Et le génocide ouvrier ?

Publié le par memoire-et-societe

On traque donc le génocide : africain, indien, aborigène, mahori, arménien, juif, tzigane, bosniaque... Excellente initiative qui n'interdit d'ailleurs ni la pérennité du phénomène (Rwanda, Cambodge) ni la relecture de l'Ancien Testament ou fourmillent les purifications ethno-religieuses.

Pour autant, le génocide ne se limite pas au massacre immédiat d'une population. Il a revêtu dans l'Histoire humaine d'autres formes, d'atrocité variée, qui aboutissaient au même résultat: l'élimination physique plus ou moins programmée de masses d'individus sur des bases non seulement raciales mais aussi économiques et sociales.

Ainsi des ouvriers en Europe à partir des débuts de l'industrialisation. Horaires exténuants, y compris pour les femmes et les enfants, taudis, tuberculose, silicose, dangerosités du travail, la mortalité dans la condition ouvrière (jusqu'au début du XXème siècle l'espérance de vie y excédait  rarement 40 ans) illustrait l'extermination organisée d'une main d'oeuvre sacrifiée, toujours renouvelable, toujours renouvelée.

En Angleterre, en Allemagne, en France, en Russie, cela a duré des décennies et des décennies ponctuées de révoltes, d'émeutes, d'insurrections (1848,1871) écrasées dans le sang. Après la Commune, on ne trouvait plus un chaudronnier ou un cordonnier à Paris.

On peut néanmoins douter que nos "représentants" pensent voter quelque loi à ce sujet. Il n'est pas d'usage de faire le procès de sa propre classe. Les "damnés de la terre" ne sont pas, il est vrai, porteurs de vertus nationales en temps de paix. Ils sont morts ainsi qu'ils ont (peu et mal) vécu. Méprisés puis oubliés dans les replis de la mondialisation qui s'est trouvée ailleurs des machines humaines à produire du charbon, de l'acier et de la plus-value.

Chez nous en France, le peuple ouvrier est passé de mode. Il a cessé de cheminer dans le sens de l'Histoire. Ses immenses cimetières n'inspirent plus les tribuns. Ce génocide-là est particulier : il est amémoriel.

 

Publié dans histoire

Commenter cet article