Mali attention!

Publié le par memoire-et-societe

   Mon ami Jean Rous, l' un des pionniers de l' anticolonialisme en France, décédé en 1985, publiait en 1952 un petit livre qui a fait alors scandale: "Tunisie attention!".Il y dénonçait, dans l' indifférence quasi générale, les "ratissages" que  commettait, au Cap Bon, la Légion sous les ordres du général Garbay, ancien compagnon du maréchal Leclerc.Les Tunisiens voulaient bien continuer d'être "protégés" ( le traité du Bardo datait de 1881) mais en avaient marre de l' Administration coloniale et des propriétaires terriens qui confisquaient le pays. Les " ratissages" n'étaient pas la bonne solution: la Tunisie a obtenu " l' autonomie interne" en 1955 et accèdé à l' indépendance un an plus tard.

   Je suis convaincu que Rous, dans un contexte certes fort différent, dirait encore aujourd'hui: Mali attention! Car si rien ne bouge très vite, la France va s' embourber une fois de plus en Afrique.La déroute des  jihadistes est loin dêtre consommée, l' armée africaine annoncée n'est toujours pas en vue, les règlements de compte ethniques commencent . Cependant, les Français, pourvus de tous les moyens nécessaires pour foncer vers le nord et occuper Tombouctou, font du sur place. C'est donc qu' il y a un os.

   Cet os, c' est le rejet de l' armée malienne par les populations locales dont personne ne s' était soucié un instant.Voilà nos Français coincés! Répétons: l' Afrique ne s' enseigne pas devant des cartes. Sur le terrain en effet, les islamistes ne sont pas si impopulaires que ça, en dépit de quelques images télévisées exhibant des adolescents enveloppés du drapeau tricolore. Ils marquent systémétiquement leur présence par des aides sociales,alimentaires et sanitaires que leur trésor de guerre leur permet de distribuer généreusement. Ils savent prendre fait et cause pour toute lutte de libération susceptible d' affaiblir les alliés des Infidèles: en l' occurrence, ils se sont solidarisés avec les Touaregs, réclamant depuis des décennies au gouvernement de Bamako la reconnaissance d' une autonomie.Ils sont enfin experts en propagande en développant dans les masses la conviction que la soldatesque qui débarque et  torture n' est constituée que de mercenaires à la solde du Blanc,ennemi séculaire de l' Islam.La dimension raciale s' identifie ainsi à la persécution religieuse.

   L' Elysée ne peut donc continuer de se laisser entrainer, du moins seul, dans ce "guêpier", comme disait Jaurès à propos du Maroc, et de risquer de la sorte le reproche d' avoir entrepris une guerre d' Irak à la française. L' immobilisme actuel ouvre un boulevard aux salafistes et à leur cortège de trafiquants divers. Faute de soutien international véritable,d' engagement européen immédiat en hommes et en budget, la sagesse ne serait-elle pas le retrait en bon ordre? Après tout, le fameux terrorisme fondamentaliste ne menace pas que le monde africain, dont la décolonisation n' est sûrement pas achevée. Le danger demeure universel.

 fondamentaliste

 

Publié dans actualité

Commenter cet article