Quelques clés utiles au sérieux d'une carrière électorale

Publié le par memoire-et-societe

L'heure est aux élections. Les vocations s'affichent. Beaucoup d'appelés, peu d'élus. Des habitués et des novices. Ce texte propose modestement son concours à ces derniers en leur confiant quelques procédés avérés qui, suivis avec soin, augmentent les chances d'arriver, puis de se maintenir, ce qui n'est pas toujours facile.

1-Monter un "club de réflexion".

Indispensable comme marchepied puis comme lobby, le club de réflexion est censé agiter  des tempetes sous les cranes.Il consiste en premier lieu à allècher et recruter des technocrates brillants et ambitieux pour les faire phosphorer de concert sur des sujets sans solution tels le chomage, la dette, le logement ou le conflit israelo-arabe. Bien faire miroiter au passage qu'en cas de changement de majorité des "postes de responsabilité" se libèreront. Ce genre de club étant chargé d'avancer de "nouvelles propositions" , se substitue indirectement à certains groupes-charnières attachés autrefois à faire ou à défaire les gouvernements dans les assemblées parlementaires.Il participe donc d'une stratégie de conquete du pouvoir.

2-Publier un livre que vous n'avez pas eu le temps d'écrire et que personne ou presque ne va lire.

L'ouvrage, moitié biographie moitié je-refais-le-monde, est voué à asseoir votre existence dans les cercles qui pensent. Signez le livre(entre 250 à 300 pages, y compris la préface d'une page et demi d'un parrain recommandable) dans deux librairies ciblées: l'une, de standing, à Paris ( les Editions du CNRS ou, mieux, la librairie Gallimard boulevard Raspail, ce qui ne vous dispense pas d'une visite-éclair au Salon du Livre Porte de Versailles ), l'autre chez l'increvable libraire qui règne sur la vie des Lettres dans votre province d'élection, sans négliger pour autant une séance de signature au rayon Loisirs d' Auchan ou à la Foire-Exposition de printemps, avec compte-rendu dans le quotidien régional auquel vous avez avoué, quelques jours avant, votre passion pour le foot.

Demandez à l'attachée de presse  de l'éditeur que vous avez aidé en lui achetant cent exemplaires du bouquin de se démener pour obtenir votre participation à un débat  télévisé sur Public-Sénat ou BFM TV. Préparez dans la foulée une Tribune Libre pour "Le Monde" et une interview destinée au "Figaro". Arrangez-vous pour intervenir dans un Colloque ou vos compétences ne vous appellent pas obligatoirement, mais qui vous offre l'occasion d'une polémique remarquée avec le responsable d'une revue qui vous a refusé un "papier", pourtant excellent, sur la sexualité des Pygmées, il y a trois ans de cela. Au total, vous en vendrez bien mille, ce qui vous remboursera et vous assurera une postérité provisoire comme référent bibliographique d'un doctorant.

Attention! Percutez au niveau du titre. Lancez un défi ! Jetez le à la face d'une Société corrompue ! Soignez les trois premières pages, les plus lues, en affirmant un amour de la République et des sentiments humano-démocratiques exclusivement réservés au service de projets hardis mais réalistes. Gardez en réserve la ressource d'  une action en faveur des Droits de l'Homme comme arme ultime pour terrasser un adversaire coriace. Ainsi, un Appel aux cotés de B-H. Lévy contre n'importe quel régime dictatorial arabe ne peut nuire.

3- S'afficher avec un ou une, selon votre orientation, journaliste de l'audio-visuel.

La féminisation de la profession journalistique ouvre des perspectives de pipolisation gratifiantes. En conséquence, laissez les échotiers murmurer que vous seriez "avec" une telle (ou un tel). Ensuite, vous élever avec force contre les intolérables intrusions d'une certaine presse dans la vie privée des hommes publics. Interdire toute photo, y compris à la plage ou au ski, sous peine de plainte (sauf pour la couverture de "Paris-match",meme périmée, vu l'impact chez les coiffeurs et dans la salle d'attente des dentistes).N'oubliez pas non plus qu'un scoop de temps en temps peut rapporter gros au niveau de la profession tout entière et de votre réputation d' ennemi de la langue de bois.Engagez un proche parent ou un ami de plus de trente ans pour manager votre site unformatique, concocter de près les twitt et les messages interactifs, déterminants auprès des jeunes.

4-Assaisonner régulièrement l'exposé de votre programme du terme "social".

A défaut de contenu, le mot demeure payant: rançon de l'universalisation du suffrage, sésame électoral sans pareil. Tout le monde est social: social et démocrate ( le P.S), social-économiste (la Droite), social-centriste(le MODEM), égocentriste (modèle Villepin), microcentriste ( type Morin), christocentriste (genre Boutin).

S'assurer d'autre part la présidence d'honneur de la Fédération départementale des médaillés du Travail. A défaut toujours, celle des Anciens Combattants (leur nombre est en diminution).

5-Une fois député, faire passer à l'Assemblée une loi non appliquée.

Plus de la moitié des lois votées au Parlement restent  bloquées au niveau de leur application par le Conseil d' Etat qui a appris à ne jamais etre trop prudent et à ne pas aggraver des déficits budgétaires par définition abyssaux.

Vous élaborez à cet effet un projet répondant pleinement à l'attente exaspérée d'une catégorie socio-professionnelle bien représentée dans votre circonscription. L'essentiel est dans l'effet d'annonce auquel votre nom demeurera désormais associé. Si c'est trop long, si c'est trop cher, ce n'est plus votre affaire.

Question popularité, ne pas omettre de doter le Grand prix cycliste de la ville dont vous briguez la mairie si le cumul des mandats le permet, d'une prime personnelle récupérable sur les frais généraux du Conseil Géneral. Démarche similaire en direction des boulistes,des archers et du basket-club qui s'est hissé en quart de finale du championnat régional.. Arrachez aux laîcards les plus sectaires une dotation globale pour l'entretien et la réfection des édifices religieux du canton, intégrant éventuellement une synagogue et une mosquée.

6-Ministre (enfin!), donnez votre nom à une réforme de l'Enseignement.

Impossible de règner quelques mois rue de Grenelle (siège du Ministère de l' Education Nationale) sans marquer son passage par une réforme du système pédagogique qui va emmeler l' Administration scolaire, désorienter le corps professoral en bouleversant les programmes, et retarder un peu plus l'ensemble des élèves.

Les réformes de l ' Enseignement font partie des calamités nationales devant lesquelles un ministre digne de ce nom ne saurait se dérober. Ne dérogez surtout pas à la règle. Autrement on dira que vus n'avez "rien fait ", ce qui risque de vous barrer la route de l' Elysée et, par suite, de porter tort à la France.

 

 

Publié dans actualité

Commenter cet article