La Voie Juppé

Publié le par memoire-et-societe

Ce n' est pas depuis sa facile réélection à Bordeaux qu' on évoque ici "l' hypothèse Juppé" ( voir les articles "A droite" du 23/09/2011 et "Juppé encore" du 2/10/2013). Aujourd'hui, les principaux leaders de l' UMP se trouvent soit contestés (Sarkozy, Fillion, Copé) soit encore dépourvus de charisme ( Le Maire, Bertrand, Wauquiez). Le contexte se confirme donc a priori favorable à celui que Chirac nommait " le meilleur d' entre nous", et qui, depuis son bref exil au Québec, a réalisé un parcours avisé. En effet :

- le glissement général de l' opinion vers la droite en France, consécutif à l' échec de François Hollande, est un fait socio-politique, qui implique désormais davantage qu' une banale alternance électorale

- le redémarrage de l' Economie du pays, donc la réduction de sa dette et de son chômage, suppose des investissements conditionnés par des mesures fiscales et sociales déjà exprimées sans ambiguité par le leader UMP

- la politique étrangère, marquée par des expéditions solitaires en Afrique et un bellicisme pro-américain (Ukraine, Pays baltes) ou pro-israëlien (Syrie, Iran) outrancier, exige une révision combinant souplesse stratégique et fermeté en matière de souveraineté. Le maire de Bordeaux a précisément affirmé ces deux principes quand il a été en charge du quai d' Orsay.

Je ne suis pas son agent publicitaire, encore moins celui de son camp. Je note seulement que ses compétences seraient un atout pour une Droite qui comprendrait son intérêt. Juppé alors n' aurait plus qu' à se laisser porter vers des Primaires sans histoire. C' est confondre logique et politique, et méconnaitre surtout le climat d' intrigues et le jeu des ambitions qui prévalent au sein de son parti.

La "Voie Juppé" passe donc d' abord par l' extérieur, autrement dit par un courant d' opinion susceptible de peser sur ses propres "amis", et de donner à sa candidature aux élections présidentielles de 2017 l' élan dont lui, Juppé, va avoir besoin pour s' imposer. Cela n' attendra pas des lustres : les combats préliminaires de l' automne prochain sur la tenue ou non des fameuses Primaires s' annoncent féroces.

Publié dans politique

Commenter cet article