Retour sur Félicien Challaye

Publié le par memoire-et-societe

La guerre est source de bien des ambigüités. J' y pense parfois à partir du "cas" de Challaye. Qui était-il? L' une des figures incontournables, avec Romain Rolland et Alain, du pacifisme au siècle dernier. Camarade de promotion de Charles Péguy à Normale, il a dénoncé avec virulence le colonialisme dans les "Cahiers de la Quinzaine" après un voyage au Congo en compagnie de Brazza. Jaurèssiste, dreyfusard, blessé et décoré, il revient de la guerre acquis au pacifisme dit intégral qui va régir le restant de sa vie : au P.C qu' il quitte lors de la bolchévisation, à la Ligue des Droits de l' Homme, à la Ligue Internationale des Combattants de la Paix, au Comité de Vigilance des Intellectuels Antifascistes, puis, sorte de logique du désespoir, dans les journaux collaborateurs, sans cesser de se réclamer de Zola et de Jaurès.
Jugé en 1946, Challaye, historiquement " fourvoyé " mais fort du soutien d' anciens élèves comme Michel Alexandre, juif qu'il a abrité sous l' occupation, a été acquitté. " Le vieux prof' " a achevé sa vie en 1967, à " L' Union Pacifiste ", curieux repaire de " victimes de guerre".

J' ai toujours porté au pacifisme, héritage familial, une particulière sympathie et placé la Paix au premier rang des valeurs. J' ai toujours évoqué la figure de Challaye avec l' estime qu' elle mérite, même s' il a été attristant de voir celui-ci évoluer dans la mouvance de Marcel Déat. C' est pourquoi j' ai été surpris d' être un jour accusé d' avoir écrit un livre relevant, je cite, du " prêt à tuer ". Cela se passait en l' an 2000, j' avais publié un ouvrage intitulé " La Mêlée des pacifistes ". Le propos était simple : le pacifisme, qui n' a jamais été monolithique, a été divisé par des luttes dont les enjeux le dépassaient, et expliquaient ses déboires. Le constat n' impliquait aucun procès.

Quand on choisit de s' exprimer publiquement, on s' offre, c' est normal, à la critique et à la contradiction. Dans le journal de l' Union Pacifiste, j' ai fait l' objet d' une agression. Un certain R.B., dont je n' ai jamais cherché à percer l' identité, m' y crachait au visage une incompréhensible haine. On m' a incité à user de mon droit de réponse. J' ai refusé. Je crois que c' est Léon Blum, calomnié par ceux qui avaient eu la peau de Roger Salengro, qui disait : " Au-dessous d' un certain niveau, on ne répond pas ".

Deux hypothèses: ou bien l' auteur de l' article n' avait pas ouvert le livre et s' était contenté de parcourir la "4 de couv' " pour "se faire une idée " avant de courir vendre ses Services de Presse chez Gibert (autrement, comment pouvait-il soutenir que je "salissais la mémoire de Challaye" qu' au contraire j' essayais de défendre tout le long de la page 130 ?) ou bien, comme le suggérait une phrase bizarroïde, R.B. n' aimait-il pas les résistants ? une allusion à mon père qui n' avait rien à voir là-dedans m' y a fait songer. On a , bien sûr, le droit de ne pas porter les résistants-déportés dans son coeur. Cela n' implique pas le droit d' insulter leurs fils.

Il y a aujourd'hui présomption, et R.B. n' est peut-être plus de ce monde. Il servait mal à mon avis une bonne cause. Personne n' a changé mon opinion sur Félicien Challaye : c' était un homme digne de respect. Seule, sa sincérité l' a aveuglé au point de le faire tirer contre son camp.

Publié dans histoire

Commenter cet article