Enième illusion centriste

Publié le par memoire-et-societe

Ainsi MM. Bayrou et Borloo vont "se reparler". U.D.I + MODEM : évènement de taille, alors que dévale le char de l' Etat. Le Centre s' affirme! Droite et Gauche en ont des sueurs froides! Et si soudain le Centre penchait quelque part ? On connait sa devise : ni à gauche ni...à gauche. Le Centre existe dans les discours. Dans les urnes, il en est autrement : pas d' imprudence.

Je n' ai jamais cru à la fameuse formule de Giscard, lui-même de droite, disant que " la France veut être gouvernée au centre." D' où venait d' ailleurs son parti, l' UDF ? d' où sortent MM. Bayrou et Borloo? En réalité ce que refusaient jusqu' ici les Français, c' était les extrèmes. Leur goût allait aux modérés, tantôt paisiblement à droite, tantôt légèrement sociaux- démocrates, en guettant l' efficacité économique et de nouvelles " avancées sociales" dans le cadre d' une fiscalité en baisse. Après tout, ce n' était pas la lune.

On a vu ce qu' il était des récurrents efforts de Bayrou, trois fois blackboulé aux présidentielles et battu chez lui à Pau, pour unir gauche et droite, de ses risettes à Hollande et de celles de Borloo à Sarkozy. Tous deux ont mis du temps à comprendre que " ça ne marche pas comme ça ", que le MEDEF et la CGT n' ont pas les mêmes intérêts, l' UMP et le Front de Gauche la même vision de la société. Que la France n' est pas l' Angleterre, avec ses travaillistes et ses conservateurs, sa City et ses trade-unions. Ni l' Allemagne fédérale, avec son gouvernement de coalition et le quasi monopole syndical de la DGB.

Les Français sont gallo-romains : ils gardent, semble-t-il, un fond tribal et un individualisme qui les persuadent souvent qu' il vaut mieux être n°1 d' un groupuscule que n°2 d' une organisation de masse. Bref, ils ne donnent guère l' impression d' être formatés pour les rassemblements. Avec un tel contexte, un gouvernement du centre ,sinon au centre, n' est qu' illusion, même si tout le monde a besoin d' appoint pour constituer une majorité. Le Centre avec un grand C est voué à monnayer ses voix, comme sous la IVème. Rien de plus.

C' est pourquoi je m' autorise à ne pas donner cher de cette énième tentative de percée politique, serait-elle renforcée par des bulldozers électoraux du type Hervé Morin, déjà créateur d' un "Nouveu Centre", mais infoutu de réunir sur son nom en 2012 le nombre de signatures nécessaires à sa candidature aux présidentielles.

Publié dans politique

Commenter cet article