Le Front National reprend tout du début

Publié le par memoire-et-societe

Le F.N de Marine Le Pen, ne se veut plus artisanal, passant de l' ère protestataire à la phase de conquête. La stratégie est arrêtée, le schéma dessiné, l' outil professionnalisé, l' ensemble dégagé des vieilleries idéologiques et de ses parrains intégristes ou collabos.

Le F.N est désormais une machine électorale moderne, dotée de Délégués à plein temps, de moyens technologiques de propagande, de réseaux spécialisés et d' ateliers de formation des cadres. Finies les ripailles entre anciens de la Fac' et chasseurs- parachutistes. Plus d' humour "boarder line", de références douteuses, ni d'éloquence sans suite. La mode est à un organigramme rigoureux pour équipes fonctionnelles et polyvalentes.

Le F.N s' infiltre patiemment, systématiquement, dans les organisations professionnelles, les syndicats ouvriers, les médias, les lotissements, Il y recrute des déçus de la droite et de la gauche, y accueille des notables sympathisants et des chômeurs paumés, y récupère des retraités amers et des lycéens impatients, distille à tous l' idée d' un autre avenir possible hors d' une mondialisation acculturante.

Premier objectif : les Mairies. Urbaines, rurales, ouvrières ou bourgeoises, cléricales ou laïques, historiques ou brutes de décoffrage. Les Mairies, le F.N y aura des candidats partout, qui feront le porte à porte, parcourront les marchés, hanteront les gares et les parkings des grandes surfaces, visiteront les cages d' escalier, tracteront à la porte des stades et des campus. C' est du boulot qui paie. Une seule devise, mais rassembleuse : sécurité, prospérité, identité.
...Même si un maire, frontiste de surcroît, ne peut pas beaucoup (une police municipale ici , un système de videosurveillance là ) faute de subvention départementale et de soutien parlementaire. Mais l' essentiel, en mars 2014, sera le score, le nombre des électeurs qui vont dédiaboliser les exclus de l' " arc républicain ", l' ombre jetée sur l' "UMPS", sa classe politique "corrompue" et ses élites "apatrides".

Les élections européennes vont suivre, en mai. Là se situe le combat symbolique contre "Bruxelles", pour la reconquête de la souveraineté nationale que devra avoir facilité l' avancée des municipales. Resteront alors trois ans à peine pour nouer des alliances et aller au pouvoir. Fort de ses élus de terrain, de son potentiel de voix et de ralliements opportunistes qui déjà se laissent deviner, comment le "Rassemblement bleu marine" ne se sentirait(il pas en mesure de mettre le cap sur l' Elysée, et de porter une femme à la tête d' un Etat monopolisé depuis toujours par les hommes?

Aguichant programme. Toutefois, disons- le, quitte à rabaisser le débat, s' il n' a à présenter que des spécimens de l' acabit du carriériste Philippot ou du pitre Robert Ménard, tous deux anciens trotskistes, ou encore de l' inquiétant ex-socialiste Paul-Marie Coûteaux, le F.N semble mal parti pour le lefting.

.

.

Publié dans politique

Commenter cet article