Pourquoi je ne suis pas Charlie

Publié le par Jean-Pierre Biondi

C' était beau, ce geste spontané, le premier soir, de gens qui n' avaient jamais lu "Charlie hebdo" et brandissaient des pancartes, juchés sur la statue de la République, cette solidarité avec des victimes qui auraient pu être leurs pères.

Mais quand M. Philippe Vial, qui avait planté le journal pour aller servir la soupe sarkoziste à Radio France après avoir viré Siné, a déboulé en pleurant comme un veau, il y a eu un début de malaise. Puis, le tsunami des pathos officiels aidant, le sentiment d' un exhibitionnisme bon ton et d' une logorrhée à tout va.

Non que je cherche à me distinguer : pourquoi le ferais-je, je suis aussi sincèrement patriote, républicain et laïc que bien d' autres. Mais aller maintenant manifester mes opinions avec tous les banquiers de l' Europe, non merci. Tant pis pour la grande Fête de la Liberté d' expression. Ce raout UMPS risquant de faire encore gagner des points à Marine Le Pen, je ne le trouve pas spécialement génial.

Le bon coup des salafistes d' ailleurs, c' est de créer ainsi la confusion chez les "souchiens" et d' accélérer dans la foulée le communautarisme parmi les jeunes franco- musulmans. De cliver un peu plus. Ce fondamentalisme, qu' on le veuille ou non, est, aussi, un combat de pauvres et l' effet d' un vieil échec d' intégration (seuls dans notre Histoire, Napoléon III et de Gaulle ont énoncé une "politique arabe"). Je pense donc que Daesh est, quelque part, une retombée directe de la guerre d' Algérie, du conflit israëlo-palestinien et des interventions militaires américaines en Irak et en Afghanistan. On ne saurait guerroyer sans cesse pour l' uranium et le pétrole, et s' étonner ensuite de récolter des attentats à New York, Londres, Boston ou Paris.

Les nationalismes du Maghreb, par exemple, sont, ne l' oublions pas, nés dans les misérables hôtels d' ouvriers du quartier de La Chapelle des années 20. Les Orientaux ont leur conception propre du temps et une mémoire d' éléphant.Les tueurs lancés sur " Charlie", persuadés de n' être que des "colonisés métropolitains", en butte à une haine judéo-chrétienne injuste, ont mis dix ans pour "venger" le Prophète et mourir en "martyrs" aux yeux des "petits frères". Il faut partir de là, du " passé intérieur", pour essayer de comprendre le phénomène terroriste, et de le désarmer.

Le reste, les gesticulations des moralistes médiatisés, les hommages démagogiques à un anarchisme un peu people quand même, les échafaudages des stratèges politiciens flairant l' aubaine électorale, ne valent que l' heure d' un slogan trop récupéré pour exister longtemps.

Publié dans actualité

Commenter cet article

costa janine 10/01/2015 17:13

je pense les choses sont là , mais cela va provoquer pas mal de dommages à tous les niveaux . mais on ne voit que la perte de ses gens .amitiée janine

MCH 10/01/2015 16:00

Oui nous sommes en partie responsables du fondamentalisme.
Oui j’irai manifester dimanche. Citoyenne laïque et républicaine, je veux affirmer que la tolérance est une valeur essentielle. Je veux aussi rendre hommage aux victimes, flics, journalistes ou simples pékins qui passaient par là. Pas besoin de bannière ni d’étiquette.