Administration de la mémoire

Publié le par memoire-et-societe

Je l' avais visité au début des années 60 : Natzwiller-Struthof était le camp de concentration installé par les Nazis dans l' Alsace annexée, au-dessus de la ville de Schirmeck. Il était, comme ses semblables, destiné à l' élimination des "ennemis irrécupérables du Reich". Plus de 25000 déportés y avaient laissé la vie.

Le lieu était alors presque en l' état. Il avait en 1945 servi un moment de centre pénitentiaire pour collaborationnistes. En 1950, on avait classé "monument historique" cette clairière pentue, ceinte d' un triple rang de barbelés et d' une série de miradors proches les uns des autres. Un jour, un détenu muni d' une perche avait réussi à sauter les obstacles. Les chiens l' avaient vite débusqué entre les sapins. Il avait fait le tour du camp une corde au cou avant d' être pendu au son du violon sur la Place d' Appel, devant les autres prisonniers disposés en carré. Le SS commandant le Struthof, Josef Kramer, lui, s' est pendu tout seul, en 1945.

Passée la porte, se dressait la longue cheminée du crématoire auprès de laquelle de Gaulle avait inauguré en 1960 le "Memorial de la déportation". En contrebas, les restes d' étagements de baraques noirâtres, jusqu' au Revier où des "chercheurs", comme le professeur August Hirt, ami d' Himmler, expérimentaient de nouveaux gaz toxiques. Rien de plus sinistre que cet ensemble noyé les trois quarts du temps dans les brumes de la forêt vosgienne.

Récemment, l' un de mes petits-fils, âgé de 16 ans, a émis le voeu d' aller sur place. Devoir de mémoire oblige, je suis retourné au Struthof. Un vaste parking payant et grillagé nous a accueillis. Nous avons ensuite emprunté une allée macadamisée jusqu' au " Centre européen du résistant-déporté ", cube de verre brillamment éclairé, doté d' une billetterie électronique et d' une boutique de produits dérivés (albums, DVD). Dans la vaste salle, des photos de camps hitlériens, de Dachau à Buchenwald, de Mauthausen, où a été mon père, à Auschwitz, Neuengamme, Ravensbrück ou Dora. Des légendes, des panneaux rédigés par des historiens.

Pour accéder au site, il a fallu ressortir, reprendre, ticket d' entrée en main, l' allée jusqu' à une étroite ouverture latérale du portail. Des files de scolaires s'y pressaient, encadrées par des adultes qui s' efforçaient d' imposer une réserve en rapport avec la solennité de l' endroit. Des couples plus âgés parlaient allemand.

Là, surprise : le camp était vide ! sur toute son étendue, des passages zigzaguaient entre des rectangles bordés de pierres qui figuraient l' emplacement des baraques disparues. Seuls survivaient un block-témoin, narrant la vie concentrationnaire, et, tout au fond, en bas, le bâtiment-laboratoire de Hirt et de ses collègues.

Des groupes suivaient placidement le fléchage "sens de la visite", tel qu' indiqué par l' Administration de la mémoire. Tout était impeccablement ratissé et indolore. Mon petit-fils n' a fait aucune observation. On avait châtré l' émotion à laquelle il s' était, sans doute, préparé.

Publié dans histoire

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article