Etat et Patrie

Publié le par memoire-et-societe

Changer la conception de l' Etat pour le rapprocher d' une Patrie citoyenne, l' idée qui court depuis la Révolution française connait un regain d' actualité. Elle réclame une audace politique qu' on ne distingue guère chez les maîtres de l' heure, flottant entre deux modèles inadaptés:

-le modèle présent qu' aucune République n' a débarrassé d' une vision quasi monarchiste ne répondant plus aux réalités de la mondialisation et des technologies nouvelles. Cependant émergent des "élites" (castes administratives, oligarchies financières) qui renouent sans complexe avec la morgue des anciens " états" (aristocratie, haut clergé). Derrière les discours électoraux quinquennaux, la France demeure donc fort hiérarchisée. Les milieux dirigeants refusent de voir les oppositions qu' ils alimentent par la persistance des discriminations. En prétendant représenter la Patrie, ils l' éloignent des couches populaires : les manifestations dites patriotiques se déroulent sans elles, et, faute d' occasions héroïques, ne sont célébrées que par de maigres phalanges d' officiels requis et de vieillards décorés sublimant le "devoir" d' une mémoire saturée.

Cette dérive d' un patriotisme déclinant et purement commémoratif pose une question : qu' est-ce qu' être patriote aujourd'hui? obéir aveuglément à un Etat, lui-même polymorphe, ou reconnaitre et défendre les liens avec un patrimoine et des valeurs partagés : une histoire tourmentée, une langue métissée, certains choix de vie, bref tout ce qui finit par constituer un mode de civilisation? Que des descendants d' immigrés sifflent " La Marseillaise" les isole . Leurs pays d' origine les ignore. Il vaudrait mieux pour eux cesser de ne voir dans le lieu où ils vivent que le moyen d' obtenir un passeport ou de se faire soigner gratuitement, et, malgré dépit ou rancune, réfléchir au meilleur moyen de définir et d' asseoir de vrais motifs d'intégration.. Se vouloir apatride est inconfortable à l' heure où s' affirment tant d' appartenances nationales.

-l' autre alternative, l' alignement sur un modèle de type anglo-saxon, ne correspond pas à la mentalité française pour laquelle l' argent ne relève pas de l' éthique, et la ploutocratie ne se confond pas avec la patrie. En découle par exemple l' approche qui a légitimement conduit à la revendication de " l' exception culturelle française" face au rouleau compresseur des industries et lobbies culturels américains.

Combat inégal à première vue, mais sursaut d' une identité néo-patriote où finalement la " Patrie" n' est plus seulement une question de souveraineté territoriale et étatique, mais aussi un réflexe collectif de protection et de création. En ce sens, celle-ci se révèle comme une notion affective, poétique, avant d' être le marqueur politique des démagogues professionnels.

Publié dans société

Commenter cet article