Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

83 articles avec actualite

Sur l' indignation

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Le progrès est, à mon avis, davantage du côté de l' indignation que du silence. La première, même avec sa charge de naïveté, induit plus de franchise. Ainsi s' agissant de Daesh : son terrorisme est indéfendable (ce dont d' ailleurs il se moque). Mais, pour être complet, le terrorisme politico-militaire de l' Occident depuis des années et des années m' indigne aussi. Ses responsables se nomment, pour les plus récents, Bush Jr, Blair, Nétanyaou et Sarkozy. Tous ceux-la mourront sans doute paisiblement chez eux. De l' Occident, ils n' auront été qu' un peu d' écume, de la démocratie que de sanglants rebuts. Aucun tribunal ne viendra pourtant instruire leur procès au nom des millions d' êtres humains chassés de leur toit, décimés par les "dommages collatéraux", et errant affamés sur le chemin d' un exil souvent mortel.

Pendant que les "leaders" susnommés courent le monde pour y tenir des conférences sur leurs "exploits" payées à prix d' or, des embarcations surchargées de femmes et d' enfants effrayés coulent en Méditerranée, des avions continuent de bombarder, d' un ciel vide d' adversaire, les débris de cités déjà en ruines, des kamikazes de faire sauter des lieux publics ou de trancher des têtes.

Je pense aux familles, à toutes les familles. Le kamikaze explosé a aussi une mère qui pleure, comme celle du migrant noyé ou du simple passant abattu. Dans le cauchemar qu' attisent des "moyens de destruction massive" toujours plus destructeurs et plus massifs, tout le monde peu à peu se renvoie la balle et des balles : le " croisé" et le "barbare", le juif et l' arabe, le sunnite et le chiite, le chrétien et le musulman. La Communauté internationale, capable de se réunir à grand bruit pour " sauver la planète" en tentant de limiter son réchauffement, est impuissante à juguler un conflit régional dont l' origine la plus lointaine relève de la possession d' une énergie fossile, le pétrole en l' occurrence, qu' elle dénonce en même temps comme néfaste pour l' avenir de la vie sur terre.

Comment esquiver l' Indignation?

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Avec Michel Onfray

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Rien n' est plus artificiel que de coller l' étiquette "français" sous le nom de certains jeunes musulmans jihadistes. Cela traduit une méconnaissance de l' état d' esprit des intéressés. S' ils sont nés dans l' hexagone, ils ne se reconnaissent pas pour autant ressortissants français et n' aspirent qu' à combattre un pays qu' ils ne considèrent en aucune façon comme le leur, tout en continuant d' y vivre. Il y a là un vieux goût de revanche historique contre "les Croisés".
C' est assez puéril, mais suffisant pour créer, même s' il s' agit d' une minorité, le trouble social. Dès l' école, la culture européenne est récusée, tenue comme un produit de la colonisation, responsable des échecs de l' intégration, soudée au malheur du peuple-frère palestinien, à la dévastatrice intervention américaine en Irak, à l' agression franco-britannique en Libye, bref à tous les agissement du sionisme et de l' impérialisme occidental à l' encontre du monde musulman.

Le terrorisme, qui n' est ni nouveau (la Résistance en usait contre les Nazis et l' Irgoun contre les Anglais) ni réservé aux seuls Occidentaux (il fait chaque jour, de l' Egypte au Pakistan, des centaines de victimes dont personne ne se soucie) est une étape dans la longue suite de conflits polymorphes (idéologiques avec l' anticolonialisme, politiques avec les tentatives d' assimilation, économiques avec le libéralisme marchand, aujourd' hui religieux avec l' islamisme radical) qui opposent les pays pauvres au capitalisme et aux régimes totalitaires qu' il met en place à son profit.

En ce sens, les propos de Michel Onfray, philosophe athée, et des " Indigènes de la République", militants anticolonialistes, sur les responsabilités initiales des violences actuelles, sont d' une logique indiscutable. Il en ressort qu' une victoire militaire ne peut être qu' éphémère. Le bon sens implique au contraire la recherche sincère d' une solution politique globale, à la fois géo-économique et carrément civilisationnelle, conduisant à une redistribution des richesses et à la reconnaissance de différences culturelles.
Faute de quoi, l' Etat islamique et ses populations une fois écrasés sous les bombes, la lutte reprendra ailleurs, autrement. Ce truisme frôle le scandale. Mais la cécité, l' égoîsme et le mensonge qui dominent la politique occidentale depuis 1945, dressant les peuples les uns contre les autres, ne sont-ils pas eux-mêmes la source d'un Scandale séculaire?

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

ça m' emmerde

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Edgar Morin, sociologue pour lequel j' ai une réelle estime, déclare dans " Combats pour la pensée critique" : "Oui à une humanité à l' échelle planétaire. Oui à ce que j' appelle la Terre-Patrie "

J' applaudis des deux mains. Je ne saurais mieux dire. C' est bien pourquoi :

- ça m' emmerde quand je vois quotidiennement brocardé dans la presse londonienne tout ce qui touche à la France et aux Français. Néfaste pour la Terre-Europe.

- ça m' emmerde quand j' entends le candidat Bush ressortir les préjugés de l' Américain de base selon lequel nous sommes paresseux, sales, vaniteux et ...lâches. Au fait, où en est l' Irak aujourd'hui?

- ça m' emmerde vraiment quand, fils de déporté de la Résistance, je me fais soupçonner d' antisémitisme pour avoir assimilé Nétanyaou à un criminel de guerre. C' est aussi l' avis d' Edgar Morin, qui est juif.

- ça m' emmerde quand les Suisses, qui ont bâti leur immense fortune en tirant profit des saignées internationales, nous sont donnés en exemple. Demandez à leur député Jean Ziegler, auteur de "La Suisse lave plus blanc".

- ça m' emmerde quand un jeune Maghrébin à double nationalité me traite d' "enculé de Français", moi qui manifestais pour l' indépendance de l' Algérie en février 1962 au métro Charonne (8 morts au bénéfice de la police de Papon.)

Bravo donc aux propos d' Edgar Morin : ça m' emmerde qu' ils soient utopiques.

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Assez !

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Une fois de plus, l' actualité braque ses projecteurs sur la Palestine. On est au bord d' une troisième intifada, dans le silence coutumier des Démocraties officielles : les Etats-Unis, leur chef de file, l' Angleterre leur berceau et la France,si prompte à dénoncer bien haut les atteintes aux Droits de l' Homme.
Les assauts de colons israëliens contre des villages situés hors des frontières de l' Etat juif, les provocations délibérées contre les lieux saints musulmans (esplanade des Mosquées), les affrontements récurrents où 20 Palestiniens équipés de frondes sont tués pour un Israëlien doté des armes les plus sophistiquées, les discours haineux de Nétanyaou et le calvaire des Gazaouis, rien de tout cela ne semble déranger les chancelleries occidentales, garantes autoproclamées de la Paix du monde. On ne saurait mieux faire le jeu du djihadisme et davantage encourager les déplorables coups de couteau du désespoir.

La situation globale au Moyen Orient demeure liée avant tout au refus permanent de l' entité sioniste d' envisager un règlement politique acceptable et son évidente intention de réaliser le grand Israël par l' annexion progressive de la Cisjordanie. Ce pays surarmé, aux antipodes des perspectives humanistes qui présidaient à sa création en 1948, est prêt à risquer une guerre mondiale plutôt que de négocier le droit de vivre d' un peuple indiscutablement opprimé.
Tout cela n' est pas nouveau. Mais l' accumulation des faits choque de plus en plus les bonnes volontés. Il est difficile d' admettre cette intransigeance dans une région devenue poudrière. On guette la voix assez puissante et courageuse pour abréger un conflit dont plus personne aujourd'hui ne peut prévoir le terme. Ce ne seront, hélas, jamais celles d' Obama et de Hollande.

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Matamores, M' as-tu vu ...

Publié le par Jean-Pierre Biondi

L' époque semble une aubaine pour les frimeurs et les poseurs. Ils se bousculent au portillon.
J' ai eu l' occasion ( chronique " Imbu roi " du 5 juin 2012) d' évoquer le cas de BH Lévy, philosophe dévitalisé par Aron et Vidal-Naquet, responsable de pièces et films unanimement sifflés, et inoxydable matamore.

Brushing et chemise blanche irréprochables, il est à tous les avant-postes de l' actualité médiatique, mais plutôt côté jardin. Son héroïsme ne dépasse jamais l' hôtel cinq étoiles le plus proche du point chaud. "BHL" est résigné à la célébrité dans le confort et la sécurité.

Le hic, c' est d' entendre partout un personnage dépourvu de toute autre légitimité que le feu vert de Nétanyaou, trancher des affaires du monde. C' est le même BHL qui a " conseillé" Sarkozy en Libye et Fabius en Syrie. On a vu les résultats : le chaos pour les malheureuses populations libyennes et l' extension du jihadisme à tout le Sahel. Jugez l' étonnement de le trouver récemment assis aux côtés de Hollande à la table des négociations franco-irako-kurdes, tandis que la France court pour recoller les morceaux avec Assad contre l' Etat islamique. D' où émane donc ce pouvoir occulte ? Pourquoi prend-on encore au sérieux un mégalo dont le maître mot est : " Armons-nous...et allez-y, les petits gars! ".

Aussi assoiffé de gloriole est son copain "m' as-tu vu" Philippe Val, ex directeur de "Charlie hebdo", puis, non sans pagaille, de France Inter par la grâce de Carla Bruni-Sarkozy. Si l' obsession de Lévy est la démocratie de type atlantique ( il a été classé 22ème personnage d' importance mondiale par un journal...américain ! ), celle de Val est "la liberté d' expression" à une voie, la sienne. C' est au nom de celle-ci qu' il a publié les caricatures de Mahomet tout en virant le dessinateur Siné pour manque de respect au fils Sarkozy.

Résultats là aussi : 17 morts pour les caricatures et un procès perdu par Val pour " licenciement abusif ". Pas compliqué , il suffit de suivre le fil conducteur : une islamophobie - une palestinophobie - auprès de laquelle Zemmour et Finkielkraut pourraient passer pour des agents de Daesh. La méthode Val consiste à procéder par amalgames successifs où l' exactitude de l' information n' a plus tellement d' importance, le but du jeu étant de parvenir à taxer d' hitlérienne la moindre réserve sur les faits et gestes des dirigeants sionistes. C' est, dit-on, " porteur" dans des milieux influents.

Voilà deux exemples d' un air du temps favorable au bluff et à la flagornerie. La liste n' en finit pas, qui pourrait aisément englober le maire clownesque de Béziers, Ménard, Mélanchon, pathétique Tartarin des banlieues, Monsieur-fais-moi-peur, le "criminologue" Raufer, authentique fascisant, lui, ou encore la mégère aux lèvres pincées Caroline Fourest.
Il parait qu' on ne doit pas s' en prendre au physique de quelqu' un . Eh bien moi, je le confesse publiquement , il est des gens à qui je trouve de vraiment sales gueules.,

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Edifiant dialogue apte à dissiper tout quiproquo

Publié le par Jean-Pierre Biondi

- Le budget de l' Etat français est dans le rouge, n' est-ce pas?

- Pour quelques années encore, c' est à craindre.

- Puisque nous avons du mal à remplir nos obligations, comme l' interdiction de dépassement du déficit de 3% du PNB, qu' est-ce qui nous force à guerroyer un peu partout? Une fois au Liban, en Bosnie, au Koweit, en Côte d' Ivoire, en Afghanistan , en Libye, une autre au Mali et en Centrafrique ? Le port-avions Charles de Gaulle est ancré au Levant pour envoyer des "Rafales" sur l' Irak. Seuls, les U.S.A sont aussi bellicistes.

- Nous combattons à leurs côtés la barbarie et vous appelez ça du bellicisme ! Il y va en réalité de notre réputation de champions des Droits de l' Homme et de la Liberté d' expression !

- Finis donc la politique arabe du Général et le discours de Villepin à l' ONU ?

- Dieu merci !

- D' autres nations européennes, au demeurant respectées à Washington, comme l' Allemagne, qui jouit d' un budget florissant, ou l' Angleterre, qui a régné à travers le monde, participent cependant assez peu à cette oeuvre de salubrité planétaire...

- Faut-il rappeler qu' elles n' ont que 6% de chômeurs ? Nous, 11 passés. Que 25% des jeunes Français sont sans boulot, que Daesh constitue le premier employeur en Seine-Saint-Denis ?

- Est-ce à dire qu' il faut recruter plus de militaires pour espérer inverser la courbe du chômage, quitte à faire en permanence de la France une contrée d' anciens combattants ?

- Et notre industrie d' armement, qui fait rentrer des devises, faudrait-il la sacrifier, selon vous?

- Je me demande seulement si tout cumulé ne finit pas quand même par coûter des fortunes que nous n' avons pas .

- Préféreriez-vous fermer les arsenaux, accroître la dette, jeter les ouvriers à la rue, et, comble de l' absurde, payer des amendes supplémentaires à Bruxelles ?

- Peut-être ragaillardir, avec une part des sommes investies, les services publics qui battent de l' aile...

- Ne donnons pas, je vous en prie, dans la démagogie populiste.

- En nous mettant ainsi en avant, ne risquons-nous pas en tout cas de devenir sans bénéfice la cible privilégiée du terrorisme ? Les islamistes menacent quotidiennement la France et kidnappent volontiers des Français qu' il faut chaque fois racheter au prix fort.

- Dire cela est dédaigner nos remarquables services de renseignements, le plan "Vigie Pirate", les dix mille sentinelles veillant en permanence sur les lieux officiels et à la porte des synagogues.

- J' entends, mais j' y reviens : cela ne suppose-t-il pas à terme des impôts supplémentaires ?

- La peur des attentats est le meilleur argument pour lever des impôts exceptionnels sans histoire.

- Et puis on peut en profiter pour traquer l' optimisation fiscale. Il parait que Mac Do doit un milliard au fisc.

- Bien sûr, bien sûr, mais alors en concertation avec nos amis américains. Ne perdons pas de vue que cette entreprise crée des emplois et stimule l' élevage français. Justement, le ministre Cazeneuve vient de faire une tournée là-bas. Il a saisi l' occasion pour évoquer le problème du net, arme de destruction massive de la propagande jihadiste. Car la bataille se joue maintenant sur ce terrain.

- C' est vrai, on ne parle plus du nucléaire qui n' existe pas.

- Les stratégies ne sont pas des menhirs. Depuis 1944, notre Etat-major ne cesse de s' adapter au contexte.

- Bon, en résumé on pourrait soutenir qu' aujourd'hui la France fait la guerre par pacifisme économico-social, qu' en défendant le Droit elle donne un coup de pouce à l' Emploi, non?

- Voilà ! C' est un plaisir de trouver quelqu'un qui rend hommage à la limpidité d' une telle politique.

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Valeurs

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Les élections départementales approchent (22 et 29 mars), et ce n' est pas l' étalage des disputes des socialistes en vue de leur congrès de juin qui va émouvoir un Front National toujours en progression. C' est pourquoi Valls tente d' élever une nouvelle digue contre le parti de Marine Le Pen. A ceux qui font observer que le Front est autorisé depuis 1972, qu' il a été stimulé par Mitterrand dans les années 80 pour faire barrage à la droite parlementaire, donc consacré "démocrate", on oppose l' argument selon lequel ce mouvement ne respecte pas les "valeurs républicaines" sans préciser comment et pourquoi. Effet rhétorique ou menace voilée qui ne modifient apparemment ni l' opinion des citoyens sur l' incapacité et la corruption des hiérarques , ni le phénomène politique de l' abstention, dont il faudra bien finir un jour par tenir compte..

Sans doute faut-il ranger au premier rang des "valeurs républicaines" la liberté d' expression qui a poussé récemment dans la rue une France assez louis-philipparde, autant apeurée par l' insécurité que choquée par le meurtre de dessinateurs humoristiques pour vieux bobos. Toutefois, quand Roland Dumas déclare Valls "sous influence juive", quand le philosophe Alain Badiou écrit "la loi de notre pays est celle de la pensée unique et de la soumission", quand des voix osent confesser qu' elles "ne sont pas Charlie", ou de mauvais esprits "du 11 janvier" soupçonner Zemmour de se faire du blé en fabriquant des terroristes islamistes, tous risquent un détour par la garde à vue et frôlent la mise en examen pour "incitation à la haine raciale". Aussi est-on parfois tenté de se demander si le Pouvoir n' use pas du double langage.

En fait, puisqu' on en parle, la vraie valeur, dominante et républicaine à la fois, c' est le fric. Le fric, ce patron d' origine occidentale, friand de paradis fiscaux et conçu pour monopoliser l' uranium et le pétrole, quitte à organiser , au nom du Droit, des expéditions mixtes Armée-Entreprise conférant à des territoires entiers l' aspect de vestiges archéologiques.

Dans ce vaste réaménagement planétaire, nos Républiques ne s' en tirent pas si mal. Dotée dans les années 20 de la première armée du monde et, dans les années 40, de la dernière, la France a repensé son destin. Plus question, bien sûr, de domination, comme à l' époque où, forte d' un Empire colonial, sa voix influait sur l' ordre du monde. Là s' est opéré le virage : du gaullisme, ultime avatar de la grandeur, on est passé au rôle d' entremetteur, plus adapté à la réalité de notre puissance.

La République de Hollande est un régime essentiellement médiateur : sas entre la rigueur du nord et le laxisme du sud, tampon entre l' archéo-socialisme et le néo-libéralisme, porte de communication entre le souverainisme gaulois et le fédéralisme européen, entre l' Ukraine de l' ouest et celle de l' est, l' OTAN et Poutine, l' Etat et les Multinationales, l' ouverture des magasins le dimanche et la diminution du temps de travail. Voilà une "valeur républicaine" typique, qu' en effet le F.N semble ignorer : l' entre deux.

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Contre tous les rentiers de la haine

Publié le par Jean-Pierre Biondi

La limite qu' on peut tracer de l' unanimisme de la manifestation du 11 janvier dernier se rapporte, me semble-t-il, à la confusion qu' a induit ce moment d' émotion collective : tout le monde était-il là pour les mêmes raisons ?

Le terrorisme stricto sensu ( plus sanglant que ses formes psychologiques, non moins nocives ) est un acte de violence aveugle qu' aucune population ne saurait endurer (mais qui n' est, sans rien excuser, ni une innovation ni une exclusivité salafistes). Encore que la frontière puisse parfois se faire incertaine entre "terrorisme" et "fait de résistance" (cas de la MOI sous l' occupation, du FLN et de l' OAS en Algérie, etc ). Ledit terrorisme engendre alors une répression d' autant plus excessive qu'il s' est montré cruel, le désir obsessionnel de vengeance, bref un partage sans fin des rancunes .

La police a emmené l' autre jour au commissariat de Nice un enfant maghrébin de 8 ans. Il avait tenu des propos favorables aux auteurs des attentats de Paris. L' action légitime visant l' éradication des réseaux fondamentalistes justifie-t-elle une telle décision, que personne n' a assimilé à une "bavure" ? Et cette réaction, qui peut sembler singulière dans un pays par ailleurs sensible à la liberté d' expression, cette réaction donc aux propos d' un élève de CE2, est-elle finalement le meilleur choix ? ne conforte-t-elle pas le sentiment du "deux poids deux mesures" utilisé par les djihadistes pour dénoncer une islamophobie que certains cherchent à exploiter politiquement ?

C' est vrai du F.N, cela l' est aussi de tous les rentiers de la haine, musulmans sans doute, mais pas seulement. Ainsi lit-on dans " Europe Israël news " (non daté ni signé ) : " Le président de l' association France Palestine Solidarité (AFPS), Taoufiq Tahani, en comparant l' enrôlement des ressortissants juifs français dans l' armée israëlienne aux départs des djihadistes français vers la Syrie, révèle son vrai visage et sa sympathie pour le terrorisme (...) L' engagement de ces concitoyens juifs devrait être salué et encouragé. Ils sont notre fierté (...) ".

Voilà, pour le moins, de quoi faire basculer les sentiments des quartiers "sensibles" ! ... Il faudrait tout de même calmer le zèle délateur d' une partie de notre société, cette hystérie du soupçon et de l' injure gratuite, ce renouveau de mac-carthysme, hier anticommuniste, arabophobe aujourd'hui, qui sait quoi demain.

Est-on, disant cela, complice des tueurs et ennemi des libertés ? On est toujours le "terroriste" de quelqu'un. Mais il est bien difficile d' applaudir une chasse aux sorcières qui aboutit dans une salle de cours élémentaire. J' ai vu, lycéen, cela dans les années 40. Avec une conclusion plus tragique, évidemment. Cela m' a définitivement dégoûté de hurler avec les loups et de vouloir prêter main forte aux pêcheurs en eaux troubles.

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

Quand certains découvrent l' Amérique

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Il aura donc fallu 17 morts d' un coup pour que certains, de droite, de gauche, engagés dans la vie publique depuis 30 ou 40 ans, déclarent "découvrir le refus d' intégration", et se posent des questions sur la politique d' immigration. "Que se passe-t-il? pourquoi ce rejet de notre modèle républicain?" demandent-ils, trois décennies après "la Marche des Beurs de 1983 pour l' égalité et contre le racisme". Mais où ces gens vivent-ils? à qui parlent-ils? cela me rappelle les débuts de la guerre d' Algérie et les discours hors sujet, en 1954, de Mitterrand, ministre de la Justice...

1200 filles et garçons sont partis combattre pour le djihad, 3000 autres essaient d' y aller, et nos élus ne se doutaient pas que, derrière un tel phénomène, peut exister un problème de société? Ils votent régulièrement le budget conséquent affecté à "la politique de la Ville", puis pfuit, plus rien...Ce niveau d' irresponsabilité devrait être sanctionné.

On ne va pas se repasser tout le film, mais rappelons qu' en janvier 2005, il y a très exactement dix ans, un "Appel des Indigènes de la République" (la 3ème génération d' immigrés) tentait de mobiliser l' opinion. Le feu couve, disait en substance le texte. Un incivisme destructeur traduit la frustration de nombreux installés-inassimilés.

En 2010, j' ai personnellement publié, aux éditions Libertalia, un livre sans grand écho intitulé "Clio et les Grands-Blancs, la décolonisation inachevée" où - on m' excusera de me citer- j' écrivais : " une relation s' établit entre colonisation passée et immigration présente. Sa logique conduit à un différencialisme qui implique une rupture avec la nation et la représentation de la France comme entité historique (...) On entre de ce fait dans un processus de résistance qui met en évidence un rejet de la mixité jusques et y compris chez des moins de 13 ans."

Quelles perspectives pour une société dont les adversaires radicaux souhaitent la désintégration? Ni un utopique alignement identitaire, ni l' abandon aux communautarismes, ni la pure démagogie laïciste, ni l' absolutisme religieux. La problématique est depuis longtemps posée, les lanceurs d' alerte ont fait le boulot. Mais il faut des morts pour qu' on s' aperçoive de ces réalités : une jeunesse dégoûtée qui se plaint d' être marginalisée et ne va pas voter, récuse la police et réclame plus de protection sociale, se révolte contre les ghettos et pleure le dynamitage d' une tour.

L' habituelle réponse intégratrice et paternaliste ne calme pas les "séparatistes" qui assument l' apartheid en s' appropriant des "territoires" où prospèrent des "bandes" unies dans la même haine des institutions.Donc, les "politiques" s' étonnent. Ils ne comprennent pas. Depuis 50 ans que ça dure en s' aggravant, il est là, le véritable scandale.

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

"Malséance"

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Tout ça ne se dit pas. C' est malséant. On peut seulement le penser : le 11 janvier 2015 a été, d' un point de vue purement sociologique, une manifestation de la petite et moyenne bourgeoisie judéo-chrétienne d' âge assez mûr, saisie par une émotion collective. Procès-verbal non entériné en haut lieu mais corroboré par la "minute de silence " agitée dans les collèges et lycées techniques, et par le pape François, homme du tiers-monde.

Ce fut en outre, comme on pouvait le prévoir, l' auberge espagnole : certains se trouvaient là pour condamner le meurtre en tant qu' instrument politique, d' autres pour affirmer la liberté d' expression et la laïcité, ou saluer la mémoire des 17 victimes, d' autres encore parce qu' " ils n' aiment pas les Arabes", ou alors qu' ils sont juifs et qu' on a assassiné quatre des leurs. Il y avait aussi des "people", dont la vocation est d' être photographiés, des intellectuels jamais-loin-du-peuple, puis tous ceux qui se disaient : "ç' aurait pu aussi bien m' arriver". Bref, de vrais indignés et des compatissants circonstanciels.

Nétanyaou en a profité pour faire son marché électoral boulevard Voltaire en appelant à nouveau ses coreligionnaires à s' installer en Israël, ce qui a un peu énervé Valls. Imaginons l' inverse : Hollande conviant à Tel Aviv les habitants à choisir d' émigrer en France, ce ne pourrait être que de l' antisémitisme.

Quitte à passer pour tout à fait malséant, il faut souhaiter un brin de probité. Les préfets interdisent le spectacle de Dieudonné au nom de la tolérance et de l' ordre public. Pourtant celui-ci n' a jamais provoqué d' émeutes comparables à celles qu' engendre, du Maroc à la Tchétchénie et au Pakistan, la Une humoristique et irresponsable de "Charlie hebdo". S' agissant enfin des soixante huitards dernière version, brandissant le drapeau tricolore et embrassant les CRS en chantant "La Marseillaise", quand sont-ils sincères?

"Nous sommes en guerre!", s' est écrié le Premier ministre qui aime l' entreprise. Ce bellicisme ne dessert-il pas les échanges économiques? Les Allemands -référence obligée- se montrent plus prudents car nous vivons toutes et tous de périlleux moments, jalonnés de feux de paille (manif' géante, flambées islamophobes type Zemmour ). Les logiques contradictoires rendent le dialogue interculturel difficile et les accusations pleuvent : fanatisme et impérialisme, racisme et intolérance, fascisme et colonialisme...

Seuls, deux groupes semblent tirer leur épingle du jeu : les terroristes, qui sont en train de transformer les Français en auxiliaires de police, et les politiques qui emmagasinent une augmentation bienvenue de leur cote de popularité.
Pardon pour la "malséance".

Publié dans actualité

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 8 9 > >>