POETE DE HASARD

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Arnaud Mesnil-Ribas, né en 1988 à Axat (Aude), fait partie des auteurs que les revues de l' entre-soi poétique ignorent, comme produits en quelque sorte d'un hasard éphémère, et peut-être eux-mêmes se considèrent-ils ainsi : non sérieusement poètes...

Enseignant dans le Midi de la France, Mesnil-Ribas publie fort peu et se manifeste moins encore. On ne le voit ni dans les Foires du Livre ni dans les Colloques érudits. Il ne pourchasse pas les éditeurs, travaille dans son coin, en silence, s' il en éprouve la nécessité, se revendiquant à la rigueur du surréalisme première manière.

Sa particularité réside dans le recours à des formules touts faites, celles du quotidien, chewing verbaux qui "collent aux dents",  et aux associations de mots devenues quasi automatiques, qu' il intègre ou pétrit avec le plus tranquille naturel.

Ci-dessous un texte inédit intitulé précisément "Chewing gum", extrait d' un recueil à paraître...un jour.

 

"Bonjour, le soleil sonne sur les toits des hôtels dégarnis et sur leurs chiens assis à l' aplomb                 "Des jeunes filles en fleur 
"Donc le soleil tonne puis ensuite les cloches.
"Le monde à l' envers, note le bedeau le plus proche. 

"Il glisse, glousse, tire ses flèches sur les esclaves escaladant les hôtels par la face nord                                 "La partie semble mal engagée                                                                                                                         "Là-bas au bord des toits là-bas au son du clairon                                                                                          "Au bout du bois 

"Loup y es-tu? entends-tu?                                                                                                                                " Pas de clerc! il se désaltère dans l' onde claire et nette                                                                                 " Je confirme : de clerc aucun!                                                                                                                          " Le bedeau range son carquois et fait sonner le soleil 

"Les esclaves flirtent honteusement                                                                                                                  "Avec les bêtes immondes                                                                                                                                 " De quoi ce loup se mêle-t-il?                                                                                                                        " Qui est son comparse?

" Marie Madeleine se dénonce                                                                                                                           " Les chiens rêvaient de liberté                                                                                                                        " Conditionnelle, plaide-t-elle,                                                                                                                           " Liberté sous caution pour le moins

" Monsieur le juge n' est pas si bon enfant qu' il l' admet                                                                                 " Il joue du droit divin tel un patron                                                                                                                 " Malheureuse Marie-Madeleine, elle fait                                                                                                         " Sous contrôle judiciaire confiance à la justice de son pays

 "Le soleil mâche la fin du jour                                                                                                                           " Soudain la meute de chiens assis se délivre                                                                                                   " A ses risques et périls. Sauve qui n' en peut mais!                                                                                       " " Et ainsi de suite...                                                                                                        

 

                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                                

 

Publié dans littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article