DESTINS (IV)

Publié le par Jean-Pierre Biondi

En avril 1945, Göring se réfugie dans l' une de ses propriétés, non loin du Berghof où ni lui ni "la première dame" ne sont plus reçus. La rupture sera consommée quand le Feldmarschall proposera, in fine, d' assurer le pouvoir pour négocier avec l' Ouest et s' allier à lui contre le communisme.

Arrêté par les Américains, le n°2 du régime est emmené à Nuremberg, son ultime séjour avant sa condamnation et son suicide par empoisonnement, la veille de son exécution.

Emmy et Edda, elles, sont tout d' abord internées au Luxembourg, puis Frau Göring est déférée devant une " Commission de dénazification " qui lui inflige un an de prison, la saisie de la majeure partie de ses biens et l' interdiction de remonter sur scène avant 5 ans. On ne verra plus Emma Sonnenmann jouer Goethe, on ne l' entendra plus lire Schiller ou déclamer Hölderlin.

Jamais non plus elle ne reniera son compagnon, auquel elle consacre même une fervente déclaration de fidélité dans "An der Seites meines Mannes" (Au côté de mon mari"), ouvrage publié en 1967. Cet homme était-il seulement la brute épaisse et parvenue qu' il s' acharnait à paraître, "tirant son révolver au mot Culture"? C' est lui aussi qui a proposé à Erich-Maria Remarque, pacifiste, bête noire des Nazis qui ont brûlé ses livres et l' ont soupçonné à tort d' origines juives, de rentrer librement en Allemagne (ce que l' écrivain a prudemment refusé de faire).

Emmy, désormais handicapée par une sciatique chronique, s' est, après plusieurs changements de domicile, installée dans un deux pièces du centre ville de Munich où elle va demeurer jusqu' à son décès en 1973 et son inhumation près de la photographe Léni Riefenstahl, célèbre pour son film à la gloire des Jeux Olympiques hitlériens de 1936 à Berlin. 

Quant à Edda, enfant choyé du gratin nazi, elle suit, tant bien que mal, une scolarité surveillée par son oncle paternel, l' hitlérosceptique Albert. Elle est jolie. Elle s' oriente d' abord vers les études de Droit, puis se tourne vers l' emploi de laborantine médicale dans l' idée de se consacrer à la santé de sa mère.

La jeune femme devient en 1970  la compagne d' un journaliste de "Stern" à la recherche de sensationnel, Heidemann, qui rachète l' ancien yacht d' Hermann Goering (alias Göring), "Carin II", où il organise des veillées évocatrices néo-nazies. Cependant, Edda s' éloigne peu à peu de l' expression politique, accaparée par ses combats juridiques visant à récupérer sa fortune envolée. Elle revendique 15 ans la restitution du cadeau de baptême d' Hitler, une "Vierge et l' Enfant", peinture de Lucas Cranach l' Ancien. Elle y engloutit ses économies : le tableau a été rendu au Musée de la Ville de Cologne d' où le maire de l' époque l' avait tranquillement retiré.

Déboutée, partout vaincue, la filleule d' Hitler n' évoque plus la figure de ce père dont elle s' est montrée si fière et qu' elle n'a eu la permission de revoir qu' une unique fois en prison, peu avant la mort volontaire de celui-ci.

Edda Göring est décédée sans enfant le 21 décembre dernier, âgée de 80 ans. Elle a été secrètement enterrée, sur instruction du Land de Bavière. L' annonce de sa disparition ne date que du mois de mars, il y a quelques semaines.

 

P.S- Le personnage d' Edda apparaît dans "Selling Hitler" (Vendre Hitler) de 1991, interprété par Alison Steadman. Cette série de 5 épisodes télévisés est basée sur une arnaque dont ont été victimes en 1983 Gerd Heidemann et "Stern", croyant avoir, pour une somme rondelette, mis la main sur un superscoop, le "Journal intime d' Hitler", document qui n' a jamais existé.

 

Publié dans histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article