Information et "équilibre de l' information"

Publié le par memoire-et-societe

Voici un récapitulatif des opérations militaires entreprises depuis dix ans par Israël contre Gaza :

- mai 2004 : opération "Arc-en-ciel" (61 civils palestiniens tués)

- décembre 2004 : opération "Jours de pénitence" ( 133 civils palestiniens et 2 civils israëliens tués)

- juin 2006 : opération "Pluie d' été" ( 177 civils palestiniens et 2 civils israëliens tués)

- décembre 2008 : opération "Plomb durci" (895 civils palestiniens et 3 civils israëliens tués)

- novembre 2012 : opération "Pilier de défense" (71 civils palestiniens et 4 civils israëliens tués)

- juillet 2014 : opération en cours "Bordure de protection" ( 249 civils palestiniens tués avant l' intervention terrestre de l' armée israëlienne)

Se moquerait-on de nous? Chaque fois, les médias audio-visuels, fort contrôlés, arguent de l' "équilibre de l' information" pour censurer certains faits et renvoyer ainsi agresseurs et agressés dos à dos . On peut difficilement, puisqu' on parle de dos, faire plus faux cul.

En effet où est l' équilibre quand on considère les moyens de destruction respectifs? D' un côté, des drones, hélicoptères d' assaut, chasseurs-bombardiers, frégates lance-missiles et chars dernier modèle, de l' autre des roquettes à moyenne portée dont, parait-il, deux sur trois sont interceptées par un système "Dôme de fer", et des lance-pierres. Aussi, et soyons-en heureux, le nombre des victimes civiles israëliennes est-il réduit.

Mais, au-delà de la comptabilité macabre, c' est l' escroquerie intellectuelle de ce "dos à dos" qui fait problème. Pour l' instant, qui détruit, qui envahit, au nom d' une insécurité apparemment relative? Le 16 juillet, je regardais le journal télévisé de France 2. Tandis qu' un million et demi de Gazaouis vivaient, ou mouraient, sous les bombardements, le conflit faisait l' objet de deux reportages d' une petite minute chacun : le premier parmi les survivants d' une famille décimée, au milieu des décombres de son quartier, l' autre auprès d' un Israêlien parlant un français irréprochable, dont une roquette avait touché l' un des bâtiments de son entreprise. Je n' ai pas éprouvé un sentiment d' "équilibre". Seulement de sous-information, pour ne pas dire de manipulation.

Je suis citoyen français. Je ne souhaite pas la disparition de l' Etat d' Israël. Je souhaite la création d' un Etat palestinien. Alors je me pose les questions suivantes :

1- la justification des actions d' Israël est que le Hamas se sert des civils comme bouclier humain. Comment expliquer alors cette chasse aux lapins d' enfants de 7 à 10 ans sur une plage déserte (1 tué et 3 blessés), selon le témoignage d' observateurs étrangers? La "bavure" n' a pas été relevée par Tsahal.

2- MM. Hollande, Valls et Fabius ont exprimé la solidarité de la France à M. Nétanyaou. En tant que citoyen de ce pays, je réfute totalement un geste qui ne saurait engager un peuple et son parlement non consultés sur le sujet. Par qui et par quoi cette rupture de la politique traditionnelle de la France au Moyen Orient a-t-elle été inspirée, définie, décidée?

3- Sous l' effet de quelles pressions les moyens publics d' information censurent-ils une partie de l' information à laquelle ont droit les citoyens?

4- S' agissant d' Israël, celui-ci ne perçoit-il pas que le seul appui des USA devient insuffisant? L' émergence mondiale de nations neutres telles la Chine ou l' Inde, menaçant la suprématie du dollar, ne devrait-elle pas inciter Tel Aviv à envisager des négociations crédibles?

5- Israël ne songe-t-il pas qu' il fabrique des générations de martyrs appelant un cycle sans fin de violences? ou bien , hors de toute logique, se désintéresse-t-il d' une image qui dessert sa cause?

6- Israël ne réalise-t-il pas qu' il ne parviendra jamais, sauf génocide complet, à briser toute résistance palestinienne et à bâtir ainsi le "Grand Israël"? Il y a quelques jours , Tsahal a invité 100.000 Palestiniens à évacuer une zone qu' elle se préparait à pilonner. Personne n' a bougé. Qui sont, franchement, les pires "terroristes"? le Hamas, élu comme autrefois l' OLP tant diabolisée, et, avec lui, les gazaouis terrorisés, encerclés depuis des années, résignés à mourir sous les bombes?

Publié dans actualité

Commenter cet article