Compagnes et Egéries (1920-40)

Publié le par memoire-et-societe

   L' amour de la liberté et la liberté de l' amour sont deux des valeurs proclamées du Surréalisme. La femme, muse, égérie, amante, épouse, a occupé une place de choix dans cette communauté affranchie de toute hypocrisie sociale. Ne se contentant pas de seulement "inspirer", la "compagne" s' est, en l' occurrence, voulue elle aussi productrice d' art et de culture, a écrit, peint, photographié, sculpté, gravé aux côtés des Breton, Aragon, Eluard, Desnos, Picasso, Dali, Ernst, Man Ray ou Bataille.

   Il semble donc équitable d' évoquer son existence et son oeuvre, parfois occultées par la proximité masculine. Dans la liste qui suit, limitée à l' entre- deux - guerres  et ne se prétendant  pas exhaustive, des noms ont atteint la postérité plus aisément peut-être comme " femme-de " que comme artiste à part entière. C' est injuste et mérite toujours l' attention des éditeurs et des galeristes...

   -Fernande Olivier, après une liaison avec Apollinaire, est devenue le modèle et la compagne de Picasso durant sa période cubiste.
   -Simone Kahn, première épouse de Breton, a participé aux expériences d' écriture automatique du Groupe surréaliste.

   - Leona Delcourt était la Nadja du célèbre texte de Breton.

   - Adrienne Monnier, libraire rue de l' Odéon et compagne de l' Américaine Sylvia Beach, a été une sorte de marraine des premiers surréalistes en promouvant leurs publications.
   - Dora Maar, photographe et maîtresse de Georges Bataille, a vécu neuf ans avec Picasso. Ses peintures et ses poèmes n' ont été connus qu' après la mort du " Maître ".

   - Kiki (Alice Prin), la reine de Montparnasse,amie de Foujita et de  Man Ray, a laissé du monde surréaliste des souvenirs écrits qui n' ont été publiés qu' en 2001.

   -Suzanne Musard, "beauté convulsive" que se sont diputés  Breton et Berl ( qui l' a épousée), était familière des séances d' écriture automatique. Breton en a fait l' héroïne de la dernière partie de Nadja.

   -Colette Peignot, écrivaine morte à 35 ans (en 1938) a été la grande passion de Boris Souvarine, avant que Georges Bataille ne la lui ravisse. Ses textes, regroupés sous le titre "Ecrits de Laure ", n' ont paru qu' en 1977.

   -Meret Oppenheim, intime de Man Ray et de Max Ernst, est la  créatrice  de  "Déjeuner en fourrure ", objet emblèmatique du Mouvement, acquis par le MOMA de New-York.
   - Jacqueline Lamba, que Breton présentait comme l'héroîne prémonitoire de son poème "La nuit du Tournesol " et  pour qui il a effectivement écrit " L' Amour fou ", a été la seconde épouse du " pape du surréalisme ". Elle s' est affirmée, après leur séparation, comme  peintre important de la " Nouvelle non-figuration ".

   - Nush Eluard, modèle,mannequin, plasticienne, morte à 39 ans, a été la maîtresse de Picasso et l' épouse d' Eluard qui la présentait comme " la source d'inspiration qu'il n' a plus retrouvée ".

   -Jeanne Hétuberne, dernière compagne de Modigliani auquel elle a donné une fille, était elle - même une excellente portraitiste. Elle s' est suicidée deux jours après le décès du peintre de Livourne.

   - Gala Dali, d' abord modèle , première épouse d' Eluard et maîtresse de Max Ernst, est devenue par la suite l' égérie de Salvador Dali dont elle a géré la  production.

   -Valentine Hugo, femme du peintre Jean Hugo, amante d' Eluard et de Breton, a illustré  Rimbaud, Lautréamont, Arnim, et s' est fait connaitre comme décoratrice de théâtre.

   -Youki (neige, en japonais) Desnos, née Lucie Badoud, modèle puis mémorialiste, a partagé sa vie entre  Foujita et son mari, qui lui a voué une fidèlité exceptionnelle chez les surréalistes hommes et femmes.

   -Nancy Cunard, riche héritière, a été l' amante d' Huxley, Tzara, Ezra Pound et Aragon. Elle a été surtout une poètesse de talent et une éditrice de littérature surréaliste en  Angleterre.

   -Lise Deharme, dont Breton était le soupirant malheureux, a dirigé la revue " Le Phare de Neuilly " et publié des textes poètiques qui l' ont hissée au  Panthéon surréaliste.
   -Leonora Carrington, peintre et romancière, a été la compagne de Max Ernst avant d' épouser le poète mexicain Renato Leduc puis le photographe Imre Weiss. Elle a laissé à sa mort une oeuvre picturale internationalement reconnue.

   -Peggy Guggenheim, mécène, collectionneuse, galeriste, a été notamment  l' amie d' Yves  Tanguy, Roland Penrose et  Max Ernst dont elle a fait son  mari. Le Musée qu' elle a créé à Venise est un vibrant hommage au Surréalisme et à l' Art moderne qui ont monopolisé ses loisirs et ses ressources de milliardaire.

   -Marie-Laure de Noailles a été, elle aussi, une providence pour les artistes. Peignant des toiles inspirées de l' Abstraction lyrique, elle s' est montrée une  collectionneuse fort éclairée, avec un penchant pour les tableaux réalisés par ses amants, comme, par exemple, le peintre canarien Oscar Dominguez.

   -Leonor Fini, compagne de Bataille puis d' André Pieyre de Mandiargues, a illustré l' onirisme, thème privilègié des surréalistes, dans  sa peinture et ses splendides décors théâtraux.

   Encore une fois, une telle énumération ne vise pas le recensement, serait-ce sur vingt ans,  des apports féminins à  l' histoire du surréalisme. Elle mentionne seulement leur place à un moment  qui constitue  un repère incontournable de la vie culturelle.

 

Publié dans culture

Commenter cet article