Le temps de la fiction

Publié le par memoire-et-societe

Je viens de relire " La Conspiration" de Paul Nizan, un ouvrage récompensé par le prix Interallié 1938, de mon point de vue aujourd'hui quasi illisible. Problèmatiques, situations, intrigues, personnages sont anachroniques jusqu'à l'invraisemblance, tout y a jauni (meme impression d'ailleurs quand on rouvre " Les Mandarins" de Simone de Beauvoir).

C'est bien là ce qui fait la différence avec les "grands écrivains" , ceux que rien ne laisse vieillir. Mme Verdurin, Bardamu, Cripure, Meursault, restent des créations d'aujourd'hui, d'hier et de demain. Leur présence au monde est éternelle et universelle. Un ineffable mystère les abrite des rides.

Pour Nizan, le Normalien, le copain de Sartre et de Politzer, puis l'apparatchik emblèmatique de toute une génération d'intellectuels d'  entre deux guerres, meurtris, obsédés par l'ambition propre aux petits-bourgeois de trahir leur classe et de se racheter en adhérant au P.C, c'est autrechose. Ce qui au fond le hante, c'est bien une  trajectoire personnelle, et finalement,  son destin. On sait comment cela s'est en l'occurrence terminé: par la rupture politique en septembre 1939, conséquente au pacte gemano-soviétique,  et la mort en mai 1940 sous l'uniforme, à trente cinq ans.

Il y a, bien sur, à coté le cas d' Aragon. Celui-la a mené une double vie: surréaliste, il a produit  le "Traité du Style", oeuvre libertaire qui continue de susciter l'adhésion des Jeunes, communiste, il a commis une désolante fresque, "Les Communistes", que je mets quiconque au défi de pouvoir lire jusqu'au bout. Le graphomane Aragon illustre l'échec de la fiction "engagée". De meme qu'un libraire n'est pas un simple vendeur de papier, un écrivain ne peut se muer en valet de  plume.

L'ennemie de l'écriture créatrice est ainsi une "sensibilité" déphasée, exclusivement articulée sur un moment singulier du  vécu social. Par exemple chez Nizan la Révolution communiste: il existe maintenant des historiens pour en parler. La fiction n' y a plus sa place en tant qu' élément du débat. Les ultimes témoins ont disparu,  le couvercle du cercueil est retombé. C'est pourquoi la rencontre devient si frustrante, sonne si faux, n'agite que de malheureux fantomes. Faut-il ou non entrer  et  sortir du P.C? Choisir la liberté contre la tyrannie du parti de la classe ouvrière? Questions hors sujet dont ne nous importent pas les réponses que leur donnent des figures abstraites d'hommes et de femmes,ombres éphémères traversant notre esprit, questions  qui, de toute façon, si  elles devaient se reposer , le feraient autrement, dans un contexte tout différent

La fiction est de l'explosif . En manipulant sans nuance le temporaire, on risque de mourir deux fois: biologiquement et littérairement. Dure est la loi du temps, mais c'est la loi. Si vous avez un jour apprécié Nizan, ne relisez pas, s'il vous plait , La Conspiration", mais plutot son premier texte, le meilleur, qui n'était pas une fiction: " Aden Arabie", pamphlet poètique.

Publié dans littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article