Parait que ça va mieux mais pas trop bien

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Le président Hollande est optimiste. C' est son rôle, si c' est crédible. Est-ce crédible? Avec 1,5% de croissance on n' inverse pas la courbe du chômage, on ne rétablit pas un pouvoir d' achat, on ne peut réduire sérieusement impôts et déficits, on ne freine pas la fuite des cerveaux. Ce sont pourtant là des points à partir desquels se fonde une opinion publique. Conclusion : le "mieux" proclamé ne prouve qu' une chose, que Hollande ne parvient pas à décoller des 13% de satisfaits de son action.

Comment, dans ces conditions, espérer être réélu en 2017? Peu sans doute de ses électeurs se sont-ils imaginé en 2012 avoir déniché un thaumaturge. J' ai failli toutefois voter pour lui afin de ne plus voir ni entendre les grimaçantes rodomontades du prédécesseur. Mais j' ai eu aussitôt le plus grand mal à discerner une "ligne" dans les molles allées et venues, les gaffes de débutant, les bourdes d' amateur, les choix illisibles, les calculs affligeants de ce politicien gros de 40 ans de vie publique.

Aussi n' hésité-je pas à songer que le P.S ne fera pas l' économie de "primaires internes", que le sortant soit ou non candidat, et que celui-ci les perdra s' il ne veut pas s' épargner une gifle de la part de ses propres compagnons. Alors qui, et quoi ? Les postulants sont légions, figures déjà marquées par les compromis ou les échecs, usées par les années passées sous les ors noircis de la République. Aucun, parmi eux, de "récupérable".

Pourtant, le camp progressiste, terme préférable au fourre-tout et tous que signifie "la gauche", est encore lourd d' un vrai potentiel. A un tel paradoxe nous a conduits le Parti de Mitterrand et de ses dauphins. Il faut le dire pour n' avoir plus à y chercher quelque référence : l' économie sociale de marché, c' est de l' économie de marché, c' est de la mondialisation capitaliste, c' est du libre échange en trompe l' oeil et de la concurrence truquée, un boulevard pour la spéculation. C' est, par essence, un virus introduit dans le mécanisme du Travail. Pèlerinage à Notre Dame de la Précarité garanti.

Avoir à rappeler ces lieux communs est édifiant, s' agissant du niveau où se situe une "gauche de gouvernement" ressassant que "ça va mieux".

Je devine la question :

- Alors vous préférez voir revenir la Droite ?

- Je préfère la clarté. Au moins elle ne désespère pas tous les Billancourt de la terre.

La génération qui nous gouverne ne semble même plus percevoir le mouvement qui agite les profondeurs du pays, saisir que les "Nuit debout" qui fleurissent un peu partout ne sont que des épiphénomènes. Qu' un immense dégoût s' élève contre un système, des institutions, des moeurs, bref une forme de République paralysée par la corruption morale (et souvent matérielle).

Publié dans actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Costa 18/05/2016 09:21

Tres juste amitiee