Complainte du Français en forme de bateau ivre

Publié le par memoire-et-societe

(pour mémoire: Arthur Rimbaud. Le Bateau ivre.1871)

Quand ils redescendent des estrades risibles

Ils ne se sentent plus bridés par leur discours

D' autres eldorados les ont choisis pour cibles

Les libérant enfin des promesses du jour.

Amiraux étourdis par le choeur des hommages

Annonceurs de trésors, bateleurs du progrès

Otages des flatteurs ils oublient le naufrage

Et se laissent aller au courant des congrès.

Dans les flots déchaînés d' historiques débats

Ils ont forgé le fer de leur projet grisant

Mijotant des budgets pour requinquer l' Etat

Sous les vivats sans fin de roses partisans.

La Contribution a rythmé le réveil

Flux des prélèvements, marées de redevances

Nous raquâmes et nous casquâmes à merveille

Au point désespéré de la Désespérance.

Dans les pénalités de retard nous versâmes

Lors qu' une retenue très exceptionnelle

De solidarité vint pour chavirer l' âme

Du contribuable naïf le plus fidèle.

Nous subîmes des mois pleins les pires vacheries

Fiscales de Bercy chassant le rentier

Sans songer que le taux de cette arnaquerie

Ne pouvait que gaver l' helvète banquier,

Nous vîmes la file des interdits bancaires

Agrippée au radeau de ses liquidités,

D' autres livrés au choc des agios pervers,

Sombrer dans des enfers d' insolvabilité.

Nous eûmes, savez-vous, l' impayable Hollande,

Ajoutant à nos pleurs ardoises de Sarko,

De Chirac, de Tonton, de leur clique gourmande

A l' horizon béant d' un parfait fiasco!

Nous qui voyons tremblants se profiler plein pot

Le danger de faillite et la dette éternelle,

Financeurs essoufflés de taxes et d' impôts,

Dévions cependant des règles de Bruxelles!

Ces navigations sont,c' est vrai, rebutantes

Nos votes sont donc vains, nous submergeant sans cesse,

Ô toi Démocratie d' épaves grelottantes,

Qui ne sauve que ceux amarrés à la Caisse!

Publié dans actualité

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

costa janinec 03/09/2014 16:54

très vrai et réel, comme toujours.amitié