Exactement, la décroissance,ça existe, vous croyez?

Publié le par memoire-et-societe

J' ai vécu 15 ans à Nîmes, 20ème ville de France, 145.000 habitants ( en baisse depuis 2006). Je viens d' y passer une semaine.

Nîmes est en train d' agoniser : beaucoup de " fêtes", et plus de boulot, comme dans pas mal de coins. Des cars de touristes stationnent deux heures devant les Arènes et la Maison Carrée, puis repartent, impitoyables. La longue avenue Jean Jaurès est vide, le boulevard Gambetta et l' avenue de l' amiral Courbet également. Il ne se passe rien à Nîmes, que des faits - divers meublant la chronique de " Midi libre ", et une sorte d' attente torride qui saisit dès la descente du TGV. Ici, on vit sur des vestiges.

Nîmes est la troisième ville la plus imposée et la plus dangereuse de France. La rumeur soutient qu' elle servirait de "plaque tournante " à la prostitution et au trafic de drogue. Comme les Légions romaines, les truands s' y sentent sans doute au repos. Après vingt heures, l' avenue Victor Hugo, l' artère chic,baisse le rideau. Quelques P.D-G de passage s' attardent au bar de l' Imperator, le palace local, voisin des Jardins de la Fontaine, de leur inévitable "Féerie des Eaux" et des hôtels particuliers des vieilles familles protestantes qui ont abandonné l' industrie de la soie pour la grande distribution.

Nîmes a été, ou est, un peu tout : romaine, naturellement (pour qui l' aurait oublié, l' empereur Antonin y est né et son collègue Hadrien y a bâti un temple), puis résolument huguenote et camisarde, cheminote, cégétiste, hispanique, taurine, enfin à moitié maghrébine par les tours de la ZUP nord. Ville cloisonnée, sourde, introvertie. Les maires y sont la plupart du temps de droite : Jean Bousquet, patron de feu Cacharel, qui a endetté la cité pour des décennies et ramassé in fine un an ferme ( transformé en deux ans avec sursis grâce à ses avocats parisiens ) pour ingérence et abus de biens sociaux, aujourd' hui Jean-Paul Fournier qui ne demande qu' à continuer de gérer le quotidien avec un entourage accusé par la vox populi de copinage et de népotisme. Il se murmure toutefois que le prochain maire sera inéluctablement Front National.

On n' ose imaginer la France profonde plongée dans ce type de sieste persistante. Intellectuellement, la ville natale de Rivarol, Daudet, Chamson et Jean Paulhan est au point mort. On est loin de l' animation qu' y ont fait régner avant la première guerre mondiale les jeunes juristes de l' Ecole coopératiste et de "La Paix par le Droit", Charles Gide ( oui, oncle d' André), Théodore Ruyssen, Jules Prudhommeaux, figures de proue du pacifisme.

Cette atonie, accentuée par le dynamisme culturel des villes proches, Montpellier, Arles, Aix et Avignon, s' est vu cependant interrompue à deux reprises : en 1993 avec la construction du "Carré d' Art" par Norman Foster et,quelques années auparavant, par l' édification de " Nemausus ", bâtiment double de Jean Nouvel. " Nemausus " proposait en effet un nouveau type d' habitat social, contrastant avec les empilements d' HLM- casernes de la ZUP. Mais l' élégant paquebot d' aluminium part lui aussi en brioche. Déficitaire, mal entretenu, pratiquant des loyers 30% plus élevés que ceux des locations de ce secteur du logement, affecté par des agressions et des cambriolages continuels, " Nemausus", habité à 60%, est à l' image du reste : en route vers la faillite.

N' évoquons pas la production locale : il n' y en a pas L' économie nîmoise est une économie de service soutenue par la présence d' étudiants et de légionnaires " Perrier ", désormais propriété du suisse Nestlé, qui fait peser sur le site une régulière menace de fermeture muselant les syndicats, siège à Vergèze. L' usine des confitures Saint-Mamet a déguerpi, et les effectifs du dépôt ferroviaire de Courbessac ont fondu. Impavide, un groupe de médecins-chirurgiens prospères swinguent toujours sur le "dix-huit trous " de Vacquerolles.

Vous avez dit décroissance ?

Publié dans société

Commenter cet article

Ben 23/07/2015 17:04

Dans l'ensemble, on dirait que cette description s'adapte de plus en plus au paysage urbain français :(