Le refus de Salinger

Publié le par memoire-et-societe

La réclusion choisie de Salinger demeure une énigme.Voilà un homme, Jerome David Salinger,qui, après d' assez médiocres études et un passage par la 4ème Division d'infanterie américaine durant la seconde guerre mondiale, publie en 1951 l' un des livres les plus lus au XXème siècle dans le monde anglo-saxon," L' Attrape coeurs " ( The Catcher in the Rye), vendu à 70 millions d' exemplaires au rythme,toujours actuel, de 250.000 par an. C' est l' autobiographie partielle et non avouée de Salinger à travers un adolescent new-yorkais, Holden Caulfield. Le tout écrit dans une langue aussi percutante que celle de Céline, sur un ton aussi humoristique que celui de Mark Twain.

Loin de le griser, ce succès foudroyant (ses autres livres n' ont pas connu le même engouement) conduit Salinger à un retirement définitif. Il quitte Manhattan, où il est né, pour se fixer à Cornish, petite cité du New Hampshire, au nord des Etats-Unis. Il y décèdera 57 ans plus tard, à 91 ans, plus célèbre encore par son refus obstiné de la célébrité.

On a évidemment beaucoup glosé sur cette attitude sans appel. Pose ou caprice? pas durant plus de la moitié d'une vie, quand même ! ( on l' avait d' abord surnommé le Gréta Garbo des Lettres ). Egoïsme misanthropique? s' est-on aussi demandé. Sa psychologie ne semble pas vraiment répondre à ce jugement. Pourquoi pas alors la peur d' une reconnaissance trop soudainement venue, le tirant d'un anonymat qui convenait mieux à sa nature? Tout le monde ne rêve pas d' avoir les paparazzi aux trousses.

Ce qui se révèle en tout cas ici surprenant, sinon rarissime, a été sa façon de vivre sa relation à la notoriété et, par là, sa non-relation à la société. Il s' est replié dans une espèce de ferme rougeâtre, au sommet d' une colline boisée, coupé de tout contact avec l' univers médiatico-littéraire auquel il claquait la porte au nez. Il ne s'en est jamais expliqué.Salinger ne se confiait pas. Lorsque sa fille Margaret a publié un livre sur l' intimité de son père, affirmant qu' il buvait son urine, frayait avec la scientologie et faisait peu l' amour à son épouse, il n' a pas réagi. Il a seulement cessé de lui adresser la parole.

Pas de photographes donc, ni de micros, jamais d' interviews, mais tel est le feu de la gloire que toute situation y attise la curiosité générale. Sartre pouvait refuser le Nobel et aller distribuer des journaux maoïstes, ce " scandale " que les clercs n' auraient pas admis d' un autre jouait aussi en faveur de la renommée, catégorie "anticonformiste" ,assignée au philosophe. Et ainsi de multiples rebelles récupérés par les systèmes qu' ils ont réfutés...

Salinger n' a plus quitté Cornish. Il y recevait de moins en moins : un vieil ami juriste, quelques anciens camarades de l' Armée, Joyce Maynard, jeune romancière avec laquelle il a eu une aventure, son fils Matt, comédien. Sa dernière publication," Hapworth 16,1924" une nouvelle parue dans le " New Yorker ", journal de ses débuts, date de 1965. Son nom, sa fortune, lui offraient le monde. Il s' en est au contraire farouchement éloigné et privé, emmenant avec lui le secret de cette abstention et, peut-être, des manuscrits interdits à l' édition, en signe d' ultime refus.

Publié dans littérature

Commenter cet article