Le "peuple inventé"

Publié le par memoire-et-societe

Newt Gingrich, 69 ans, donné favori pour l'investiture républicaine à l'élection présidentielle américaine de novembre 2012,a qualifié récemment le peuple palestinien (11 millions de personnes dispersées par le monde) de "peuple inventé". Président de la Chambre des Représentants de 1995 à 1999, Gingrich reprend le propos de l'ex-premier ministre d'Israël Golda Meir qui déclarait en 1969 que "le peuple palestinien n'existait pas".

La thèse du politicien américain est que la population vivant en Palestine lors de la création de l'Etat d' Israël (1948) fait partie d'une communauté plus large, la "communauté arabe", et a donc le loisir d'aller "dans plein d'endroits". Newt Gingrich est diplômé d'Histoire de l'université Emory d'Atlanta (Géorgie).

Certes,la Palestine (nom venant du grec ancien) arabo-musulmane ne remonte " qu'au XIIIème siècle", au temps de l'Empire ottoman. Que dire alors de l'invention du "Caucasien" (l'Américain blanc) apparu au XVIIème seulement avec le célèbre "Mayflower" (1620), sur un continent déjà occupé ? M.Gingrich ne le dit pas.
Ce professeur de vertu et néanmoins businessman,laudateur des valeurs morales famille-travail-patrie, élu inamovible des quartiers racistes du sud d'Atlanta,est,selon la presse américaine même, un personnage qui traîne derrière lui un lot déjà respectable de casseroles : combine pour éviter le Vietnam,histoires d'adultères peu reluisantes alors qu'il instruisait au Congrès contre Bill Clinton au sujet de l'affaire Levinsky, amende de plusieurs centaines de milliers de dollars pour fraude fiscale,obscures relations avec le milliardaire australien Rupert Murdoch, propriétaire de la maison d'édition Harper Collins qui publie des livres de Gingrich à prix d'or.

On peut manifester quelque perplexité devant l'éventuelle installation à la Maison Blanche d'un homme qui se place au niveau d'Avigdor Liebermann, leader du parti extrémiste Yisrael Beiteinu, ancien videur de boites de nuit aujourd'hui ministre des Affaires étrangères du gouvernement de Tel Aviv.

L'électeur juif américain de bonne foi ne ressentira-t-il point comme une marque de mépris à son égard la surenchère démagogique irresponsable du candidat Gingrich, incitation à un désespoir qui peut en effet conduire au regain du terrorisme. Suffirait-il donc de nier l'existence de l'Autre pour obtenir des suffrages ? l'Etat d'Israël existe,dans des conditions déterminées avec précision par la communauté internationale. Le peuple palestinien existe,privé d'Etat mais pas de drapeau puisqu'il flotte devant le bâtiment de l'Unesco, selon des réalités forgées par l'Histoire.

Grand fantôme entassé depuis 63 ans dans des camps,spectre emmuré dans les ruines de Gaza,ombre évincée de ses terres par une colonisation illégale, le "peuple inventé" de M.Gingrich inaugure un régime inédit : la démocratie sans peuple.

 

 

Publié dans politique

Commenter cet article