PARCOURS DE Ré SOUPAULT

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Née en 1901 en Allemagne dans une ville aujourd'hui polonaise, Bobolice, Erna Niemayer rejoint le BAUHAUS de Weimar à 20 ans contre l' avis de ses parents. Ses premiers précepteurs se nomment Gropius, Klee et Kandinsky.

Elle se lie bientôt avec le dadaïste Kurt Schwitters qui la baptise Ré, du nom de la déesse égyptienne du Soleil, avec Erich Maria Remarque, auteur de " A l' ouest rien de nouveau ", et avec le peintre Hans Richter, qu' elle épouse.

Déjà repèrée dans les cercles d' avant-garde, elle s' installe à Paris en 1929 et collabore comme styliste avec le couturier Paul Poiret (cf. chronique "Grandeur et misère de Paul Poiret" du 3 juin 2017). Puis elle crée sa propre maison de couture grâce au mécène américain Arthur Wheeler, et aux concours du photographe Man Ray et de Mies van der Rohe, ancien du Bauhaus.

Financièrement fragilisée par le décès de Wheeler, elle renonce quand ell rencontre, fin 1933, le journaliste Philippe Soupault, l' un des pionniers du Surréalisme (il a co-rédigé avec André Breton le premier texte d' écriture automatique, "Les Champs magnétiques", en 1919. Rencontre décisive. Elle fait, par son truchement, découvrir le dadaïsme berlinois aux Français. Elle-même se convertit à la photo (en coïncidence avec Dora Maar auprès de Picasso). Le couple se marie et sillonne l' Europe dans un tourbillon de manifestations artistiques.

En 1936, le leader du gouvernement de Front populaire, Léon Blum, charge Soupault de la création de la première station radiophonique de Tunisie pour contrer les menées fascistes dans ce pays sous protectorat. Il n'en faut pas plus pour provoquer une levée de boucliers chez les colons qui y voient une promesse implicite de décolonisation.

A peine installée en 1940, l' Administration de Vichy révoque Soupault, l' accuse de "trahison" et l' emprisonne. Il finit par s' échapper et à gagner avec Ré, via l' Algérie, New York où il retrouve certains de ses amis parisiens : Fernand Léger, Ivan Goll, Max Ernst, Kurt Weill, etc. Le ménage Soupault entreprend alors un long périple à travers tout le continent américain pour porter la voix de la France libre dans le domaine culturel.

En 1945, Ré et Philippe se séparent. Lui rentre à Paris qu' elle ne rallie que 3 ans plus tard. Entre temps, elle s' est reconvertie dans le journalisme radiophonique et l' écriture. Elle publie en allemand de grandes traductions d' auteurs français (Lautréamont, Romain Rolland, Soupault, bien sûr) et des essais (sur Gandhi, la Commune de Paris et même...Jeanne d' Arc). 

Eloignée du quotidien de Philippe, elle reste néammoins sa proche voisine à Auteuil, poursuivant jusqu'à la mort de ce dernier en 1989 une permanente collaboration artistique. Pour Ré, l' ancien surréaliste demeure, quoi qu' il en soit, l' homme de sa vie. Elle lui survit encore 7 ans avant de s' éteindre à Versailles, francophile méconnue mais reconnue outre-Rhin pour ses multiples ouvrages et ses innombrables clichés, témoignages, en dépit d' une tragique actualité, de l' éblouissant foisonnement du renouveau intellectuel de l' entre-deux-guerres en Allemagne comme en France.
 

Publié dans culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article