LA CASSE

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Les "casseurs" sont de nouveaux acteurs du mouvement social. " Nouveaux" est d' ailleurs vite dit, car il y a des années qu' ils accompagnent chaque manifestation de masse pour y opérer, en marge des rituels défilés des syndicats homologués.

Cet an-ci, surfant sur l' impopularité du Pouvoir, ils sont passés à la vitesse supérieure : une sorte d' action insurrectionnelle, et un harcèlement épuisant pour la police requise en même temps par l' état d' urgence et la lutte antiterroriste. Affaiblissement politique, crise économique, difficultés sociales, tension internationale engageant l' Armée outre mer, tout semble réuni pour favoriser une ambiance pré-révolutionnaire.

Qui sont ces "casseurs"? sans doute pas des voyous au sens où la classe politique emploie le mot. L' insulte ne suffit pas à analyser le phénomène, et abuse, une fois de plus, l' opinion. A part quelques petits délinquants aux aguets et une poignée d' ados chahuteurs et sans projet, ce sont pour une bonne part de jeunes militants internationaux dotés d' une forte culture historico-idéologique (certains sont doctorants) d' essence marxiste ou libertaire, avec des relents de nihilisme russe et d' anarchisme espagnol,  témoignant du malaise engendré par le système capitaliste. Le discours, s' il n' est pas fondamentalement neuf, redevient d' actualité : rien à attendre pour les classes populaires des démocraties parlementaires et de leurs palabres sans effet. Rien à espérer d' une forme de représentation truquée à la base par les arrangements électoraux et les fausses divergences de Partis d' accord, sans l' avouer, pour se partager les richesses issues du Travail.

Ils sont Français, Allemands, Anglais, Néerlandais ou Grecs, courant de Rencontres internationales en Forums économiques et en lieux de contestation écologique pour annoncer que la démocratie couvre en réalité une domination de classe, et affronter la police, instrument de l' Ordre financier.

Déterminés, adaptés aux pratiques de la guerrilla urbaine, très mobiles et bénéficiant de performantes technologies de communication, ils perturbent un dispositif répressif encore marqué par la mort de l' étudiant Malick Oussékine en 1986, et plus accoutumé aux processions syndicales de pères de famille où chacun décompte à sa guise le nombre de participants et, après avoir replié ses drapeaux et s' être félicité de la réussite de la manif', se disperse, laissant le soin au Premier ministre de vanter le bonheur de la liberté d' expression.

Les casseurs voient les choses autrement. La révolution sociale avant la démocratie libérale et le Droit formel.. L' ultragauche n' oublie guère, depuis l' écrasement du mouvement spartakiste (il y a près d' un siècle à Berlin) que les sociaux-démocrates au pouvoir peuvent être les meilleurs alliés de la bourgeoisie pour mater une rébellion populaire. Elle ne fera donc aucun cadeau à Hollande, quitte à se retrouver l' alliée objective des jihadistes qui sont d' ailleurs ses ennemis. Elle a retenu que les bolchéviks ont su en 1917 profiter de ce genre de confusion pour s' emparer du Palais d' Hiver à Saint-Petersbourg (le stalinisme et ses millions de victimes posant "en aval" un problème qui ne gomme pas l' exploitation par l' argent...)

L' activité ciblée des casseurs est donc un élément avec lequel la 5ème République doit de plus en plus compter parce qu' il dérange un ordonnancement jusqu' ici soigneusement établi. Ajoutée aux gesticulations du Front National et au permanent danger terroriste, l' ardeur de cette "minorité agissante" renforce le sentiment que le pays glisse vers une guerre civile larvée où l' approche d' élections présidentielles peut avoir pour effet d' exciter un peu plus les passions.

.

Publié dans politique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article