Contribution résumée à une lecture de l' Histoire

Publié le par memoire-et-societe

Son parcours incite à discerner trois stades principaux dans l' aventure humaine:

1- L' Age polythéiste, aboli sauf parmi de rares tribus d' Australie, Afrique et Amérique du sud, dont on se demande si on ne protège pas leur survie pour assurer la fin de carrière des anthropologues et le chiffre d' affaires des organisateurs de safari-photos. L' homme y est soumis à la nature et à ses éléments (l' eau, le vent, le soleil, un animal dans le totémisme) qui relèvent du Sacré. L' ancienneté de cette forme primitive de vie relativise d' ailleurs l' éloignement dans le temps de notre "Antiquité " .

2- Avec le second stade, l' Avènement du monothéisme, les choses se compliquent. L' homme est confronté à la parole des prophètes, envoyés spéciaux d' un Dieu unique. L' urbanisation se développe, les biens se privatisent. Chez les Juifs, où prévaut la matrilinéarité, la multiplication des métissages avec des non- juifs annonce le recul de l' orthodoxie, sinon de la pratique religieuse. Chez les Chrétiens, où l' on parle de " déchristianisation ", la Foi plafonne, y compris dans le tiers-monde qu' ils avaient voulu leur chasse gardée. Les Eglises évangéliques s' y taillent bien quelques principautés, mais c' est aux dépens des catholiques, nullement à ceux de l' Islam, seule religion révélée ( encore faut-il faire la part ici de l' esprit de revanche contre la colonisation et de la promesses d' un développement immédiat ) qui étende réellement son influence malgré ses divisions: chiites contre sunnites, islam arabe et non arabe, etc.

3- La troisième phase, celle des mutations rationalisées, n' est pas à son terme, loin de là. Elle se définit par les avancées de la connaissance scientifique, de Copernic à la Conquête spatiale, et le rôle croissant de l' argent dans des systèmes de gouvernement taraudés par les phénomènes de classe, ou mus par leurs appétits impérialistes. Depuis Darwin, le monde se déchiffre à travers l' évolution,qui induit, plus qu' à partir de la création, qui annonce. L' homme, quasi majoritairement urbain, est délivré de maints tabous, demandeur de technologies et d' améliorations matérielles Les changements sociologiques ébranlent la position de religions qui peinent pour ne pas être distancées (cas du mariage homosexuel ). Le nombre des vocations s' effondre (problème du mariage des prêtres ). L' émancipation juridique et financière de la femme , la libération des moeurs, interrogent la structure familiale établie. Les pratiques cultuelles sont délaissées ( ainsi le Carême ou la Confession) au profit d' une morale axée sur les droits individuels , conforme à un égocentrisme libertaire et consumériste en contradiction avec l' enseignement traditionnel.
La problématique, pour l' Occident à l' origine de la plupart de ces mutations, est de se trouver désormais concurrencé par des pays dits émergents et surpeuplés. Cette rivalité devrait marquer un moment où, la politique se coupant de plus en plus de la citoyenneté, pourraient s' établir des régimes de type chinois combinant le règne d' un lointain, solennel Etat-parti et le mode de développement capitaliste.

Pour autant, le besoin de spiritualité désaliénée, l' élan vers la transcendance, la recherche d' un sens, n' ont pas disparu. Ils connaitront sans doute des propositions mieux en phase avec les inquiétudes et les instabilités engendrées par la modernité. La période réfute l' immobilité parce que l' homme pressent aujourd'hui dans le mouvement des vérités et des satisfactions susceptibles de lui être accessibles.

Une telle opinion provoque, bien sûr, la contestation des spécialistes de la certitude et du formatage. Mais rien de l' homme n' est finalement à rejeter : ni le respect de la Nature que nous rappellent les écolos, ni l' exigence éthique, ni la désincarcération psychologique et sociale de l' individu.Tout est à recueillir dans cette longue histoire même si, selon certains futurologues, l' humanité n' est pas elle-même éternelle.

Publié dans histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article