Sur le vote Obama

Publié le par memoire-et-societe

   Obama a gagné pour la seconde fois. L' enthousiasme est sans doute moins grand. La victoire peut- être moins nette. Mais un certain nombre de nouveaux réflexes semblent s' installer dans l' opinion américaine.

   Ces réflexes ne sont pas étrangers à l' évolution et à  la composition sociologiques de l' électorat. L' addition des minorités ethniques ( Hispaniques, les plus nombreux, Afro-Américains, Asiatiques ) et de catégories de la population avançant des revendications spécifiques (Femmes, Jeunes) a forgé la majorité. Ce n' est pas un accident, car s' annonce du même coup un tournant démographique et culturel fondamental. On sait qu'avant 2050, le chiffre des locuteurs non anglophones , du moins de naissance, l' emportera aux U.S.A.  La pérennité de la suprématie anglo-saxonne commencera à se poser, et avec  la mise en question de celle-ci, une orientation contestée par une partie de la communauté internationale.

   Le sentiment pacifiste, qui ne cesse de gagner la jeunesse, encourageant le retour vers l' isolationnisme, sera-t-il dominant? Bombing Hanoî, bombing Bagdad, bombing Kaboul, bombing Téhéran(?), la lassitude s' accroit, les boys renâclent. Le soutien inconditionnel de la politique israëlienne, qui coûte trois milliards et demi de dollars par an au contribuable , menace de s'éroder. Les deux tiers des Juifs américains ont voté démocrate, malgré le forcing républicain et la propagande sioniste.

   L' Europe, ses contradictions, ses bisbilles, ses indémêlables négociations internes, n' intérêssent plus. L' Amérique regarde l' Asie: là semble être l' avenir. Le fermier de l' Iowa sait plus facilement où se trouvent la Chine qui lui achète son maîs et le Japon qui lui vend des voitures que Paris ou Rome, qu' il n' a d' ailleurs jamais bien localisées.

   Avec l' irruption de l' Asie dans leur univers concret, les Etats-Unis sont conduits à admettre l' existence d' un monde multipolaire. L'ère de la Superpuissance touche-t-elle à sa fin? et celle de la financiarisation planétaire? du contrôle de l' énergie? Quand la place de la langue espagnole aura détrôné celle de l' anglais dans l' Union, cette dernière aura assuré son indépendance énergétique par la seule  exploitation du pétrole et du gaz que renferme son sous-sol .Raison suffisante pour s' absenter autant que possible d' un univers compliqué et périlleux. C' est un des sens du vote Obama.

   P.S. Comment, dès lors, les deux rives de l' Atlantique ne divergeraient-elles pas ? Tandis que l' Europe cherche l' équilibre en évoquant une intégration sans cesse différée, les U.S.A sont tentés par un repliement sélectif qui ménage le tête à tête avec les nouveaux venus de la croissance. Paris, aimable préfecture régionale dans la redistribution des cartes, accaparée par le mariage pour tous, les humeurs de ministres écologistes, et la survie des sénateurs-maires, espèce menacée en permanence et phénix de la représentation démocratique, découvre le "socialisme de l'offre", en termes clairs le ralliement de l'actuel parti de gouvernement au social libéralisme. C' est inoffensif mais on ne vit décidément plus sur la même planète. 

Publié dans actualité

Commenter cet article