L'ethnisme et le Marché

Publié le par memoire-et-societe

L'un des nombreux effets de la mondialisation marchande semble bien le développement des communautarismes, réflexes spontanés devant le risque d'engloutissement identitaire. Plus se multiplient les échanges de tous ordres, s'internationalise la gestion des sociétés, et plus s'affirment la tendance au repli sur une minorité, la solidarité prioritaire avec un groupe restreint. Il y a là,à la fois,un paradoxe et une logique:peur d'être noyé dans le magma des états-nations (près de deux cents à l'O.N.U), sentiment d'être le jouet d'institutions perçues comme de menaçantes bureaucraties(CEE, FMI, OMC, OCDE, etc.), étrangères en tout cas au citoyen de base.

Du coup, l'ethnisme et, proche de lui, la xénophobie, gagnent-ils du terrain en tant que refuges,souvent illusoires et anachroniques,parfois tragiques. Quand, par exemple, des Corses écrivent IFF (les Français dehors) sur les murs, cela peut s'inscrire dans un héritage irrédentiste qui a nourri le mythe littéraire du bandit d'honneur. Quand ils abattent froidement un pompiste marocain parce qu'il occupe un emploi sur l'île, cela devient méprisable.

Ces ethnismes illustrent par ailleurs la mauvaise conscience de diasporas cherchant à compenser, dans la  surenchère nationaliste, leur installation plus ou moins ancienne dans "l'exil" et la fatalité du non-retour. Situation qui place les communautés dans une condition schizophrénique où  la nostalgie d'une patrie éloignée et sublimée s'oppose aux réalités du pays vécu. Ainsi apparaissent des "expatriés de naissance" : franco-algériens sifflant "La Marseillaise", juifs héroisés par leur participation à l'armée israélienne. La politique de chaque camp, relevant apparemment de l'inspiration divine, induit ainsi une obéissance quasi mystique à une inconditionnalité sans faille...

Ces constats désabusés découlent en partie de la mondialisation sauvage qui jongle avec les concepts rendus parfaitement modulables d'altérité et d'identité. Le Marché a besoin d'acculturation, c'est-à-dire de ce qui en fait contrarie l'ouverture et le dialogue véritables L'intolérance ethnique lui rend quelque part service.

 

Publié dans actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article