Edifiant dialogue apte à dissiper tout quiproquo

Publié le par Jean-Pierre Biondi

- Le budget de l' Etat français est dans le rouge, n' est-ce pas?

- Pour quelques années encore, c' est à craindre.

- Puisque nous avons du mal à remplir nos obligations, comme l' interdiction de dépassement du déficit de 3% du PNB, qu' est-ce qui nous force à guerroyer un peu partout? Une fois au Liban, en Bosnie, au Koweit, en Côte d' Ivoire, en Afghanistan , en Libye, une autre au Mali et en Centrafrique ? Le port-avions Charles de Gaulle est ancré au Levant pour envoyer des "Rafales" sur l' Irak. Seuls, les U.S.A sont aussi bellicistes.

- Nous combattons à leurs côtés la barbarie et vous appelez ça du bellicisme ! Il y va en réalité de notre réputation de champions des Droits de l' Homme et de la Liberté d' expression !

- Finis donc la politique arabe du Général et le discours de Villepin à l' ONU ?

- Dieu merci !

- D' autres nations européennes, au demeurant respectées à Washington, comme l' Allemagne, qui jouit d' un budget florissant, ou l' Angleterre, qui a régné à travers le monde, participent cependant assez peu à cette oeuvre de salubrité planétaire...

- Faut-il rappeler qu' elles n' ont que 6% de chômeurs ? Nous, 11 passés. Que 25% des jeunes Français sont sans boulot, que Daesh constitue le premier employeur en Seine-Saint-Denis ?

- Est-ce à dire qu' il faut recruter plus de militaires pour espérer inverser la courbe du chômage, quitte à faire en permanence de la France une contrée d' anciens combattants ?

- Et notre industrie d' armement, qui fait rentrer des devises, faudrait-il la sacrifier, selon vous?

- Je me demande seulement si tout cumulé ne finit pas quand même par coûter des fortunes que nous n' avons pas .

- Préféreriez-vous fermer les arsenaux, accroître la dette, jeter les ouvriers à la rue, et, comble de l' absurde, payer des amendes supplémentaires à Bruxelles ?

- Peut-être ragaillardir, avec une part des sommes investies, les services publics qui battent de l' aile...

- Ne donnons pas, je vous en prie, dans la démagogie populiste.

- En nous mettant ainsi en avant, ne risquons-nous pas en tout cas de devenir sans bénéfice la cible privilégiée du terrorisme ? Les islamistes menacent quotidiennement la France et kidnappent volontiers des Français qu' il faut chaque fois racheter au prix fort.

- Dire cela est dédaigner nos remarquables services de renseignements, le plan "Vigie Pirate", les dix mille sentinelles veillant en permanence sur les lieux officiels et à la porte des synagogues.

- J' entends, mais j' y reviens : cela ne suppose-t-il pas à terme des impôts supplémentaires ?

- La peur des attentats est le meilleur argument pour lever des impôts exceptionnels sans histoire.

- Et puis on peut en profiter pour traquer l' optimisation fiscale. Il parait que Mac Do doit un milliard au fisc.

- Bien sûr, bien sûr, mais alors en concertation avec nos amis américains. Ne perdons pas de vue que cette entreprise crée des emplois et stimule l' élevage français. Justement, le ministre Cazeneuve vient de faire une tournée là-bas. Il a saisi l' occasion pour évoquer le problème du net, arme de destruction massive de la propagande jihadiste. Car la bataille se joue maintenant sur ce terrain.

- C' est vrai, on ne parle plus du nucléaire qui n' existe pas.

- Les stratégies ne sont pas des menhirs. Depuis 1944, notre Etat-major ne cesse de s' adapter au contexte.

- Bon, en résumé on pourrait soutenir qu' aujourd'hui la France fait la guerre par pacifisme économico-social, qu' en défendant le Droit elle donne un coup de pouce à l' Emploi, non?

- Voilà ! C' est un plaisir de trouver quelqu'un qui rend hommage à la limpidité d' une telle politique.

Publié dans actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article