de progrès soigneusement sélectionnés et localisés en matière de développement.

L' Europe actuelle n' a pu surmonter les égoïsmes, harmoniser les législations, aborder clairement sa construction politique, ni dans les domaines-clés de la diplomatie et de la défense, ni même dans celui de la monnaie, puisqu' un certain nombre d' Etats ont refusé l' euro. En choisissant un libéralisme dérégulateur qui considère notre continent comme une vulgaire zone de libre échange, les eurocrates actuels ont plombé le projet initial. Ils ont incarné une politique de classe, étroitement liée au capitalisme financier: observation ressassée depuis des décennies certes, mais dont le résultat concret en France est sous nos yeux : chômage de masse, baisse du pouvoir d' achat, désindustrialisation, agonie de l' agriculture, que nos gouvernements successifs n' ont pas su prévenir.

Voilà qui laisse le "pays d' en-bas" appauvri et désorienté, son peuple aigri, son avenir problématique. Il méritait pourtant mieux que d' essuyer l' addition de la légèreté et de la mal gouvernance d' "élites" incapables de répondre à leur mission. Sa colère est vraie. Les conséquences en sont imprévisibles.

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Sur l' indignation

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Le progrès est, à mon avis, davantage du côté de l' indignation que du silence. La première, même avec sa charge de naïveté, induit plus de franchise. Ainsi s' agissant de Daesh : son terrorisme est indéfendable (ce dont d' ailleurs il se moque). Mais, pour être complet, le terrorisme politico-militaire de l' Occident depuis des années et des années m' indigne aussi. Ses responsables se nomment, pour les plus récents, Bush Jr, Blair, Nétanyaou et Sarkozy. Tous ceux-la mourront sans doute paisiblement chez eux. De l' Occident, ils n' auront été qu' un peu d' écume, de la démocratie que de sanglants rebuts. Aucun tribunal ne viendra pourtant instruire leur procès au nom des millions d' êtres humains chassés de leur toit, décimés par les "dommages collatéraux", et errant affamés sur le chemin d' un exil souvent mortel.

Pendant que les "leaders" susnommés courent le monde pour y tenir des conférences sur leurs "exploits" payées à prix d' or, des embarcations surchargées de femmes et d' enfants effrayés coulent en Méditerranée, des avions continuent de bombarder, d' un ciel vide d' adversaire, les débris de cités déjà en ruines, des kamikazes de faire sauter des lieux publics ou de trancher des têtes.

Je pense aux familles, à toutes les familles. Le kamikaze explosé a aussi une mère qui pleure, comme celle du migrant noyé ou du simple passant abattu. Dans le cauchemar qu' attisent des "moyens de destruction massive" toujours plus destructeurs et plus massifs, tout le monde peu à peu se renvoie la balle et des balles : le " croisé" et le "barbare", le juif et l' arabe, le sunnite et le chiite, le chrétien et le musulman. La Communauté internationale, capable de se réunir à grand bruit pour " sauver la planète" en tentant de limiter son réchauffement, est impuissante à juguler un conflit régional dont l' origine la plus lointaine relève de la possession d' une énergie fossile, le pétrole en l' occurrence, qu' elle dénonce en même temps comme néfaste pour l' avenir de la vie sur terre.

Comment esquiver l' Indignation?

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Avec Michel Onfray

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Rien n' est plus artificiel que de coller l' étiquette "français" sous le nom de certains jeunes musulmans jihadistes. Cela traduit une méconnaissance de l' état d' esprit des intéressés. S' ils sont nés dans l' hexagone, ils ne se reconnaissent pas pour autant ressortissants français et n' aspirent qu' à combattre un pays qu' ils ne considèrent en aucune façon comme le leur, tout en continuant d' y vivre. Il y a là un vieux goût de revanche historique contre "les Croisés".
C' est assez puéril, mais suffisant pour créer, même s' il s' agit d' une minorité, le trouble social. Dès l' école, la culture européenne est récusée, tenue comme un produit de la colonisation, responsable des échecs de l' intégration, soudée au malheur du peuple-frère palestinien, à la dévastatrice intervention américaine en Irak, à l' agression franco-britannique en Libye, bref à tous les agissement du sionisme et de l' impérialisme occidental à l' encontre du monde musulman.

Le terrorisme, qui n' est ni nouveau (la Résistance en usait contre les Nazis et l' Irgoun contre les Anglais) ni réservé aux seuls Occidentaux (il fait chaque jour, de l' Egypte au Pakistan, des centaines de victimes dont personne ne se soucie) est une étape dans la longue suite de conflits polymorphes (idéologiques avec l' anticolonialisme, politiques avec les tentatives d' assimilation, économiques avec le libéralisme marchand, aujourd' hui religieux avec l' islamisme radical) qui opposent les pays pauvres au capitalisme et aux régimes totalitaires qu' il met en place à son profit.

En ce sens, les propos de Michel Onfray, philosophe athée, et des " Indigènes de la République", militants anticolonialistes, sur les responsabilités initiales des violences actuelles, sont d' une logique indiscutable. Il en ressort qu' une victoire militaire ne peut être qu' éphémère. Le bon sens implique au contraire la recherche sincère d' une solution politique globale, à la fois géo-économique et carrément civilisationnelle, conduisant à une redistribution des richesses et à la reconnaissance de différences culturelles.
Faute de quoi, l' Etat islamique et ses populations une fois écrasés sous les bombes, la lutte reprendra ailleurs, autrement. Ce truisme frôle le scandale. Mais la cécité, l' égoîsme et le mensonge qui dominent la politique occidentale depuis 1945, dressant les peuples les uns contre les autres, ne sont-ils pas eux-mêmes la source d'un Scandale séculaire?

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

ça m' emmerde

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Edgar Morin, sociologue pour lequel j' ai une réelle estime, déclare dans " Combats pour la pensée critique" : "Oui à une humanité à l' échelle planétaire. Oui à ce que j' appelle la Terre-Patrie "

J' applaudis des deux mains. Je ne saurais mieux dire. C' est bien pourquoi :

- ça m' emmerde quand je vois quotidiennement brocardé dans la presse londonienne tout ce qui touche à la France et aux Français. Néfaste pour la Terre-Europe.

- ça m' emmerde quand j' entends le candidat Bush ressortir les préjugés de l' Américain de base selon lequel nous sommes paresseux, sales, vaniteux et ...lâches. Au fait, où en est l' Irak aujourd'hui?

- ça m' emmerde vraiment quand, fils de déporté de la Résistance, je me fais soupçonner d' antisémitisme pour avoir assimilé Nétanyaou à un criminel de guerre. C' est aussi l' avis d' Edgar Morin, qui est juif.

- ça m' emmerde quand les Suisses, qui ont bâti leur immense fortune en tirant profit des saignées internationales, nous sont donnés en exemple. Demandez à leur député Jean Ziegler, auteur de "La Suisse lave plus blanc".

- ça m' emmerde quand un jeune Maghrébin à double nationalité me traite d' "enculé de Français", moi qui manifestais pour l' indépendance de l' Algérie en février 1962 au métro Charonne (8 morts au bénéfice de la police de Papon.)

Bravo donc aux propos d' Edgar Morin : ça m' emmerde qu' ils soient utopiques.

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Assez !

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Une fois de plus, l' actualité braque ses projecteurs sur la Palestine. On est au bord d' une troisième intifada, dans le silence coutumier des Démocraties officielles : les Etats-Unis, leur chef de file, l' Angleterre leur berceau et la France,si prompte à dénoncer bien haut les atteintes aux Droits de l' Homme.
Les assauts de colons israëliens contre des villages situés hors des frontières de l' Etat juif, les provocations délibérées contre les lieux saints musulmans (esplanade des Mosquées), les affrontements récurrents où 20 Palestiniens équipés de frondes sont tués pour un Israëlien doté des armes les plus sophistiquées, les discours haineux de Nétanyaou et le calvaire des Gazaouis, rien de tout cela ne semble déranger les chancelleries occidentales, garantes autoproclamées de la Paix du monde. On ne saurait mieux faire le jeu du djihadisme et davantage encourager les déplorables coups de couteau du désespoir.

La situation globale au Moyen Orient demeure liée avant tout au refus permanent de l' entité sioniste d' envisager un règlement politique acceptable et son évidente intention de réaliser le grand Israël par l' annexion progressive de la Cisjordanie. Ce pays surarmé, aux antipodes des perspectives humanistes qui présidaient à sa création en 1948, est prêt à risquer une guerre mondiale plutôt que de négocier le droit de vivre d' un peuple indiscutablement opprimé.
Tout cela n' est pas nouveau. Mais l' accumulation des faits choque de plus en plus les bonnes volontés. Il est difficile d' admettre cette intransigeance dans une région devenue poudrière. On guette la voix assez puissante et courageuse pour abréger un conflit dont plus personne aujourd'hui ne peut prévoir le terme. Ce ne seront, hélas, jamais celles d' Obama et de Hollande.

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

1 2 3 4 5 6 7 8 > >>