"RAPHAËL DES FLEURS"

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Bonne idée que de présenter en ce printemps au "Musée parisien de la Vie romantique", dans le quartier même où est née la version française du mouvement, une exposition du maître de la Rose, Pierre-Joseph Redouté.
Artiste à l' embranchement du dessin et des sciences de la nature, Redouté, né en 1759 dans les Ardennes belges, arrive à Paris à 24 ans et y meurt à 81, après avoir traversé sans encombre une tumultueuse époque : la fin de l' Ancien Régime, la Révolution, l' Empire, la Restauration et une bonne partie de la Monarchie de Juillet.

Elève du Hollandais Van Spaendonck, il devient dès 1793 (l' année de la Terreur), responsable du département des vélins au Museum et l' illustrateur de nombreux ouvrages de botanique. Dès lors, on fait appel à son inspiration poétique et à sa technique rigoureuse : aux Manufactures de Sèvres et des Gobelins, au Musée des Beaux-Arts de Lyon comme au Château de la Malmaison. Il est bientôt le peintre floral attitré des "Grands", de l' impératrice Joséphine de Beauharnais à la reine Marie-Amélie et au roi Charles X qui lui remet les insignes de la Légion d' Honneur.

Spécialiste de l' aquarelle sur vélin, on le surnomme le "Raphaël des fleurs" en un temps où le goût des plantes exotiques rapportées par les botanistes de leurs explorations en Amérique du sud et en Australie fait fureur. On se dispute ses gouaches et ses gravures. Ses illustrations de recueils inspirent les céramistes, les peintres sur soie, les brodeurs, les concepteurs de papier peint, c' est-à-dire les acteurs d' arts appliqués et décoratifs qui viennent témoigner d' une société où le pouvoir des fleurs ne  fane jamais.

" L' iconographie végétale, affirme Redouté vers la fin de sa vie, n' est plus simplement un art du luxe." Il défend jusqu' au bout l' idée que ses "précieux modèles", les roses immortelles, doivent profiter à tous grâce aux outils qui peuvent rendre la Beauté accessible à chacun. Le message de Redouté n' est pas demeuré lettre morte: le pinceau et la machine poursuivent un fructueux dialogue. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article