Responsabilité et irresponsabilité

Publié le par memoire-et-societe

Des sociologues ont mis l'accent depuis plusieurs années sur des traits de la société actuelle comme l'absentéîsme croissant au travail et à l'école et , corollaire, le recul de la conscience professionnelle et de l' ouvrage bien fait. S' il existe des manifestations de démotivation chez les dirigés, sans doute faut-il en chercher l' origine, autant que dans la déstabilisation due à la mondialisation, dans le sens de l' irresponsabilité et  la certitude de l' impunité des dirigeants. L' immoralité civique et sociale conduit à la démission collective: le volume atteint par l' abstentionnisme électoral en est une illustration.

Hommes politiques, hauts fonctionnaires, grands patrons -ce peut être les mêmes-, membres éminents de professions libérales, conseillers de ceci et experts de cela, ne se rejoignent pas que dans l' esprit de caste: ils sont de plus en plus solidaires dans l' usage de l' irresponsabilité et du cynisme. Inutile de dresser un tableau des indécentes rémunérations et indemnités que s' octroient les princes du 4.40 : au-delà des chiffres, c'est la sanction de l' échec qui vaut  attention. Quand celle-ci se traduit  par toujours plus de jetons de présence dans d' autres conseils d' administration ou ces seigneurs des affaires se sont mutuellement casés, on ne peut attendre du smicard qu' il joue au stakhanoviste. Il parait  que s'ils étaient moins payés,  l' étranger risquerait de nous enlever  "nos"  P.D-G. Ah oui? lesquels? Messier, peut-être ? ou bien Haberer ? Forgeard? Zacharias ? Le Floch-Prigent? Alors, profitons de l' aubaine pour les exfiltrer...

Dans une société ou l' erreur ne nuit pas à la carrière, le pouvoir est  forcément enclin à ne pas se soucier du poids des responsabilités ni  de  l' éthique qu' il est censé représenter. Ainsi, un ancien président  de la République, protégé contre la loi  par un ex-président du Conseil Constitutionnel, par ailleurs avocat de métier et opposant politique obscurément lié à l' affaire Elf, nous a-t-il offert  l' exemple d' une irresponsabilité suprème qui, à la fin des fins,  lui a coûté  deux ans avec sursis pour "emplois fictifs ", délit commis alors qu' il n' était pas couvert par l' immunité présidentielle. Dupont-Durand  y  aurait laissé sa chemise

Paradoxe : on dirait que devenu "chef ", il est tacitement  licite  de ne  se reconnaitre responsable de rien,et  notamment pas de ses responsabilités. Ni des gabegies (vaccins anti-grippaux), ni de la santé publique (médiator), ni de la pratique des rétrocommissions, ni des conflits d' intérêts (affaire Woerth-Bettencourt), ni des  scandales sexuels, pour n' évoquer que quelques faits récents .Monde lisse, inaccessible au concept de culpabilité, innocent  par définition. De puissants lobbies , des Ordres corporatistes datant de Vichy, des médias sous influence,  montent la garde pour protèger l' "establishment " et garantir ses privilèges. Il n' y  a, à rappeler cela, aucun moralisme excessif. Si les budgets s' effondrent, si le chômage s' étend, si les trains, la justice, l' éducation, les prisons, les hôpitaux, les logements, l' essence font souci, l' oligarchie donne l' impression de se sentir exonèrée de la situation.

Interviewés à visage découvert, les exilés fiscaux de Bruxelles et de Genève le confirment : ça roule pour eux. Noah, domicilié aux Etats-Unis, fait l' honneur à  Hollande de venir défiler contre Sarkozy. Prost, Forget, Halliday, vont tranquillement porter en Suisse l' argent amassé en France. Leur sentiment de responsabilité est  comme leur cote de popularité : intact.

Responsabilité, le maître mot semble exclusivement réservé au citoyen-contribuable-électeur. Un mot  "produit en France ", selon le voeu du conciliant François Bayrou.

 

 

 

 

 

 

 

 

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article