Boxer

Publié le par Jean-Pierre Biondi

Je n' ai pas abordé le Surréalisme -événement d' importance- par les textes de ses principaux fondateurs, "Les Champs magnétiques (1919) ou "Le Manifeste" de 1924, mais par la découverte d' un numéro de la revue "Maintenant" d' Arthur Cravan (pseudo de Fabian Lloyd) de l' année 1914. Cravan a été surréaliste avant la lettre, plus d' ailleurs par sa vie que par le volume de son oeuvre. Raison pour laquelle André Breton l' a fait figurer en bonne place dans son "Anthologie de l' humour noir".

Deux êtres co-habitaient étroitement en Cravan, colosse de 2 mètres et 120 kilogs, né à Lausanne de parents anglais : un poète et un boxeur, consubstantiellement liés. La provocation et la dérision semblaient les raisons de vivre de ce "bovidé aux yeux vides" qui économisait du temps pour mieux insulter la peinture, menaçait de trousser Marie Laurencin et Suzanne Valadon, et songeait à créer une revue littéraire nihiliste.

Ce dernier projet a vu le jour en 1912. "Maintenant" a compté au total 5 numéros dont la publication était abandonnée au caprice de son unique rédacteur-diffuseur, au prix de 5 sous. SOMMAIRE du N°1 : 1/ "SIFFLET", poème aux locomotives 2/ "DOCUMENTS INEDITS", présentés par un inconnu (aisément identifiable) signant W.Cooper, sur Oscar Wilde, dont Cravan se targuait d' être le parent et le disciple 3/ "DIFFERENTES NOTES" comprenant un faire-part se félicitant de la mort du peintre Jules Lefèvre, l' annonce d' un match entre Georges Carpentier et " le Nègre Gunther", quelques lignes sur le futuriste italien Marinetti. Le tout sur papier boucherie, dans un petit format.

Cravan écoulait le tirage en vendant lui-même dans les rues les exemplaires empilés sur une charrette de "marchande de quat'saisons". La 5ème et ultime livraison portait la date d'avril 1915. Son éditeur se trouvait déjà accaparé par la préparation de sa rencontre contre le Texan Jack Johnson, champion du monde catégorie poids lourds, qui a mis Cravan K.O à la 6ème reprise en avril 1916 à Barcelone. Cravan avait cependant atteint son ambition : se hisser au rang d' "interlocuteur" du meilleur boxeur mondial, comme il estimait l' avoir fait pour Wilde sur le ring poétique.
" Arthur Cravan écrit Cendrars dans "La Tour Eiffel sidérale", est mort bigame". C' est presque vrai. D' un côté une jolie Française, Renée, qu' il a soufflée au critique d' art Coquiol pour vivre 7 ans avec elle, de l' autre Mina, rencontrée à New York, qu' il entraîne et épouse au Mexique tout en suppliant Renée de venir l' y rejoindre. La guerre a en effet fait de lui un incorruptible déserteur international. "Il désertait, raconte Breton, au gré de ses six passeports". Pied de nez à la bêtise, car "la guerre, ce n' est que de l' argent ! ".

Picabia a révélé dans "Jésus Christ rastaqouère " qu' aux Etats-Unis, " Cravan s' était déguisé en soldat pour ne pas être soldat". Bien du mal pour pas grand'chose : étant né en Helvétie, pays neutre s' il en fût, personne ne songeait à mobiliser cet apatride exalté qui menaçait l' univers avec des mots .

En 1918, le voici professeur de boxe à Mexico, Mina s' employant pour sa part comme blanchisseuse. Grâce aux 2000 pesos récoltés lors d' un match (perdu) contre Jim Smith, Cravan décide de mettre le cap sur l' Argentine. Mais faute de l' argent suffisant pour deux passages, Mina, enceinte, embarque la première à Salina Cruz, sur la côte Pacifique, à bord d' un navire-hôpital japonais. Arthur n' arrivera jamais à Buenos-Aires.

Sa disparition a fait naturellement l' objet d' une multitude de versions. Selon Cendrars, " le poète aux cheveux les plus courts du monde" aurait été poignardé dans un dancing. André Salmon, se référant à un rapport de police faisant état de l' extermination d' une bande de hors la loi sur le Rio Grande, dont un "gringo" blond de très haute taille, a opté pour la thèse de l' exécution par des rangers. Moins romanesque, Breton pensait qu' il s' était noyé dans le golfe du Mexique, sur une embarcation de fortune. Quant à William Carlos Williams, il penchait prudemment pour une "fugue" qui avait mal tourné.
Arthur Cravan avait 31 ans. Mina, revenue dans son Angleterre natale, y a accouché d' une petite Fabienne en avril 1919.

Publié dans culture

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article