Le cercle des poètes assassinés (1)

Publié le par memoire-et-societe

La poésie est l' expression naturelle de la liberté. C' est pourquoi les régimes totalitaires n' engendrent guère de poètes, sinon courtisans, et persécutent ou forcent les autres à l' exil. L' acteur Robin Williams, qui vient de mourir, avait joué en 1989 "Le cercle des poètes disparus", film d' invitation à la liberté et à l' anticonformisme. L' occasion est ainsi donnée de rappeler les noms de quelques écrivains quasi contemporains, victimes d' oppression.

Le choix n' est pas exhaustif. Des poètes méconnus continuent de disparaitre chaque jour. En voici cinq, dont la vie brisée n' a pu cependant étouffer l' oeuvre :

- Max Jacob a été l' un des acteurs, avec ses amis Apollinaire, Picasso, Salmon ou Derain, du renouveau de l' avant-garde au début du siècle dernier. Juif tôt converti au catholicisme, il a publié plusieurs recueils ( "Le Cornet à dés", "Le Laboratoire central") qui ont fait date. Il s' est retiré dès 1936 au monastère de Saint-Benoit sur Loire où la Gestapo est venu le chercher huit années plus tard. Uniquement voué à Dieu et à la poésie, il s' est retrouvé à 68 ans au camp de Drancy. Il y a été presque aussitôt emporté par une broncho-pneumonie.

- Aussi tragique a été la destinée de Saint-Pol Roux, poète symboliste (" La Dame à la faux", "Féeries intérieures"), ami de Mallarmé, Max Jacob et Ségalen. Breton lui a dédié "Clair de terre", et Vercors "Le silence de la mer". Marseillais retiré en Bretagne, des soldats allemands l' ont agressé avec sa fille en 1940, mettant son domicile à sac et brûlant tous ses manuscrits. Hospitalisé à Brest, Saint-Pol Roux ne s' est plus remis du choc et s' est éteint trois mois après, à la veille de ses 80 ans.

- Le populaire Robert Desnos avait acquis la notoriété grâce à ses dons pour l' écriture automatique relatés par Breton dans " Entrée des médiums " et incarnés dans Rrose Sélavy, patronyme emprunté à Duchamp. Desnos avait étendu l' expression de nature surréaliste au journalisme, au cinéma, à la chanson, la radio et la publicité. Qualifié de "philoyoutre" par Céline, il appartenait au réseau de résistance "Agir". Arrêté puis déporté en 1944, il est mort du typhus le 8 juin 45, jour de la signature de l' armistice, au camp de Theresienstadt, parlant du surréalisme à un étudiant tchèque.

- Benjamin Crémieux, ami de Proust et spécialiste de poésie italienne, collaborait régulièrement à la NRF. Il était l' une des cibles préférées des groupes antisémites qui dénonçaient son "judéo-cosmopolitisme". Entré dans le mouvement de résistance "Combat", il a milité à Marseille au sein du réseau NAP, chargé du noyautage des Administrations publiques. Il est décédé au camp de Buchenwald à 56 ans. David Rousset lui a consacré un chapitre de son ouvrage " L' Univers concentrationnaire ".

- Benjamin Fondane, poète juif roumain d' expression française, arrivé à Paris en 1923, s' est d' abord lié à ses compatriotes émigrés, le dadaîste Tzara, le sculpteur Brancusi, le poète Voronca, avant sa rencontre avec le philosophe russe Léon Chestov, qui est devenu son maître à penser (2). L' oeuvre poétique de Fondane a fait l' objet d' une réédition en 2006 sous le titre "Le Mal des fantômes". Volontiers polémiste, il a notamment ferraillé contre Breton, qui l' avait initialement inspiré, à propos de l' écriture automatique. Fondane est mort dans une chambre à gaz d' Auschwitz, en 1944.

(1) "Le poète assassiné" est un titre de Guillaume Apollinaire, grièvement blessé en 1916, mort en 1918.

(2) Fondane est aussi un écrivain philosophe ( cf. " La conscience malheureuse" 1936 )

Publié dans littérature

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article