Du parachutage en politique

Publié le par memoire-et-societe

   Le  "parachutage ", vieille pratique électorale des partis et des hommes politiques, semble de moins en moins accepté par les citoyens dont le niveau de connaissance et de conscience s'est accru avec l' amélioration et  la multiplication des moyens d' information. Paradoxalement, l'élargissement de l' horizon politico-économique (européanisation et mondialisation ) pousse le corps électoral à se rapprocher de son enracinement local. On n' accueille pas facilement  le "Parisien ", même familier des médias, descendant du train et de l' E.N.A  avec la  recommandation d' une instance abstraite, étrangère à la culture du terroir. Raison pour laquelle Rastignac  se contorsionne afin de  trouver une attache, des origines,  au besoin lointaines et souvent  peu convaincantes, avec la "province "  qui justifie son  exaltation.

   La " base " , sauf à l' extrème gauche, est  mue moins par des considérations  idéologiques que sociologiques.. D' ou la difficlté de la greffe. L' actualité fait, bien sûr, songer à Ségolène Royal, encore qu' elle fût  déjà présidente de la région Poitou-Charentes, laminée à La Rochelle par le chauvinisme  hypocritement exploité par la Droite, ou à Jack Lang, pathétique survivant de l' ère mitterrandienne, dont le nomadisme électoral  trahit sa totale indifférence aux  autochtones.

   L' argument habituel du parachuté est  de souligner qu' on est  "député de la Nation ", non d' un bout de territoire issu d' un découpage servant au mieux le parti de ceux qui se sont  chargés de ce travail de confiance. Distinguo subtil et spécieux qui passe au-dessus des têtes laborieuses. Effectivement, pourquoi alors des circonscriptions? pourquoi pas des listes nationales de candidats, destinées, au moins en partie, à désigner des "représentants " à la proportionnelle? N' éviterait-on pas ainsi d' exclure du Parlement des millions de citoyens pour en surestimer quelques millions d' autres? Pourquoi? Parce que le député ou la députée incarnent  bien un lien particulier avec la région qui l' a  élu(e), avec sa population, son histoire, ses particularités, parce qu' on apprécie d' entendre un "enfant du pays", qu' on a cotoyé à l' école, sur le terrain de foot, à l' usine ou au bureau,   parler au nom de la collectivité natale. Nul besoin pour autant de remonter au Moyen- Age, l' essentiel est de "vivre  parmi ", de partager un quotidien, de s' ancrer dans les  réalités immédiates. Trop de parachutés négligent ce contrat  parce que leur ambition est ailleurs.

A  peine élus, ils disparaissent  pour cinq ans du paysage, se contentant de brefs passages à la télévision régionale, de quelques coups de piston ici ou là, d' un clientèlisme sans empathie ni proximité. Ils gèrent leur siège comme on traite une affaire. Dans le département de l' Oise, une dynastie d' industriels en offre un exemple éloquent. "Monsieur le député est absent, mais voyez son suppléant qui lui rendra compte de votre visite à sa permanence. "

   Pour autant, il convient de ne pas tomber dans l' excès inverse, le topocentrisme ,médiocre esprit de clocher qui étrécit  la  vision et  conduit à tout appréhender par le petit bout de la lorgnette. Ce micro régionalisme, parfois servi sous forme de nationalisme  mal calibré, peut  préserver du parachutage courant. Il n' est pas, de ce seul fait, porteur de sens et  de progrès. L' expérience, la compétence, la notoriété ,  le réseau de relations, la réputation d' intégrité et d' engagement  d' une personnalité  "extérieure"  constituent  aussi des atouts dont  auraient tort de se priver les responsables  locaux  d' une organiation. Si d' ailleurs l' électeur est  flatté du choix de sa contrée par un personnage éminent, tout  bascule.

   Il est donc difficile de trancher. L' arrivisme vulgaire qu' essaient  de masquer  bien des parachutages,  ne devrait  pas entraver  l' émergence de producteurs d' idées et de gestionnaires de talent  dont  toute vie politique a besoin. Au citoyen  de distinguer, quand il le peut, le bon grain de l' ivraie...

 

Publié dans société

Commenter cet article