LE MESSAGE CHEDID

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Les dynasties artistiques ne sont pas rarissimes. Celle des Chédid marque par une continuité qui lui confère un côté tribal qu' illustre en 2015 une tournée collective et une Victoire de la Musique l' année d'après.

La fondatrice de la lignée est une poétesse d' origine syro-libanaise, Andrée, qui aurait aujourd'hui 117 ans. Née au Caire, mariée au médecin-biologiste Louis- Sélim Chédid, elle s' installe en 1946 à Paris où son époux devient chercheur à l' Institut Pasteur.

Les premiers textes francophones de la jeune femme datent du début des années 50 et sont publiés par le poète-éditeur des Surréalistes Guy Lévis-Mano, sous le label des Cahiers G.L.M.

Son oeuvre qui ne cesse de s' élargir, tout comme son audience, englobe dès lors poésie,romans, nouvelles et pièces de théâtre que couronnent deux prix Goncourt : celui de la Poésie et celui de la Nouvelle.
Le propos principal d' Andrée Chédid est l' interrogation sur le Sens de notre vie, à la fois riche et fragile. Le "goût des autres" et l' empreinte indélébile de l' Orient sont des éléments qui lui donnent sa coloration multiculturaliste. Elle confie : " Je cherche à nommer quelque chose qui est au fond de l' homme, et dont la mort est la signature."

C' est le message qu' elle transmet à ses deux enfants, Michèle, artiste peintre, et Louis, chanteur-compositeur. Celui-ci, d' abord membre des "Petits chanteurs à la croix de bois", puis monteur de cinéma, se lance dans la carrière musicale en 1973. Il se hisse en quelques années au hit-parade avec "T' as beau être pas beau " comme interprète et guitariste de jazz proche de Django  Reinhardt.

Son fils Matthieu, devenu -M-, assure le relais, mettant à l' occasion en musique rock les poèmes de sa grand-mère. Dès l' enfance, il figurait dans les choeurs accompagnant  son père. Bientôt aussi populaire que lui, il s' associe au projet familial d' un spectacle réunissant sur scène Louis et trois de ses enfants, Matthieu, Joseph dit Sélim, et Anna, alias Nach, chantant en semble leurs créations personnelles supervisées par Emilie, leur mère.

C' est alors une tournée de cinq mois et 37 concerts dans les pays francophones ( mai-septembre 2015) et, l' année suivante, l' album enregistré en studio récompensé par la Victoire de la Musique. Ultime hommage rendu à la  poétesse, l' Aïeule sublimée, venue au monde presque un siècle plus tôt dans ce Liban déchiré où elle n' avait cessé de puiser son inspiration. Pour elle encore le titre n°1 de Louis, le fils prodigue de cette saga : "On ne dit jamais assez à ceux qu' on aime qu' on les aime."

 

 

 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article