Dis, grand'père, c' est quoi le populisme?

Publié le par memoire-et-societe

   - Grand-père, c' est quoi le populisme, on en entend toujours parler?

   - Un mot où chacun met un peu ce qu'il veut. Comme liberté, ou démocratie.

   -Alors le populisme c' est de la démocratie? pourquoi deux mots pour dire la même chose, grand'père?

   -C' est que ce n' est pas non plus la même chose; ça dépend des époques, des pays, et de ceux qui parlent

   -Nous, en France aujourd'hui, on est des populistes?

   -  Il y a des populistes parce que la situation n' est pas très bonne et que, dans ces moments-la, on s' en prend surtout à ceux qui dirigent. L' oligarchie populiste profite des évènements pour s' adresser directement au peuple et l' inciter à  se sauver lui-même, sous sa paternelle direction.

    -Ce sont les plus démocrates alors, puisque, eux, ils veulent le pouvoir du peuple.

   -En apparence sans doute. Mais cette volonté d' ignorer le pouvoir élu par une majorité de  citoyens sous prétexte qu' il ne profite qu' à l' égoïsme de l' élite, brouille tout. Nier la représentation légale pour soutenir des forces sans légitimité réelle n'est pas sans risque.

   -Quel risque, grand-père?

   -La suppression, par exemple, de la liberté d' expression. Sans elle, on tombe dans un régime autoritaire. C' est pour ça d'ailleurs que la gauche s' applique à placer le populisme à l' extrème droite totalitaire.

  - Pourtant, d' après ce que j' ai lu , c' est plein de populistes en Europe, encore plus qu' en France...Et quand des Américains, des Blancs, refusent d' accepter le contrôle de la vente des armes, ils sont populistes?

   -Ils sont démagogues.Ils savent que derrière eux se profilent les intérêts des lobbies qui paieront leur élection et un relent de racisme.

   - Mais alors, grand-père, ce mot de populiste, c' est une insulte ou non?
   - C' est  plutôt la marque du divorce actuel  des appareils politiques avec les classes populaires. En même temps,il est devenu commode pour un politicien de taxer de populiste tout discours non formaté.

   -Tu crois, grand-père,  qu' un populisme a quand même des chances, ici chez nous?

   -  Il y a déjà eu dans le passé des tentatives : le boulangisme, à la fin du 19ème siècle, et le poujadisme,au milieu du 20ème. Un général et un commerçant papetier. Ils ont virevolté un moment puis ont disparu comme ils étaient venus. Aujaourd'hui, nous bénéficions d' un populisme bicéphale: celui sans surprise du Front National, xénophobe et sécuritaire, et celui, plus original, du mélanchonisme. C' est en quelque sorte un élitisme populaire, extrèmement soucieux de  syntaxe et de marxo-philologie, multipliant les clins d' oeil aux idéologues  et  les reverences aux diplomés d' Histoire, tous épargnés pour l'instant  par la menace de purge révolutionnaire.

   -Mais ça, voyons grand-père, c' est du populisme pour rire !

Publié dans société

Commenter cet article