Egoïsmes catégoriels

Publié le par Jean-Pierre Biondi

L' égoïsme catégoriel fait partie des fléaux récurrents de la société française (voir "Le roman du mécontentement français", 2 juin 2014). Ce jugement vient d' être confirmé par 200 pilotes d' Air France. Inutile de reprendre du début (projet de création d' une annexe "low cost" pour stimuler l' activité globale), de rappeler que lesdits pilotes sont les mieux payés au monde et de s' indigner de leur morgue. Qu' ils osent, après avoir plombé les comptes de l' entreprise, dressé contre eux tout le personnel en fragilisant son sort par leur irresponsabilité, et bloqué pendant deux semaines des dizaines de milliers de voyageurs aux quatre coins de la planète, qu' ils osent donc exiger en outre le paiement de leurs jours de grève, menaçant en cas de refus d' aller en justice, dépasse l' entendement : illustration par un "syndicalisme" de nantis de son souverain mépris des usagers et de l' intérêt général.

La résistance, devant laquelle, bien sûr, Hollande va faire marche arrière, des professions libérales réglementées contre l' assouplissement de leur monopole, autrement dit contre le libéralisme lui-même, est d'autant moins convaincante que ce secteur est régulièrement au premier rang pour dénoncer le statut des fonctionnaires, "gaspilleur de l' argent public".

S' agissant des pharmaciens, on voit mal en quoi le nombre de leurs années d' études, si souvent invoqué, contredit l' emploi d' un collègue diplômé dans une grande surface au lieu d' une Officine isolée, comme c' est déjà depuis longtemps le cas dans d' autres pays d' Europe et en Amérique du nord.

S' agissant des Associés d' études notariales de centre- ville où s' affaire un bataillon de clercs plus ou moins stagiaires, on ne distingue guère le lien avec feu le notaire de famille, confident des dynasties fortunées. L' acte notarié banal, industrialisé, se contenterait aisément d' un avocat débutant ou d' un employé de l' Enregistrement.

Ces Ordres corporatistes, survivances d' Ancien Régime revigorées par Vichy ou lobbies inspirés par l' efficacité des pétroliers et des bétonneurs, méritent en effet quelque aération dont profiterait volontiers le citoyen.

Mais encore faudrait-il que l' exemple vienne d' en haut : de l' oligarchie politique. Quand on observe la levée de boucliers que provoque la moindre remarque sur l' inutilité objective du Sénat, la souhaitable réduction du mille-feuilles administratif et du nombre des parlementaires ou sur l' indécente opacité des "trésors de guerre" des Assemblées , bref sur le "coût de la Démocratie", on mesure précisément les dégâts du fameux égoïsme catégoriel.

Faites comme je dis, pas comme je fais : cette morale monarchique doit-elle indéfiniment réguler la vie de notre société, notamment en période d' économies pour tous ?

Publié dans société

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article