"Malséance"

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Tout ça ne se dit pas. C' est malséant. On peut seulement le penser : le 11 janvier 2015 a été, d' un point de vue purement sociologique, une manifestation de la petite et moyenne bourgeoisie judéo-chrétienne d' âge assez mûr, saisie par une émotion collective. Procès-verbal non entériné en haut lieu mais corroboré par la "minute de silence " agitée dans les collèges et lycées techniques, et par le pape François, homme du tiers-monde.

Ce fut en outre, comme on pouvait le prévoir, l' auberge espagnole : certains se trouvaient là pour condamner le meurtre en tant qu' instrument politique, d' autres pour affirmer la liberté d' expression et la laïcité, ou saluer la mémoire des 17 victimes, d' autres encore parce qu' " ils n' aiment pas les Arabes", ou alors qu' ils sont juifs et qu' on a assassiné quatre des leurs. Il y avait aussi des "people", dont la vocation est d' être photographiés, des intellectuels jamais-loin-du-peuple, puis tous ceux qui se disaient : "ç' aurait pu aussi bien m' arriver". Bref, de vrais indignés et des compatissants circonstanciels.

Nétanyaou en a profité pour faire son marché électoral boulevard Voltaire en appelant à nouveau ses coreligionnaires à s' installer en Israël, ce qui a un peu énervé Valls. Imaginons l' inverse : Hollande conviant à Tel Aviv les habitants à choisir d' émigrer en France, ce ne pourrait être que de l' antisémitisme.

Quitte à passer pour tout à fait malséant, il faut souhaiter un brin de probité. Les préfets interdisent le spectacle de Dieudonné au nom de la tolérance et de l' ordre public. Pourtant celui-ci n' a jamais provoqué d' émeutes comparables à celles qu' engendre, du Maroc à la Tchétchénie et au Pakistan, la Une humoristique et irresponsable de "Charlie hebdo". S' agissant enfin des soixante huitards dernière version, brandissant le drapeau tricolore et embrassant les CRS en chantant "La Marseillaise", quand sont-ils sincères?

"Nous sommes en guerre!", s' est écrié le Premier ministre qui aime l' entreprise. Ce bellicisme ne dessert-il pas les échanges économiques? Les Allemands -référence obligée- se montrent plus prudents car nous vivons toutes et tous de périlleux moments, jalonnés de feux de paille (manif' géante, flambées islamophobes type Zemmour ). Les logiques contradictoires rendent le dialogue interculturel difficile et les accusations pleuvent : fanatisme et impérialisme, racisme et intolérance, fascisme et colonialisme...

Seuls, deux groupes semblent tirer leur épingle du jeu : les terroristes, qui sont en train de transformer les Français en auxiliaires de police, et les politiques qui emmagasinent une augmentation bienvenue de leur cote de popularité.
Pardon pour la "malséance".

Publié dans actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article