SUR LE NEPOTISME

Publié le par Jean-Pierre Biondi

L' un des plus insupportables traits du régime monarchique était sans doute le népotisme présent à tous les niveaux de la société et relatif à la naissance. Pour autant, cette détestable pratique, si elle a changé de bénéficiaires, n' a pas disparu avec l' avènement des Républiques.

Ni la IIIème, ni la IVème, ni surtout la Vème, n' ont renoncé à l' habitude de promouvoir, caser et favoriser les proches ( parents, maîtresses ou amants, amis, amis d' amis) au détriment souvent de plus méritants et compétents qu' eux. On se souvient de l' omerta qui a si longtemps enveloppé les emplois fictifs à la Mairie de Paris sous Chirac, lequel fut, vingt ans après, symboliquement condamné.

Des enfants Fillon ou Le Roux, déguisés en "attachés parlementaires", aux dynasties moins voyantes qui peuplent maintes Institutions, le népotisme fait aujourd'hui l' objet d' une sorte de consensus au sein de l' oligarchie. Phénomène qui semble prospérer avec le concours bien involontaire du contribuable.

Ce népotisme s' accompagne d' ailleurs de gaspillages insolents. Des investissements fastueux ( Hôtels de Région et de Département édifiés à grands frais, employant un personnel pléthorique d' agents de protocole, d' accueil ou d' entretien) un train de vie indécent ( logement, voitures, voyages, réceptions, gratuités multiples) illustrent des excès où le copinage fait aussi son miel.

Je connais, dans le département des Bouches-du-Rhône, une commune de moins de 15000 âmes qui compte 923 employés municipaux dûment recensés. On s' y transmet, d' une génération à l' autre, les postes lucratifs au vu et au su de tous. Tradition informelle qui ne fait pas exception.

C' est pourquoi, sauf à s' y résigner définitivement par clientélisme électoral, ce système de rapines justifie des allègements dans les budgets de fonctionnement de bien des collectivités, quitte à laisser geindre les élus qui profitent régulièrement de la manne.

Certes, il peut être parfois délicat de distinguer où finit le besoin et débute la sinécure. L' évolution des structures administratives, l' introduction  de nouvelles technologies peuvent appeler au contraire à la création de nouveaux postes de travail plus qualifiés. Aux responsables consciencieux de trancher en faveur de l' intérêt général.

N' en demeure pas moins que, pour le citoyen, les actes de népotisme qui lui sont révélés en même temps que lui sont adressés des appels répétés à l' austérité contribuent à accroître fortement (on en est à 50% d' abstentions) sa méfiance à l' égard de la moralité démocratique.

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article