A quoi sert l' Angleterre?

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Maintenant qu' ils ont choisi - au moins théoriquement...- de partir, les choses se clarifient. Il va être possible d' envisager un projet européen conférant à notre continent et à ses composants une place politique conforme à son importance réelle. C' était depuis 1972, date de l' adhésion britannique au Marché commun, impensable. L' Europe était d' abord un vaste soukh manipulé par la City et de plus en plus éloigné des attentes des peuples.

L' Angleterre du Brexit , repliée, xénophobe, conservatrice, n' a plus grand chose à voir avec l' ile qui, en 1940, a su résister au fascisme. Le Royaume, qui se qualifie abusivement d' Uni, a opté pour "le large"? Eh bien, bon vent ! vous dira-t-on, soulagé, à Bruxelles comme à Strasbourg. J' ignore si les U.S et le Commonwealth se félicitent de la situation : 50 millions d' Anglais, cernés par des Celtes hostiles ( Irlande, Ecosse, Galles), géo-politiquement marginalisés, semblent susciter peu d' émotion dans les chancelleries . Il n' y a, dans la vie internationale, guère d'indulgence pour ceux qui se tirent une balle dans le pied. A quoi sert alors l' Angleterre, bateau ivre déserté par ses mauvais capitaines, à commencer par Bronson et Farage (lequel, député "européen", a décidé d' encaisser son allocation parlementaire jusqu' au terme de son mandat fictif...en 2019).

L' Angleterre a, depuis des siècles, scientifiquement saboté tout effort d' union continentale en jouant notamment sur l' opposition franco-allemande. Qu' elle perde, ballottée par l' océan qui avait fait sa fortune, l' influence nécessaire pour continue à parasiter notre aire de paix est, pour tout Européen véritable, une nouvelle réconfortante.

Publié dans politique

Commenter cet article