Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog

65 articles avec culture

Tarde ou la revanche du juge

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Gabriel (de) Tarde (la Révolution a privé sa famille de particule, la IIIème République l' a lui a rendue mais l' écrivain ne l'a pas reprise) était, à l' image de La Boétie, natif de Sarlat (1843).

Il a publié des ouvrages de sociologie au moment où Durkheim et le rouleau compresseur universitaire s' accaparaient l' exclusivité de la discipline. Le petit juge de province (sa première fonction), qui deviendra, au Collège de France, titulaire d' une chaire de "philosophie moderne" (terme imposé mais selon lui inapproprié), n' a pas pesé lourd. Calomnié, incompris, vite classé anti-progrès, on ne l' a plus lu, jusqu' à ce qu une réhabilitation officialisée à la fin des années 60 par des auteurs comme Foucault et Deleuze ou, plus tard, Régis Debray et Wolton, le tire de sa tombe intellectuelle. Qui l' a alors rattaché à Leibniz et qui à Montesquieu, ou lui a concédé une influence sur Freud.

Tarde est aujourd'hui reconnu comme un précurseur de la psychosociologie, mélange des genres durement condamné par le milieu scientifico-académique de son époque. "Philosophe sans avoir cherché à l' être", disait Bergson.

L' essentiel de la théorie sociologique de Tarde réside dans trois ouvrages ( mais il en a écrit bien plus) publiés entre 1890 et 1901 : "La loi de l' imitation", "Monaldologie et sociologie", et surtout "L' Opinion et la foule", réédité en 2006. Selon lui, pour expliquer les mouvements de masse, tout part de processus "d' imitation", reflet de nos semblables sur chacun de nous, et "d' invention". Le premier est issu de "croyances" (mythes,rites, etc.), le second des "désirs" prolongeant des croyances. Ainsi les psychologies individuelles s' insèrent-elles sans heurt dans la texture de la société (" adaptation").

Pour autant, Tarde considère la dynamique de foule comme un phénomène psychologique difficilement contrôlable. Le comportement des éléments qui la composent tend en effet vers une unanimité passionnelle : " groupes de l' instant", qui anticipent ce qui deviendra la formation de "publics".

Par sa démarche anticonformiste, Tarde incarnait ce que la "doxa" durkheimienne ne pouvait supporter :

- un penseur et chercheur hors sérail, osant s' aventurer sur le territoire réservé des Sciences sociales

- le procureur d' un industrialisme abstrait, d' un scientisme sublimé et d' un économisme étroit, le tout débouchant sur une technocratie déshumanisée

- un futurologue annonçant la transformation des masses en publics forgeant une "opinion".

Le recul de l' influence durkheimienne a été la revanche posthume du Périgourdin bafoué : humaniste à la mode de Montaigne (politiquement il se disait "républicain" et "démocrate" sans plus de précision), solitaire, prémonitoire, Tarde s' est appliqué à démonter avant l' heure les mécanismes d' où devaient surgir, malgré ses avertissements, " des fous guidant des somnambules ".

P.S- Le fils de Gabriel Tarde, Alfred de Tarde (avec particule retrouvée), a été un journaliste monarchiste, proche de Maurras.

Publié dans culture

Partager cet article

Repost 0

Carnet de rêves

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Je suis resté depuis ma jeunesse influencé par le surréalisme, et notamment par la période dite des sommeils (1923-25) où s'illustrèrent, entre autres, Desnos, Aragon, Péret, Artaud ou Maxime Alexandre. A mon tour, j' ai tenu un "Carnet de rêves", journal onirique que j' ai bien entendu égaré au cours de mes déménagements. Je regrette sa perte : à mon âge, on ne rêve plus. En tout cas, rien ne me confirme que je rêve encore.

Parallèlement à cet intérêt pour l' ubac de la vie, j' étais féru de piano jazz. De jazz en général sans doute, mais plus particulièrement de grands pianistes tels l' autodidacte Erroll Garner, qui ne savait pas déchiffrer une partition, ou Oscar Peterson, mes préférés. J' ai écouté des heures et des heures leurs 78 tours sur un tourne- disques graillonnant, et déambulais, leurs compositions en tête.

Puis je suis entré dans la "vie active". Je n' ai pas renié l' amour du jazz, ai moins lu les surréalistes, bref vécu autre chose, autrement. On dépasse alors vite la trentaine, avant de mettre résolument le cap sur la suite. C' est vers cette époque que s' est produit l' événement que je vais évoquer. Freud, je crois, aurait classé mon récit parmi "les rêves sensés déconcertants", et les surréalistes auraient pu à ce titre l' accueillir dans leurs anthologies.

J' avais, une nuit, sombré dans un sommeil profond lors qu' a soudain surgi devant moi un indiscutable clavier de piano, avec son alignement de marches claires, coupé de feintes noires. Il s' imposait, écrasant de réalité, tandis que deux mains - les miennes ! - plongeaient vers lui et se mettaient à y courir. Or je n' ai jamais appris le piano. J' observais, stupéfait, mes doigts travaillant avec virtuosité et précision d' une extrémité à l' autre dudit clavier, incarnés en ceux d' Erroll Garner.

Invraisemblable substitution, le phénomène a duré tout le temps de "Misty", morceau réputé fort difficile à reproduire avec les "décalages" que Garner imprimait à sa rythmique. L' émotion était si grande qu' elle a fini par me réveiller, en état de totale sidération. Je venais de vivre un transfert exceptionnel, comme je n' en ai plus connu dans mon existence, consciente ou non.

C' est André Breton qui, une fois encore, et mieux que Freud, m' a fourni une clé de compréhension. Alors que le fondateur de la psychanalyse s' obstinait à contenir les rêves dans d' étroites limites sexuelles, le poète faisait aussi valoir la liberté infinie des représentations mentales, ainsi qu' elles ont trouvé à s' exprimer dans l' écriture automatique ou dans les tableaux d' un Chirico , d' un Ernst, d' un Masson, d' un Tanguy.
J' ai tenté pour ma part d' y réfléchir. Les lignes du "Carnet" perdu que j' ai mémorisées l' attestaient : un essai d reconstitution de l' atmosphère onirique qui a baigné ma "performance" était inconcevable sous peine de compromettre la vérité de la création artistique relayée par mon inconscient.
J' ai été, une fois, Erroll Garner. Je ne recommencerai plus.

P.S. Le prix Nobel de Littérature 2014 vient d' être attribué à Patrick Modiano. Ce blog avait précisément rendu hommage à l' écrivain le 27 juin dernier, dans la chronique "Pourquoi lire Modiano".

Publié dans culture

Partager cet article

Repost 0

Etre Corse

Publié le par Jean-Pierre Biondi

L' autre jour, à Sainte Lucie de Tallano, en Corse du sud, où je visitais un moulin à l' ancienne, le gardien m' a demandé d' où j' étais. - J' habite Paris, ai-je dit. Mais mon père était corse et ma mère continentale.

- Alors, vous êtes corse.

J' ai accueilli sereinement la primauté du père, conforme à la tradition patriarcale de l' île. Je n' en ai pas moins, durant un séjour d' une semaine et demi, constaté le recul de la corsitude.

Au plan de la démographie d' abord. Les Portugais représentent 20% de la population et développent un embryon de classe moyenne ( responsables de PME pour la plupart ) qui transfère en majorité ses gains au Portugal. Corses et Portugais ne se marient pas entre eux. Le communautarisme domine.

C' est encore plus vrai des Maghrébins qui compteraient 30% des habitants, cantonnés dans les basses besognes et soumis à la méfiance indigène. Parmi les 50% qui restent, les Continentaux figurent pour près d' un tiers, ce qui, sur un total d' environ 300.000 individus, réduit le nombre de Corses d' origine à 100.000. Moins qu' à Marseille. Si l' on ajoute à cela que les meilleurs éléments issus de l' Université de Corte se dispersent, faute d' Empire, en France et en Europe, on se dirige vers une baléarisation ( 2 millions 500.000 touristes en 2013) dénoncée avec fracas par les nationalistes.

Ceux-ci, qui ont "déposé les armes", semblent baisser le ton. Les autonomistes ont, certes, enregistré des progrès électoraux sensibles, et leur représentation à l' Assemblée de Corse est significative. Le président de celle-ci, le communiste Bucchini, ne dédaigne pas composer avec eux. Mais les extrémistes marquent le pas. On ne voit plus guère de slogans anti-gaulois qui, tel IFF (les Français dehors), couvraient auparavant les murs, les panneaux et les pancartes. L' ethnicisme n' est décidément pas la voie du développement.

L' instauration d' un bi-linguisme partiel, la création de postes de professeurs de corse, ont contribué à décrisper la crise identitaire. D' autant que la frontière, pas forcément claire, entre certains nationalistes et les milieux et pratiques mafieux ont pu brouiller les cartes. La statistique des assassinats demeure constante, mais, depuis le meurtre du préfet Erignac, moins politisée. Nul doute qu' un referendum sur l' indépendance se traduirait actuellement par un "non" massif.

En fait, les Corses, quoiqu'ils disent, sont très "français" : plutôt pessimistes et toujours en attente de motifs de fierté et d' occasions de se valoriser. Agaçants et attachants, outranciers et susceptibles, égocentristes mais solidaires.

Je suis revenu avec du vrai "figatellu" pour amis parisiens. Nous l' avons mangé cru, soutenu par du Beaujolais blanc et frais, contrairement à toute orthodoxie. Quelqu' un a mis un DVD d' I Muvrini. Chacun a pu rêver de la dorure du soleil en fin d' après-midi sur le sommet de l' Incudine, ou des forêts de châtaigniers et de chênes-lièges dévalant vers le golfe de Porto. J' ai ressenti alors la fugitive impression, moi natif de Creil (Oise), ancien du lycée Decour et de la Sorbonne, marié 40 ans à une Alsacienne, père de 2 enfants élevés à Dakar dont l' un désormais installé aux USA, de répandre je ne sais quel parfum de pascal paolisme.

La Corse a gardé, hormis sa beauté, peu de ressemblance avec celle de Mérimée et même celle de mon enfance, mais c' est ainsi. Bien sûr que je ne renie rien. Surtout pas mon père, homme en tous points remarquable. Mais n' est-ce pas simple posture que d' approuver, ici et là, les visées nationalistes de pays où l' on n'a ni grandi ni vécu, au nom d' identités "peau de chagrin" ?

 

Publié dans culture

Partager cet article

Repost 0

Le trouble parcours de Wilhelm Reich

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Sa réputation chez les psychanalystes des années 30 était celle d' un fou. C' est pourquoi il est demeuré peu connu du grand public. Mais Hölderlin, Van Gogh, Nietzche ou Artaud n' étaient-ils pas "fous" aussi ?

Né en 1897 dans une famille de fermiers de l' Ukraine actuelle, Reich a combattu les Russes dans l' armée autrichienne, entrepris, la paix revenue, des études de médecine psychiatrique, puis rejoint à Vienne Freud dont il est devenu, à ses débuts, l' un des disciples favoris.

Son premier ouvrage, "La Fonction de l' orgasme", publié en 1927, le range bientôt parmi les hérétiques de la psychanalyse orthodoxe. Il part à Berlin, y adhère au Parti communiste, et fonde, avec des psychanalystes allemands (Fromm, Fenickel), la théorie freudo-marxiste.

L' avènement du nazisme le contraint à regagner Vienne où s' accentue son divorce thèorique avec Freud, s' agissant entre autres de l' importance de "l' instinct de mort". La fille du Maître, Anna Freud, elle-même psychanalyste, s' emploie à faire exclure "ce communiste" de la conservatrice Internationale psychanalyste (I.P.A) et s' applique à le discréditer en lui construisant une solide réputation de "dément".

De son côté, la Gestapo décrète un autodafé de toute l' oeuvre du "juif pornographe". Réfugié au Danemark puis en Suède, Reich y poursuit ses recherches sur la "thérapie psychocorporelle". Celles-ci captent l' attention de l' ethnologue Malinovsky qui, en 1939, l' invite à venir enseigner "l' analyse caractérielle" à New York. Commencent alors pour Reich d' interminables démêlés avec le F.B.I qu'obsède l' étiquette marxiste de l' Autrichien. On finit par le reléguer dans l' Etat du Maine, à Rangeley, où il crée une clinique de dépistage des biopathies. Ses expériences ne manquent pas de soulever bientôt l' indignation locale qui relaie les rumeurs antérieures de schizophrénie, couronnées d' une accusation non prouvée de pédophilie.

Condamné pour avoir outrepassé l' interdiction de location des "accumulateurs d' orgone" de son invention et avoir contesté la qualification du tribunal pour juger d' innovations scientifiques, il meurt,à 60 ans, en prison d' une crise cardiaque . Ses partisans ont estimé le décès douteux, compte tenu du climat de "mac carthysme" régnant à l' époque aux Etats-Unis. Ses oeuvres n' avaient-elles pas fait l' objet d' un second autodafé, à Manhattan cette fois?

Reich a en vérité tout enduré : calomnies et jalousies, expulsions, exils, vengeances, tracasseries policières, poursuites judiciaires, et peut-être mort violente. Aujourd'hui le musée de Rangeley, qui porte son nom, célèbre ses découvertes. Ses théories ont suscité des vocations et créations un peu partout : ainsi, à Paris, le "Cercle d' études reichiennes" animé par le psychologue libertaire Jacques Lesage de La Haye.

Illuminé? agent communiste? charlatan? visionnaire? la personnalité complexe de Reich reste une énigme que son étrange destin continue d' entretenir.

A lire : "La Fonction de l' orgasme" (L' Arche,1986)

"Reich parle de Freud" (Payot,1998)

Jean-Michel Palmier : " W. Reich. Essai sur le freudo-marxisme" (U.G.E, 1969)

Publié dans culture

Partager cet article

Repost 0

Impasse du Rouet

Publié le par memoire-et-societe

Il y a fort longtemps, un ami peintre, Raymond Charriaud, avec lequel j' avais créé un théâtre de marionnettes intitulé " La Compagnie du Rouet", habitait précisément impasse du Rouet, dans le XIVème arrondissement de Paris. Au coin, une campagnarde " Auberge du Rouet" rappelait que quelques décennies plus tôt la Beauce arrivait jusqu' à la place Denfert-Rochereau. De l' auberge, il fallait, afin de parvenir au but, emprunter une ruelle pavée sur une centaine de mètres, puis traverser le hall d' un immeuble qui la barrait pour déboucher soudain sur un îlot d' ateliers d' artistes, comme il en existait tout autour de Montparnasse.

A gauche, un bâtiment vétuste de deux étages où résidait Charriaud, à droite une enfilade plate de baraques en bois. Dans l' une d' elles travaillait et vivait le graveur Friedlaender. Goothard, dit Johnny, Friedlaender ne gagnait pas d' argent mais possédait déjà un passé qui en faisait la célébrité de ce monde clos.

Elève à Breslau d' Otto Müller, membre du groupe "Die Brücke", il avait connu toute l' avant-garde berlinoise avant de gagner Montparnasse. En 1937, son compatriote Hans Reichel lui avait trouvé refuge dans cette impasse où lui- même logeait. C' était la dèche. Fid, la femme de Friedlaender, faisait de la couture à domicile, lui s' efforçait de placer des dessins dans les journaux.

En septembre 39, il fut incarcéré en tant que ressortissant allemand, puis trimballé dans le Midi de camp d' internement en résidence surveillée. Il était de retour début 45 impasse du Rouet. Le peu qu' il possédait était envolé. Bientôt il eut pour voisin le peintre américain Sam Francis, un ami de Pollock et Rothko, qui l' initia au "dripping", procédé trop arbitraire pour l' artisan rigoureux correspondant à sa nature. C' est peu après que j' ai fréquenté l' impasse. Je passais devant la porte souvent ouverte de Friedlaender qu' on apercevait penché jour et nuit sur ses planches et ses cuivres. Il disait volontiers : " Je ne suis pas un graveur. Je suis un peintre qui grave", hommage à la longue tradition des graveurs allemands.

Cependant sa notoriété grandissait avec la vogue de la seconde Ecole de Paris. Un soir, Christian Zervos, fondateur de "Cahiers d' art", apparut impasse du Rouet. Bissière, Nicolas de Staël, Vieira da Silva, Zao Wou Ki vinrent à leur tour voir son travail qui ne manqua pas d' inspirer leurs tableaux. On se bousculait.

La première exposition importante de Friedlaender, qui mit le hameau en émoi, eut lieu en 1949 à la galerie "La Hune" de Bernard Gheerbrandt. Eluard, le critique Gaton Diehl, Malraux, Kisling, étaient là. L' aisance est le fruit du succès : en 1952, Friedlaender, naturalisé français, déménageait rue Saint-Jacques, puis achetait une maison de campagne. Il n' abandonnait pas l' impasse pour autant, y ouvrant un cours de gravure vite couru.

Pour moi aussi, une page était tournée. La "Compagnie du Rouet" avait déposé le bilan. Friedlaender est mort célèbre et riche dans les années 90. Le voir aujourd'hui coté au niveau de Braque ou de Chagall me renvoie inévitablement au souvenir héroïque de l' Impasse des vaches maigres...

Publié dans culture

Partager cet article

Repost 0

Les éclaireurs

Publié le par memoire-et-societe

Plus on avance en âge, plus, parait-il, s' éclairent les nids d' ombre où les contraintes du quotidien restreignent la visibilité des choses. Une décantation se produit, braquant le projecteur sur les figures marquantes de notre vie.

Voilà qui semble subjectif, donc justifiable de toutes sortes de réserves. N' en demeure pas moins que les esprits dont on estime qu' ils ont déterminé notre pensée, ne cessent plus de faire référence.

Me concernant, je les nomme André Breton et Jean-Paul Sartre. Mes "éclaireurs" n' affichaient pas de relations individuelles. Mais ils occupaient les mêmes tribunes, signaient les mêmes pétitions, manifestaient en faveur des mêmes causes. Selon moi, un fil court du "Manifeste du surréalisme" à "L' existentialisme est un humanisme". Cela déjà suffit.

Breton et Sartre défendaient un objectif analogue, que Sartre résumait en une formule : " tous les hommes, et tout l' homme". De quoi invalider la récupération qui les vise maintenant, alors que le premier associait Marx et Rimbaud et le second refusait le Nobel au nom de la Révolution et de la Poésie.

Leur grandeur vient de l' idée simple que la réunion de l' une et de l' autre donnait son sens à la Liberté. Breton a été le poète de la Liberté. Sartre le philosophe de celle-ci.

Je n' ai personnellement fréquenté ni Breton ni Sartre. J' aurais pu. Le "pape du Surréalisme" habitait à quelques centaines de mètres de chez moi. Je n' ai pas trouvé l' audace d' aller toquer à sa porte. Mais j' ai assisté, il y a bien des années, dans une salle Wagram bondée, au meeting mémorable du "Rassemblement Démocratique Révolutionnaire" (RDR) où il s' est exprimé, en même temps que Sartre, Camus et Rousset. Je n' avais jamais entendu de propos d' une telle ampleur.

Plus tard, j' ai participé, dans l' ex siège de la CGT, rue de la Grange aux Belles, à un rassemblement militant hostile à la guerre d' Algérie. Sartre s' y trouvait, très entouré. Je n' ai même pas tenté de l' approcher. Je garde néanmoins le souvenir de son extrême disponibilité, à défaut d' une facilité d' accès qui lui échappait.

Qu' aurais-je d' ailleurs osé leur dire d' autre que ce que j' écris aujourd'hui?

Publié dans culture

Partager cet article

Repost 0

Le trésor de Pierre-André Benoit

Publié le par memoire-et-societe

La crise aura au moins eu un effet positif : permettre à des Français de connaitre leur pays en les incitant à délaisser un exotisme (souvent de pacotille) au profit d' un patrimoine injustement dédaigné.
Si cet été l' aventure les conduit vers le sud du Parc national des Cévennes, au pays des rebelles Camisards où les miroirs en creux servaient à cacher la Bible, ils peuvent ainsi faire halte au château de Rochebelle, havre ombragé au bout d' un quartier populaire d' Alès. Cet édifice de la fin du XVIIIème, de style néo-classique, acheté par la Ville, abrite depuis 1989 le musée-bibliothèque Pierre-André Benoit.

Qui était Pierre-André Benoit, appelé PAB dans sa Cité natale comme dans le monde de l' Art, et décédé en 1993? Un humaniste des temps modernes, peintre et graveur, éditeur, bibliophile, collectionneur, ivre de poésie et d' enluminures. On se pressait pour solliciter ou admirer le travail de ce Languedocien enraciné dans son terroir mais ouvert à toutes les expressions créatrices, ami des plus grands avec lesquels il a étroitement collaboré. Ecrivains comme Breton, Claudel, Eluard, Tzara, Artaud, Bousquet, Valéry, pour ne citer que quelques auteurs des 425 ouvrages qu' il a illustrés, désormais déposés dans la Réserve de livres rares de la Bnf. Peintres comme Braque, Duchamp, Arp, Ubac, Dubuffet, Vieira da Silva ou Picasso, représentés sur place, à Rochebelle.

Dans le jardin du château vous accueille une sculpture de Miro. A l' intérieur, la vaste salle d' exposition entièrement conçue par PAB, depuis les ornementations de plâtre coloré des murs et du plafond jusqu' aux découpes des meubles de chêne peint. Trésor d' une vie de passion esthétique, consacrée en priorité aux Arts graphiques et à la fabrication des "minuscules", ces livres de petit format où l' inspiration et le talent du maître illustrateur viennent prolonger le souffle des poètes.

Publié dans culture

Partager cet article

Repost 0

Lettre ouverte à M. Sylvain Kahn, professeur

Publié le par memoire-et-societe

Monsieur,

Regardant "C' est dans l' air ", émission télévisée où M. Calvi coupe la parole à ses invités pour développer son propre point de vue, j' ai découvert votre existence. Jeune homme apparemment bien né ( vous êtes, je crois, le neveu de J-F Kahn qui s' est tant gaussé quand D.S-K a "troussé"(sic) à l' improviste une femme de chambre guinéenne dans un hôtel de New-York), vous êtes venu nous annoncer que l' anglais était la langue incontournable des Européens.

- Et la francophonie ? a osé Calvi

- La francophonie ? c' est une connerie, avez- vous tranché sans plus. Et d' ajouter : " Les Français seront plus français en parlant anglais ".

J' avoue que la logique d' un tel paradoxe m' a un peu dérouté, mais bon, j' ai enregistré cette affirmation publique d' un agrégé d' Histoire chargé d' enseigner la question de " l' intégration européenne" aux élèves de Sciences-Po.

Parvenu là, cher monsieur Sylvain, je me sens tout de même obligé d' endosser la tunique du franchouillard-ringard-beauf' pour faire observer :

1- que les pays anglophones n' ont pas une ouverture d' esprit aussi large que la vôtre et font preuve immuablement de chauvinisme conquérant. Ce dernier serait-il plus digestible que la défense d' une langue-mère?

2- que les francophones périphériques (Québécois, Wallons, etc.) qui luttent en première ligne pour continuer à parler comme leurs parents, seraient bien déçus d' apprendre qu' à l' arrière, une élite moderniste, férue de mondialisme bostonien, est prête à brader des siècles d' acquis culturel

3- que le cosmopolitisme linguistique, incarné dans les baragouins du marketing et du bargaining, n' a jamais fait avancer d' un pouce le véritable internationalisme

4- que former, aux frais du contribuable, de jeunes cerveaux, pour les inciter à fuir et affaiblir ensuite leur créditeur, constitue une malhonnêteté

5- que rien n' est plus destructeur pour une société que la perte de son identité, dont la langue est un élément majeur. Ainsi a procédé le colonialisme pour s' imposer.

C' est pourquoi, M. Sylvain, quitte à vous contredire, je veux rester franco-européen. J' en sais une raison supplémentaire : mon fils et sa famille sont établis à Atlanta (Géorgie), choix que je respecte mais que, personnellement, je n' aurais pu faire. Vous vous rappelez Danton et la semelle de ses souliers... Nul ne transformera la langue de Molière en latin pour universités anglo-saxonnes.

Je vous salue bien.

Publié dans culture

Partager cet article

Repost 0

Gen Paul et Montmartre

Publié le par memoire-et-societe

On a qualifié Gen Paul de " peintre de Montmartre", ce qui est réducteur comparé à ses célèbres voisins du Bateau-Lavoir ou à son compagnon de cuite, Maurice Utrillo, et inexact si l' on envisage l' ensemble d' une oeuvre débordant largement cette seule connotation touristique.
Né en 1895 d' un père inconnu et d' une mère brodeuse rue Lepic, Eugène, dit Gen, Paul a été d' abord apprenti tapissier-décorateur. La guerre lui a emporté la jambe droite en 1915, " en cadeau de mes vingt ans", précisait-il. Puis Delâtre l' a initié à la gravure et le cubiste Juan Gris à la peinture.

Exposé au Salon d' Automne de 1920, Gen Paul entamait alors la carrière qui en a fait le chef de file de l' expressionnisme à la française, vite l' égal en notoriété de ses proches amis Vlaminck et Kisling. Cependant, miné par la boisson, il a été, au début des années 30, contraint de se sédentariser pour aborder une période dite "célinienne". En effet, installé depuis 1917 au 2 de l' avenue Junot, Gen Paul a vu emménager à deux pas un étrange médecin des pauvres nommé Destouches et sa compagne, une danseuse américaine (Elizabeth Craig). Le médecin était aussi romancier sous le pseudonyme de Louis-Ferdinand Céline. Une sulfureuse amitié était née, que doublait une influence réciproque.

L' atelier du peintre et le "banc Junot", de l' autre côté de la rue, étaient déjà le rendez-vous d' une bande du quartier mêlant tapageusement écrivains comme Carco, Marcel Aymé, Mac Orlan, Jouhandeau ou Fauchois, comédiens tels Ledoux, Berthe Bovy, Le Vigan, et poivrots divers et variés. Paul et Céline s' étaient découverts deux goûts communs : l' argot, que le peintre enseignait consciencieusement au "pisse-copie" avide d' assimiler un vocabulaire inédit à ses récits, les danseuses que l' artiste prenait pour modèles et que le toubib massait avec zèle. Cette dernière prédilection fut l' origine d' une algarade mémorable : le motif en était la disposition des faveurs de Lucette Amanzor, qui allait devenir, pour le meilleur comme pour le pire, l' indéfectible épouse de Céline. Gen Paul, marié, n' a jamais pardonné ce "vol" à l' auteur de "Mort à crédit". Lequel s' est vengé en campant dans "Féerie pour une autre fois" un peintre, Jules, alcoolique et boiteux, parfaitement identifiable.

En octobre 1940, j' ai habité place Jean-Baptiste Clément (l' auteur du "Temps des cerises), à une centaines de mètres des rues Ravignan, Lepic, Norvins, Girardon, Junot où survivait la troupe de Gen Paul. J' entrais en 5ème au lycée Rollin (aujourd'hui Decour), ma mère enseignait rue des Martyrs. On amenait les jeunes soldats d' occupation visiter le "gay Paris", donc Montmartre. Ils sautaient des camions en faisant sonner leurs bottes, les bras chargés de raisins qu'ils mangeaient goulûment. Ceux-la devaient bientôt mourir en Russie.

Pendant ce temps, Céline et Paul fréquentaient Otto Abetz, l' ambassadeur d' Allemagne, qui s' efforçait de rallier les milieux artistiques à la cause du Reich. Tous deux, blessés de 14, avaient opté pour la Collaboration par pacifisme, et convaincus que les Juifs avaient voulu cette seconde guerre mondiale. En 44, Céline a quitté Montmartre, et entrepris la narration de l' apocalypse nazie dans "D' un château l' autre". Il est mort en 1961, cloitré à Meudon avec Lucette, après son exil au Danemark.

Gen Paul, ayant échappé à "l' épuration", a débuté une phase "calligraphique" qui a couronné son succès. En 1975, il a abandonné l' avenue Junot, entouré de considération, pour l' hôpital où il a succombé au cancer. Une page des heures chaudes de la Butte était définitivement tournée.

Publié dans culture

Partager cet article

Repost 0

Gance et la polyvision

Publié le par memoire-et-societe

J' ai collaboré, de 1955 à 1957, à un hebdomadaire depuis longtemps disparu, intitulé " Demain". La dernière page de chaque numéro y était systématiquement réservée à une personnalité de la Culture, invitée à s' exprimer en toute liberté.
Le journal a ainsi publié de nombreux écrivains français ou étrangers, de Roger Vailland à Jean Cassou et Emmanuel Berl, d' Arthur Koestler à William Saroyan et Erich-Maria Remarque, des musiciens, des comédiens, des cinéastes, tels Fellini et Abel Gance.

C' est ce dernier que j' évoquerai ici. Il était entré un jour dans les bureaux de la rédaction, accompagné d' une jeune femme qu'il a présentée : " Ma collaboratrice, Mademoiselle Nelly Kaplan." On disait de Gance, alors âgé de 67 ans, qu' il était l' un des fondateurs du cinéma moderne avec l' Américain Griffith et le Soviétique Eisenstein.

Au demeurant, c' était un homme d' une grande simplicité, souriant, courtois comme on l' était jadis, une petite lueur d' ironie dans l' oeil, sa chevelure blanche auréolant son visage. Nelly Kaplan tenait en main l' article que nous attendions : "Le temps de l' image éclatée" ( publié dans le n° 22 du 10 mai 1956). Elle en a résumé le contenu avec un léger accent importé de son Argentine natale. Le titre était d' elle, le texte renouait avec une démarche interrompue trente ans auparavant quand, à l' avènement du "parlant", les " commerçants", tels des vautours, se sont jetés sur l' art du cinéma pour en faire une lucrative industrie.

Cette mutation, Gance l' a payée d' années de renoncement à la création. Et là, devant Nelly Kaplan et moi, il semblait soudain rasséréné, comme si ce simple article allait lui offrir une revanche, et redonner sa chance à l' élan brisé du cinéma dont in n' avait jamais cessé de rêver.

J' ai l' écrit sous les yeux : " La clé du cinéma de demain git dans la vision simultanée de plusieurs images (...) La polyvision, en introduisant cette musique visuelle, élargira brusquement les paupières. Nous revenons à l' "Origine de la Tragédie" de Nietzche (...) Le cinéma-mouvement, mis à mal depuis l' origine du parlant, va reprendre ses extraordinaires prérogatives et jouer en 1956 la carte de la polyvision comme la musique a joué et gagné au XIVème siècle, la carte de la polyphonie."

J' ai gardé un moment contact avec Gance. Nous avions même envisagé, avec le renfort du critique d' art Otto Hahn, un scénario que nos quatre délires mêlés ont vite rendu irréalisable. La vie nous a dispersés. J' ai commencé à partir en Afrique, Otto a introduit le "pop'art" en France, Nelly a tourné "La Fille du pirate" et écrit des textes surréalistes sous le pseudo de Belen. Gance, le visionnaire du cinéma-fiction, a continué de réfléchir à la naissance de "l' image virtuelle". Il est mort à 92 ans. Une rue du XIIIème arrondissement de Paris porte aujourd'hui son nom.

Publié dans culture

Partager cet article

Repost 0

<< < 1 2 3 4 5 6 7 > >>