LE CAS LEWIS CARROLL

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Pourquoi la pédophilie est-elle relativement fréquente dans le monde artistique? Gauguin , Degas , Nabokov , le photographe David Hamilton, les cinéastes Polanski et Woody Allen, le romancier Matzneff : autant de noms associés à des affaires mettant en cause leur relation aux enfants.

Le cas du célèbre auteur d' " Alice au pays des merveilles", l' Anglais Lewis Carroll, est, de ce point de vue, particulier. Qui était Lewis Carroll, pseudo de Charles Lutwidge Dodgson, né en 1832 dans une famille de pasteurs anglicans? Un timide et assez quelconque professeur de mathématiques d' Oxford, tombé un jour passionnément amoureux de la fille du doyen de l' école où il enseigne, la Christ Church. Un problème : elle n' a encore que six ans.

Le psychanalyste Jacques Lacan a diagnostiqué la déviance de Carroll (il bégaie, sauf en compagnie d' enfants) comme obsession d'un "renversement", que peut en effet confirmer le texte "De l' autre côté du miroir" . Selon Lacan, toujours, Carroll assume un idéal contradictoire fondé sur le désir d' abolir le désir tout en demeurant globalement "désirant".
Complexe, certes, mais la spécificité de cet auteur est bien  de mêler sans cesse réalité et imagination. C' est pourquoi son oeuvre déploie un fantastique qui, dans une atmosphère onirique, a donné vie à un genre littéraire où le non-existant se pose comme acquis.

En d' autres termes, il s' agit du "Nonsense", qui permet à Carroll d' inventer créatures artificielles, jeux et énigmes pour enfants, dont l' illogisme fera le bonheur des surréalistes. Il n' est donc pas surprenant de voir l' artiste se tourner très tôt vers la magie et la manie de la photographie, et emmagasiner, comme des oeuvres d' art, plus de 3.000 clichés de fillettes à moitié nues. Jusqu' au jour où les choses semblent dérailler puisque Madame Liddell finit par interdire à Carroll toute approche de ses trois filles.

Cependant, le succès de ses ouvrages est déjà acquis, au grand scandale de la morale victorienne. Un montage montre ultérieurement Alice et Carroll s'embrassant avec fougue. Les uns dénoncent le document comme un faux. D' autres  affirment son authenticité, entretenant autour de l' écrivain une réputation d' original, qu' il se garde d' ailleurs de démentir, voire de criminel, que son statut de diacre et son austère réserve  rendent inconcevables.

La pédophilie a maintes motivations, des plus primaires aux moins déchiffrables. Chez Carroll, où le mobile purement sexuel ne semble pas avoir été dominant, j' attribuerai l'inversion en question   à une extrème sensibilité l' éloignant de la rudesse des adultes et de l' hypocrisie puritaine, en vue de réhabiter la fraîcheur et la vaste liberté d'invention et d' innovation de l' enfance.

L' écrivain a imposé une Féerie sans fées.que peuplent des êtres inconnus parlant le langage humain. Le nonsense triomphe, et avec lui la contestation d' un monde.  Dès lors,ce n' est pas hasard si, sans être pédophiles, des hommes comme Jarry, Raymond Roussel, Joyce, Benjamin Péret et même, dit-on, Charlie Chaplin, ont voulu se reconnaître en lui.

Publié dans culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article