Les éclaireurs

Publié le par memoire-et-societe

Plus on avance en âge, plus, parait-il, s' éclairent les nids d' ombre où les contraintes du quotidien restreignent la visibilité des choses. Une décantation se produit, braquant le projecteur sur les figures marquantes de notre vie.

Voilà qui semble subjectif, donc justifiable de toutes sortes de réserves. N' en demeure pas moins que les esprits dont on estime qu' ils ont déterminé notre pensée, ne cessent plus de faire référence.

Me concernant, je les nomme André Breton et Jean-Paul Sartre. Mes "éclaireurs" n' affichaient pas de relations individuelles. Mais ils occupaient les mêmes tribunes, signaient les mêmes pétitions, manifestaient en faveur des mêmes causes. Selon moi, un fil court du "Manifeste du surréalisme" à "L' existentialisme est un humanisme". Cela déjà suffit.

Breton et Sartre défendaient un objectif analogue, que Sartre résumait en une formule : " tous les hommes, et tout l' homme". De quoi invalider la récupération qui les vise maintenant, alors que le premier associait Marx et Rimbaud et le second refusait le Nobel au nom de la Révolution et de la Poésie.

Leur grandeur vient de l' idée simple que la réunion de l' une et de l' autre donnait son sens à la Liberté. Breton a été le poète de la Liberté. Sartre le philosophe de celle-ci.

Je n' ai personnellement fréquenté ni Breton ni Sartre. J' aurais pu. Le "pape du Surréalisme" habitait à quelques centaines de mètres de chez moi. Je n' ai pas trouvé l' audace d' aller toquer à sa porte. Mais j' ai assisté, il y a bien des années, dans une salle Wagram bondée, au meeting mémorable du "Rassemblement Démocratique Révolutionnaire" (RDR) où il s' est exprimé, en même temps que Sartre, Camus et Rousset. Je n' avais jamais entendu de propos d' une telle ampleur.

Plus tard, j' ai participé, dans l' ex siège de la CGT, rue de la Grange aux Belles, à un rassemblement militant hostile à la guerre d' Algérie. Sartre s' y trouvait, très entouré. Je n' ai même pas tenté de l' approcher. Je garde néanmoins le souvenir de son extrême disponibilité, à défaut d' une facilité d' accès qui lui échappait.

Qu' aurais-je d' ailleurs osé leur dire d' autre que ce que j' écris aujourd'hui?

Publié dans culture

Commenter cet article