Overblog
Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

ANSCHLUSS

Publié le par Jean-Pierre Biondi

L'Etat d' Israel annonce qu' il intégrera à son territoire mercredi prochain 1er juillet 2020 deux zones de Palestine actuellement occupées. "Il est temps d' annexer des pans de la Cisjordanie" a, en toute simplicité, proclamé le Premier Ministre Nétanyaou.

Ce nouveau viol du Droit international, discrètement relevé par les médias occidentaux, appelle pourtant un minimum d' observations :  

- qui ose encore s' opposer résolument à la stratégie de conquête menée par Israel depuis 1967 : annexion de Jérusalem-est, colonisation du plateau syrien du Golan, installation de 650.000 colons sur 150 implantations, transfert de la capitale à Jérusalem, et maintenant, annexion de la vallée du Jourdain et de la Judée- Samarie? Les justifications avancées peuvent varier : tantôt sécuritaires comme pour le plateau du Golan, tantôt historico-religieuses comme en Cisjordanie. Elles ne convainquent personne mais nul ne les sanctionne.

- comment neutraliser l' expansionnisme sioniste et sa volonté d' évacuer de l' Histoire l' existence et le souvenir du peuple palestinien : retrait des accords de paix d' Oslo, meurtre du Premier Ministre Rabin favorable à la solution des 2 Etats que rend désormais impossible le projet d' annexion d' un tiers du territoire palestinien et qui créera une frontière commune avec la Jordanie, donc de nouvelles exigences et garanties de sécurité pour les immigrants israeliens?

- l' habitude du "fait accompli", surtout à la veille des élections présidentielles américaines, vient du sentiment d' impunité des dirigeants d' Israel, nourri par le soutien inconditionnel de Donald Trump et des communautés juives de l' étranger (cf chronique " La dédiabolisation en marche" du 21/12/2011). On se souviendra en passant de l' indignation spécialement véhémente de celles-ci quand Poutine a réannexé la Crimée en 2014 et, plus encore, au moment où Sadam Hussein a envahi le Koweit (1991).

- On peut noter la sérénité qu' engendre du côté israelien la domination d' une armée comme Tsahal, équipée des matériels les plus onéreux et les plus modernes face à une population dotée de pierres et de bâtons.

- Enfin , n' est-il pas quelque peu paradoxal de voir refusée la création d' un Etat à un peuple installé, par des arrivants continuant à se référer simultanément à d' autres nationalités qu' israelienne ( celles d'un pays de naissance ou d' adoption, par exemple )? Le cas est, à ma connaissance, unique au monde.

Au nom de quoi, de quelle justice, quelle morale, de quel respect d' autrui, se dressera-t-on désormais contre l' arbitraire ? Cet Anschluss ramène 80 ans en arrière, à l' Annexion en 1938 de l' Autriche. Ou à un colonialisme anachronique qui invite cyniquement les habitants d' un pays à "faire fleurir" un morceau de désert privé d' eau et de terres cultivables. Je réponds d' avance à d'intolérants contradicteurs , comme le faisait Stéphane Hessel , ancien déporté : critiquer la politique de force d' un Nétanyaou n' est pas de l' antisémitisme, de même que critiquer celle peu humaine de Mme Thatcher en Irlande n' était pas de l' antiféminisme.

Finissons-en avec ces commodités-là ! Je souhaite le maintien de l' Etat d' Israel mais dans ses frontières légitimes, tout comme je défendrai encore et toujours l' égalité de droit entre  protestants et catholiques, Irlandais du nord et  du sud.

Merci encore de votre attention.

Publié dans politique

Partager cet article
Repost0

PARCOURS DE Ré SOUPAULT

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Née en 1901 en Allemagne dans une ville aujourd'hui polonaise, Bobolice, Erna Niemayer rejoint le BAUHAUS de Weimar à 20 ans contre l' avis de ses parents. Ses premiers précepteurs se nomment Gropius, Klee et Kandinsky.

Elle se lie bientôt avec le dadaïste Kurt Schwitters qui la baptise Ré, du nom de la déesse égyptienne du Soleil, avec Erich Maria Remarque, auteur de " A l' ouest rien de nouveau ", et avec le peintre Hans Richter, qu' elle épouse.

Déjà repèrée dans les cercles d' avant-garde, elle s' installe à Paris en 1929 et collabore comme styliste avec le couturier Paul Poiret (cf. chronique "Grandeur et misère de Paul Poiret" du 3 juin 2017). Puis elle crée sa propre maison de couture grâce au mécène américain Arthur Wheeler, et aux concours du photographe Man Ray et de Mies van der Rohe, ancien du Bauhaus.

Financièrement fragilisée par le décès de Wheeler, elle renonce quand ell rencontre, fin 1933, le journaliste Philippe Soupault, l' un des pionniers du Surréalisme (il a co-rédigé avec André Breton le premier texte d' écriture automatique, "Les Champs magnétiques", en 1919. Rencontre décisive. Elle fait, par son truchement, découvrir le dadaïsme berlinois aux Français. Elle-même se convertit à la photo (en coïncidence avec Dora Maar auprès de Picasso). Le couple se marie et sillonne l' Europe dans un tourbillon de manifestations artistiques.

En 1936, le leader du gouvernement de Front populaire, Léon Blum, charge Soupault de la création de la première station radiophonique de Tunisie pour contrer les menées fascistes dans ce pays sous protectorat. Il n'en faut pas plus pour provoquer une levée de boucliers chez les colons qui y voient une promesse implicite de décolonisation.

A peine installée en 1940, l' Administration de Vichy révoque Soupault, l' accuse de "trahison" et l' emprisonne. Il finit par s' échapper et à gagner avec Ré, via l' Algérie, New York où il retrouve certains de ses amis parisiens : Fernand Léger, Ivan Goll, Max Ernst, Kurt Weill, etc. Le ménage Soupault entreprend alors un long périple à travers tout le continent américain pour porter la voix de la France libre dans le domaine culturel.

En 1945, Ré et Philippe se séparent. Lui rentre à Paris qu' elle ne rallie que 3 ans plus tard. Entre temps, elle s' est reconvertie dans le journalisme radiophonique et l' écriture. Elle publie en allemand de grandes traductions d' auteurs français (Lautréamont, Romain Rolland, Soupault, bien sûr) et des essais (sur Gandhi, la Commune de Paris et même...Jeanne d' Arc). 

Eloignée du quotidien de Philippe, elle reste néammoins sa proche voisine à Auteuil, poursuivant jusqu'à la mort de ce dernier en 1989 une permanente collaboration artistique. Pour Ré, l' ancien surréaliste demeure, quoi qu' il en soit, l' homme de sa vie. Elle lui survit encore 7 ans avant de s' éteindre à Versailles, francophile méconnue mais reconnue outre-Rhin pour ses multiples ouvrages et ses innombrables clichés, témoignages, en dépit d' une tragique actualité, de l' éblouissant foisonnement du renouveau intellectuel de l' entre-deux-guerres en Allemagne comme en France.
 

Publié dans culture

Partager cet article
Repost0

CE QUE LES CHINOIS PENSENT DE NOUS

Publié le par Jean-Pierre Biondi

La République populaire de Chine, née en 1949 sous la présidence de Mao, mobllise de plus en plus l' intérêt en multipliant les interrogations. Son développement fulgurant comme pays du tiers-monde, ses performances économiques, techniques et commerciales comme nation industrielle, en font désormais la rivale directe des U.S dans la course au titre de première puissance planétaire.

L'épidémie du Covid 19 a encore accru l' attention non seulement parce que la Chine figure à la source de la maladie, mais aussi parce qu' on a réalisé que la production des moyens de protection ( masques, tests, instruments de recherche) résidait pour une bonne part dans ce même pays.

Depuis des années, reportages, études, colloques, livres et films se consacrent au " phénomène chinois" et à l' idéologie qui le sous-tend. Rares sont toutefois ceux qui se demandent ce que peuvent penser de l' Occident un milliard quatre cents millions de Chinois ( et moi et moi et moi! chantait Jacques Dutronc). 

La France n' est pas la nation européenne la moins cotée, malgré son passé colonial. Au moins n' a-t- elle pas participé à la "guerre de l' opium", et a-t-elle servi de refuge, dans les années 20, à des communistes chinois en fuite,  devenus ouvriers chez Renault. De la France on lit volontiers sa littérature (Balzac, Flaubert, Hugo et Simone de Beauvoir en tête). On est friand de ses produits de luxe (sacs foulards, tailleurs, bijoux, parfums ). On est  empli de gratitude pour le général de Gaulle, pionnier de la reconnaissance internationale du régime de Pékin. Paris demeure la cible des jeunes mariés de la classe moyenne pour leur romantique lune de miel.

Deux points pourtant continuent d' alimenter la perplexité du Chinois actuel :

- le manque d' enthousiasme patriotique des Français, comparé à sa fierté nationale personnelle. Comment expliquer, par exemple, cette indifférence à la légende napoléonienne? Non à la Révolution, mais à l' Empereur? Vouloir renier ce bout glorieux d' Histoire, n' est-il pas signe de décadence?

- la contradiction que s' acharnent à voir les Français entre communisme et business. Comme si la fin du maoïsme était l' instauratuion de la pénurie! Le communisme à la chinoise vise l' enrichissement dans des termes que n' aurait pas désavoué le libéral Guizot...mais sous Louis-Philippe. 

Ce communisme n' a rien de libertaire. Il est autoritaire, hiérarchisé, centralisé. La classe administrante du Parti-Etat est aussi une néo-bourgeoisie d' affaires fidèle théoriquement au dogme marxiste-léniniste et empiriquement à la trilogie officielle: entreprendre, investir, accumuler le Capital national. Elle fonctionne sur une base méritocratique impliquant une discipline absolue et sans faille. Le rigorisme du système n' exclut d' ailleurs pas la formation d' une frange de parvenus aussi indécents et cyniques que partout ailleurs. Le progrès du niveau général de vie contribue à la rendre alors socialement tolérable.

Face au grand combat de liquidation du capitalisme américain, l' Europe n' apparait qu'une spectatrice défraichie, une sorte de ventre mou, inapte à assumer le statut d' arbitre qu' aurait pu, pourrait peut-être encore, lui conférer son rayonnement ancien, si elle parvenait à s' unir et se décoloniser.

La conquête du monde par un "Empire du Milieu" requinqué est dès lors, selon le citoyen chinois, une fatalité issue de la décomposition galopante de la civilisation démocratique issue des Lumières.

Publié dans société

Partager cet article
Repost0