Emigrations

Publié le par memoire-et-societe

   Que la crise économique se double d' une crise morale, il est difficile d' en douter. Une telle fatalité s' exprime de plusieurs façons: par la dégradation du civisme qui constitue le ciment d' une société, le dédain de repères nécessaires au " vivre ensemble"( respect,responsabilité,solidarité), la poussée d' un individualisme qui confond liberté et égoîsme, le recul du sentiment patriotique, de la conscience professionnelle,de la défense de l' intérêt général.

   Ces faits, observables au quotidien, contribuent à développer dans un pays pourtant doté d' atouts multiples, la France, un masochisme préjudiciable. Or, l' autodénigrement nourrit le découragement et l' émigration. Ou plutôt les émigrations.Car si émigrer devient terriblement "tendance", si l' égoïsme de classe des modernes "émigrés de Coblence" ne se dément jamais, tous les candidats au départ ne partagent pas d' identiques motivations.Les plus médiatisés sont, bien sûr, les "people" gâtés des Affaires, du Spectacle et du Sport. Belgique,Suisse, Angleterre, sont promus eldorados de ces " élites" martyrisées par le fisc.Faut-il les secourir? Le corporatisme a déjà entamé le travail.

   On reste sidéré par le discours d' acteurs dont la fortune est largement assurée par des subventions d' Etat( par exemple avances sur recettes...souvent non remboursées) en faveur de l' un d' entre eux, milliardaire que la reconversion à la vodka ne devrait pas affecter. C' est assez indécent, et plutôt attristant.

   A côté de ces patronymes ou pseudonymes célèbres, les autres catégories d' évadés font pâle figure. La soudaine pulsion d' ordre professionnel qui "contraint" certains chefs d' entreprise ou grands chirurgiens  à recourir au chantage de l' exil, ou alors la foi qui incite des Juifs hexagonaux à faire leur aliya( ascension) vers Israël, peuvent sans doute s' expliquer.Sinon que, excusez la mesquinerie du contribuable, elles ne prennent pas en compte les frais de formation et les avantages sociaux servis par la communauté d' origine jusqu'au départ plus ou moins tardif ( et définitif) de ces ex compatriotes.

   Reste ce qu'on peut appeler l' émigratin solaire. Elle rassemble les retraités qui " liquident tout", et courent s' installer dans des contrées où la vie est réputée moins chère, le climat plus doux et le foncier abordable. Ainsi observe-t-on, sur les sables dorés de la Tunisie ou du Maroc, une bonne partie de l' année, des bandes de sexagenaires bronzés buvant leur pastis comme à La Napoule.

   Sans faire l' idéologue rabat-joie, les montages de tous ces faux exilés à double ou triple passeport, trichant avec l' impôt auquel est soumis l' " actif" indigène, la sur-représentation( 11 députés et 12 sénateurs) dont bénéficie la colonie des "Français de l' étranger" quand les 6 millions d' électeurs du Front National n' ont péniblement droit qu' à deux sièges, toutes ces désertions, combines et entourloupes finissent par chatouiller la moutache.
   M.Arnault veut devenir belge? Depardieu belge, non, russe? M.Halliday belge,non,suisse, et M.Afflelou anglais ou moldo-valaque? Qu' à cela ne tienne, mais qu' il ne nous demande pas en outre de les pleurer ou les applaudir.On sait qu'ils reviendront dès que la France se sera sortie d' affaire. En attendant, ne nous reste-t-il pas D.S.K, Tapie et B.H.Lévy?

Publié dans actualité

Commenter cet article