Entre décolonisation et multiculturalisme

Publié le par memoire-et-societe

J'étais présent lorsqu'un jour de 1973, intervenant devant l'Union Progressiste Sénégalaise, son Parti, Léopold Sédar Senghor dénonça ce qu'il a appelé "l'esprit d'agression et de violence des Albo-Européens, obsédés, ajoutait-il, par le désir de possession et de domination."

Cette formule; "Albo-Européens", me laissa songeur. Y avait-il des Européens non-blancs (ceux qu'on a nommé depuis les Nègropolitains) ? Vivant alors en Afrique, étais-je un  Albo-Africain ? et les Africains-de-souche pouvaient-ils adopter totalement un homme, même "nègrophile", de la couleur de leur colonisateur ? Mon statut de "toubab" me paraissait irréversible,verrouillé par une sorte de racisme inversé.

L'âpreté de Senghor m'avait aussi surpris. Emanant d'un esprit ouvert aux autres, de la lignée d'un Jaurès, d'un Gandhi, d'un Luther King, ce rejet sans nuance  ne correspondait ni à sa conception des relations humaines, ni au grand projet de sa vie:l'élaboration d' une Civilisation métisse universelle.

Cependant, je me remémorais l'acharnement de l'Occident à user de périphrases humiliantes pour désigner le continent d'ou s'exprimait le co-fondateur de la Négritude : "sociétés sous-développées", "pays les moins avancés", "nations en retard", toutes définitions avouant d'ailleurs un échec de la colonisation.

Du temps a passé. L'indigène, pauvre et majoritaire chez lui, est souvent devenu pauvre et minoritaire chez l'Albo-Européen dont l"avance", précisément, l'a fait rêver. L'Etat-nation africain, lui, a été façonné sur le modèle occidental, alors que la réalité inciterait à des regroupements plus facilement ethniques, et qu'une balkanisation calquée sur le partage colonial remontant à la conférence de Berlin en 1885 a été maintenue sous la pression des dispensateurs d'aides et de conseils. Ainsi va le Tiers-Monde, rebaptisé le Sud, coulé dans une décolonisation intermédiaire ou des Etats, juridiquement indépendants et politiquement non souverains, végètent sous la coupe de gouvernements nationaux et d'intérêts étrangers.

Sombre micmac d'où ont soudain émergé tous ceux qu'on appelle, faute de mieux, les-jeunes-de-banlieue. Euro-Africains donc, puisque nés sur le sol français de parents nés en Afrique,les voici postés à la croisée du modèle consumériste et culturel américain, de leurs origines ethniques, et d'une société christo-gauloise qu'ils sont, pour certains, résolument enclins à renier mais qui les marque pourtant. Ce triple parrainage, cette rencontre du rock, de la religion et du verlan engendrent une identité multiculturelle dont l'anticolonialisme et les aspirations libertaires, anti-étatiques en tout cas,sont des signes distinctifs. Au moment ou des rebelles à Benghazi brandissaient le drapeau français face à Khadafi, la police arrêtait, dans le Val de Marne, trois fils d'immigrés en train de le brûler : le sentiment de subir une situation néo-coloniale venait contredire l'hommage des révoltés à l'emblème des Droits de l'Homme.

Ce genre de paradoxe devrait bien retenir un instant l'attention de l'opinion plutôt que les faits et gestes d'un personnage déconsidéré par le cynisme de ses moeurs:pourquoi de jeunes Français refusent-ils une nationalité à laquelle leurs parents ont longtemps aspiré, et se veulent-ils étrangers là ou leurs prédécesseurs, étrangers, se voulaient français ?

 

Publié dans société

Commenter cet article